Publi-interview franchiseur

B. Sanséau (Expense Reduction Analysts) : « Je suis agréablement surpris par le système de la franchise »

12.12.2011, Interview de la rédaction relue par l'enseigne

imprimer

Ancien cadre dirigeant, Bertrand Sanséau souhaitait créer tout en retrouvant un épanouissement professionnel. Depuis juin 2010, il dirige une agence Expense Reduction Analysts à Nantes, aidé de deux salariés et bientôt d’un troisième.

Bertrand Sanséau
Crédits photo : Droits réservés
Bertrand Sanséau, franchisé Expense Reduction Analysts.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Depuis plusieurs années, je pensais à bâtir un projet personnel. J’étais cadre dirigeant, j’avais des responsabilités mais je me lassais du salariat classique, des pressions inhérentes, des obligations envers une maison-mère loin de la France... Une réelle volonté de créer quelque chose pour moi m’animait. Ma première motivation était de trouver un projet où je m’épanouirais et dont je pourrais vivre.


Pourquoi avoir crée en franchise ?

Au départ, je ne voulais pas créer de société en franchise, j’étais très attiré par la reprise d’une entreprise, mais c’était plus compliqué car la trésorerie devait être plus importante. J’ai découvert par hasard l’enseigne Expense Reduction Analysts. Ce n’est pas le fait qu’il s’agisse d’une franchise qui m’a intéressé en premier lieu, mais avant tout son concept novateur. Aujourd’hui, je ne le regrette pas ! Je suis agréablement surpris par ce système, qui m’apporte plus ce que je n’espérais.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Sans hésitation, son concept très novateur qui permet de générer des économies dans les entreprises, et une facturation d’honoraires calculés sur les économies générées. J’ai découvert le concept sur Internet par une petite annonce. J’ai ensuite rencontré le franchiseur et effectué une formation de quelques semaines. Expense Reduction Analysts est une jeune enseigne en France. Contrairement à beaucoup d’idées qui circulent sur la franchise et qui sont à mes yeux des stéréotypes, je n’ai pas eu le sentiment de me voir « offrir » un projet. Il reste beaucoup à faire. Je suis plutôt un développeur, c’est donc un challenge.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Cela s’est fait naturellement. J’ai évoqué mes anciennes activités professionnelles, le fait que j’avais dix ans de « business » en Loire-Atlantique, que j’avais encadré une quinzaine d’agences... J’ai passé des tests sur un site Internet spécialisé, confirmant ma personnalité et mes atouts. Dans ma région, j’avais développé un relationnel important avec mes clients, mes partenaires. Je pense que l’enseigne recherchait précisément ce profil. Le recrutement s’est opéré de façon très naturelle, sans pression.

Dernières actualités