Publi-interview tête de réseau

A. Berthod (Envido) : « Nous visons les centres-villes de plus de 40 000 habitants, ce qui offre de nombreuses opportunités »

2014-03-21T14:05:00+02:00

21.03.2014, 


imprimer

Lancée en concession depuis juin 2012, l’enseigne d’aquabiking en cabines individuelles Envido poursuit son développement et recherche activement des candidats. Présentation du concept et de la stratégie du réseau avec Ayrald Berthod, président du groupe Envido (Envido et Diwa Bike).

Ayrald Berthod, Envido
Crédits photo : Droits réservés
Ayrald Berthod, Envido.

Quelle est l’originalité de votre concept ?

Envido est une enseigne spécialisée dans l’aquabiking en cabines individuelles, un marché récent et porteur où les acteurs organisés sont encore peu nombreux tandis que l’activité est en plein développement. L’originalité du concept Envido repose sur trois axes. D’abord, l’offre balnéothérapie. Nous avons développé le « vélo 360 degrés ». Ensuite, les machines réglables. Chez Envido, nous avons inventé un système novateur : tous nos vélos sont équipés d’une selle réglable d’avant en arrière et d’un pédalier breveté réglable en hauteur pour une position optimale du corps par rapport aux jets hydromassants. Troisième point différenciant de notre concept : l’écran tactile. D’une simple pression du doigt et à n’importe quel moment, l’utilisateur peut personnaliser sa séance en réglant l’intensité du pédalage, des buses hydromassantes, ou l’un des 12 programmes automatiques adaptés aux besoins de chacun.
Au-delà de ces spécificités, nous avons tout fait pour que nos cabines présentent une alternative à toutes celles qui ne se reconnaissent pas dans l’univers des salles de sport et qui ont besoin de retrouver un côté cocooning. Et puis, nous nous orientons de plus en plus vers une « logique city-spa » : nous voulons rendre accessible le spa en centre-ville.


Quelle est la valeur ajoutée par rapport au marché ?

Envido a créé une réelle synergie au sein de son réseau, qui s’en trouve ainsi fortifié. En effet, nous avons souhaité connecter ensemble tous nos centres, ce qui apporte plusieurs avantages. D’abord, pour nos clients : ils peuvent consommer leur abonnement dans n’importe quel centre Envido sur simple présentation de leur carte d’abonné, ce qui offre une liberté appréciable. Pour nos concessionnaires, ensuite. Toutes les boutiques sont connectées à un système d’information central, ce qui confère à la tête de réseau un outil CRM puissant – d’ailleurs, nous disposons aujourd’hui d’une base de données de 15 000 clients dont nous connaissons les habitudes de consommation et pouvons animer cette base en fonction – et, pour nos adhérents, des outils de pilotage performants qui les informent en continu sur les principaux indicateurs de gestion de leur propre centre et de ceux des autres unités Envido.
Enfin, nous proposons aux concessionnaires qui rejoignent le réseau Envido des offres de financements complètes pour tout ce qui concerne l’équipement d’une concession. Autrement dit, nous prenons en charge, si le concessionnaire le souhaite, le coût d’acquisition des machines nécessaires à l’ouverture d’un centre et louons le matériel au concessionnaire. Ainsi, alors que l’ouverture d’un centre d’aquabiking de 4 à 6 cabines individuelles coûterait environ 220 000 euros d’investissement initial, notre système de location permet d’abaisser ce montant à un peu plus de 100 000 euros. En d’autres termes, un concessionnaire peut ouvrir un centre Envido avec un apport personnel de 45 000 euros.


Quels sont les points clés de votre accompagnement ?

Nous accompagnons nos concessionnaires à plusieurs niveaux. Cela commence par une formation initiale, de minimum quatre jours, qui doit leur permettre d’apprendre à tenir un centre d’aquabiking. Un apprentissage qui doit également leur permettre de maîtriser le système de gestion mis en place dans nos centres. Voilà pourquoi nous avons scindé la formation en deux parties : une première avant ouverture et une seconde un ou deux mois après les débuts du concessionnaire, le temps qu’il se soit familiarisé avec les outils mis à sa disposition. Ensuite, nous épaulons nos concessionnaires en assurant une communication nationale participant à la notoriété du réseau, favorisée par une égérie forte : Laure Manaudou. En ce qui concerne la communication locale, nous sensibilisons les concessionnaires au fait que ce sont eux les principaux acteurs et qu’il importe qu’ils adoptent une démarche commerciale pour s’inscrire durablement dans le tissu local.


Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Depuis la création de la société Envido et notre lancement en concession en juin 2012, nous avons ouvert plus d’une douzaine de centres, faisant de l’enseigne l’un des acteurs majeurs de l’aquabiking en France. Sur le seul premier semestre 2014, nous prévoyons d’inaugurer six centres supplémentaires. Pour l’instant, nous sommes surtout présents en Ile-de-France, mais prenons de plus en plus une orientation province. D’ailleurs, nos dernières ouvertures se sont produites en Bretagne et en Normandie. Nous visons les centres-villes de plus de 40 000 habitants, ce qui offre de nombreuses opportunités, et nous nous fixons l’objectif d’une douzaine d’ouvertures par an. Toutefois, nous ne souhaitons pas nous tromper : nous ne voulons pas seulement distribuer des machines, mais plutôt accompagner des personnes dans leur projet professionnel.

Dernières actualités