Publi-interview franchisé

F. Martin (Ex'Im) : « Je me suis associé avec un professionnel du commerce, comme moi ! »

2009-11-12T01:03:00+02:00

12.11.2009, 


imprimer

Frédéric Martin a rejoint Ex’im en décembre 2007. Ce jeune homme de 27 ans a apprécié la dynamique commerciale du réseau et l’homogénéité des méthodes de travail entre les différentes agences.

Frédéric Martin
Crédits photo : DR
Frédéric Martin, franchisé Ex'Im depuis décembre 2007.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai travaillé sept ans comme commercial en collaboration avec le secteur de la grande distribution et du prêt-à-porter. L’entreprise qui m’employait était familiale. J’avais un salaire très correct mais, je ne pouvais pas gagner en responsabilité. Or, je voulais prendre les choses en main, mener des actions commerciales et voir le résultat de mes actes sur le terrain. Le goût de l’aventure et la possibilité de balayer tous les métiers (gestion, commerce, ressources humaines…) m’ont poussé à créer ma propre structure. De toute façon, seule une prise de risque mesurée paie.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Créer en franchise, c’est prendre un risque mais mesuré, avec un filet. Je ne suis pas kamikaze. Je me suis associé avec un professionnel du commerce comme moi. Nous avions donc besoin d’un appui pour le reste de nos futures activités. La veille technique et juridique assurée par Ex’im par exemple me sert au quotidien.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

J’ai été séduit par leur volonté commerciale ainsi que leur modèle : une véritable structure avec des collaborateurs à la différence d’un réseau d’indépendants. En contactant les autres réseaux j’ai eus l’impression qu’ils attendaient que les clients se présentent à eux puisque le diagnostic immobilier est désormais obligatoire d’un point de vue légal. Ex’im, au contraire, va chercher les clients. La franchise est en prospection permanente. Ils sont aussi très réactifs aux évolutions légales permanentes dans ce secteur. Ex’im nous informe dès qu’un nouveau texte de loi est publié au journal officiel et nous fournit des documents pour expliquer les évolutions à nos clients.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Je les ai convaincu par mon dynamisme. Engager un jeune de 25 ans comme moi à l’époque était un pari. Nous leurs avons expliqué que la partie commerciale nous intéressait beaucoup. Au-delà de l’aspect technique, notre métier chez EX’IM est également un métier de commerce. Notre motivation pour le projet a fait le reste.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

Nous avons été formés pendant deux mois et demi dans un organisme de formation, lié à Ex’im. Nous n’avions pas besoin de chercher un formateur. Ensuite, pendant deux semaines, nous avons passé tous les examens obligatoires pour exercer notre métier de diagnostiqueur immobilier. Ex’im nous a ensuite aidé pour l’achat du matériel, ce qui nous a permis de bénéficier de tarifs avantageux. Le plus long a été la recherche de locaux. Nous étions jeunes et les propriétaires avaient du mal à nous faire confiance.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

J’apprécie l’esprit réseau d’Ex’im. Entre franchisés, nous nous téléphonons, nous échangeons les bonnes pratiques, les astuces du terrain. .
Comme nous avons tous les mêmes méthodes de travail, nous pouvons également établir des partenariats avec d’autres agences Ex’im, lorsqu’il faut répondre par exemple à la demande d’un groupe immobilier dont les différents biens sont dispersés sur le territoire. Cette organisation commune nous rend crédible aux yeux du client.
Grâce à la certification ISO 9001, j’ai pu faire une demande d’audit de nos procédures au sein de l’agence. C’est un avantage pour moi qui suis jeune. Cela me permet de valider que ce que je fais fonctionne. C’est aussi un gage de sérieux pour les clients.

Dernières actualités