Publi-interview franchisé

P. Vicente (Elyse Avenue ) : « Le franchiseur lance véritablement notre centre d’affaires »

2015-06-08T08:00:00+02:00

08.06.2015, 


imprimer

Lorsque Pierre Vicente a trouvé sa voie dans la négociation immobilière, il avait 24 ans. Aujourd’hui, à 39 ans, après avoir créé en 2007 son agence Elyse Avenue à Montluçon (03), il adopte avec bonheur le nouveau concept de l’enseigne et s’entoure, sur un large secteur productif, d’agents commerciaux efficaces.

Pierre Vicente, Elyse Avenue
Crédits photo : Droits réservés
Pierre Vicente, franchisé Elyse Avenue.

Construction du projet


Qu’est-ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Après un BTS action co, j’ai intégré une école de vente à Lyon (69) avec une spécialisation au métier de la grande distribution. J’ai ensuite suivi ma passion, et obtenu le tronc commun puis le brevet d’Etat d’éducateur de sport 1er degré avec spécifique rugby, j’ai exercé en tant que tel durant daux ans pour m’apercevoir que finalement je ne souhaitais pas faire profession de mon loisir. S’est ensuivie une période chez une grande enseigne nationale d’articles de sport à Montluçon (03), en qualité de responsable adjoint et « volant » sur la région Centre-France : je suppléais aux absences des responsables de magasins et je participais au lancement des nouvelles boutiques. Puis, entre 2000 et 2006, je suis devenu négociateur immobilier pour une importante enseigne en franchise, dans une agence figurant au top 5 du réseau. Or, la promesse qui m’avait été faite d’être promu responsable d’agence n’a pas été tenue. En parallèle, Elyse Avenue a vu le jour, et s’est distinguée grâce à son concept convivial « d’accueil comme dans un appartement ». J’ai alors décidé de prendre mon destin en mains, et j’ai créé ma société en septembre 2006 afin d’ouvrir le 1er mars 2007 l’agence Elyse Avenue de Montluçon. En juin 2013, Guy Cotret, l’actuel président de l’enseigne, a repris le réseau et a lancé un nouveau concept : la 3ème voie de l’immobilier, reposant sur un réseau de mandataires indépendants, recrutés et managés par un franchisé « animateur ». Deux agences pilotes, dans l’Allier et la Haute-Marne, œuvrent ainsi en concept « centre d’affaires », et seront bientôt suivies d’une troisième à Paris 13ème et 14ème.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Précédemment salarié, je voulais qu’on m’apprenne à devenir patron, et le système de la franchise me rassurait, au travers de la mise à disposition d’un savoir-faire éprouvé, de solutions marketing pertinentes, de conseils en gestion, de méthodes de management, notamment en matière de recrutement et de gestion des équipes.


Choix de l’enseigne


Qu'est-ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Dès le premier contact, j’ai été interpellé par les qualités conjuguées de rigueur professionnelle et de convivialité de mes interlocuteurs. Ils avaient l’intelligence de ne jamais considérer qu’une question puisse être stupide. J’ai également été séduit par le logo, les couleurs, la charte graphique de l’enseigne. Elyse Avenue a développé un concept évolutif. Le franchisé, en responsabilité d’un large marché de 250 000 habitants, recrute des agents commerciaux, rattachés à un centre d’affaires - en l’occurrence Montluçon pour ce qui me concerne. Nos mandataires n’œuvrent donc pas en agence physique. Cependant, j’ai préféré conserver le principe de la vitrine sur mon secteur, car si l’acquéreur y est peu sensible, le vendeur d’un bien immobilier attachera de l’importance à ce « petit côté séducteur ».


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Au cours d’un déjeuner organisé entre mon ancien employeur, le franchiseur, et moi-même, j’ai simplement démontré que le concept Elyse Avenue me plaisait, et que j’étais là pour le développer. Il m’a été ensuite rapporté que ma conviction et ma force de détermination traduisaient que j’étais une personne de confiance qui honorerait dans tous les cas ses engagements. En l’occurrence, mon ambition est d’étoffer mon équipe actuelle, en passant de six agents commerciaux actuellement à plus de vingt, à terme.

Quotidien du franchisé


En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Dans le nouveau concept Elyse Avenue, tout est inclus ! Dorénavant, les coûts d’enseigne, de logiciel, de formation, de publicité, etc. sont déjà pris en compte dans la redevance. Les opérations marketing sont variées, aussi bien au plan national que local, qu’il s’agisse de panneaux d’affichage ou de 15 000 sacs à pain au logo Elyse Avenue, distribués par le boulanger. Le franchiseur lance véritablement notre centre d’affaires, et la formation dispensée (physique, via Internet, ou téléphonique) accompagne parfaitement notre démarrage. Deux semaines théoriques au siège et une semaine d’immersion au sein d’une agence permettent au franchisé de s’imprégner du savoir-faire de l’enseigne. Les formations téléphoniques sont programmées sur 40 minutes, et ne perturbent pas notre emploi du temps. Enfin, un coaching est disponible sur demande, de façon à prendre du recul sur nos pratiques quotidiennes.

Un prestataire externe m’a délivré une formation pour recruter efficacement mes agents commerciaux, en repérant les personnes qui non seulement ont envie de rejoindre l’enseigne, mais qui sauront aussi faire preuve de compétence professionnelle. En définitive, le franchisé partage son territoire avec ses agents indépendants. Il leur propose de s’approprier un système qui fonctionne, et non pas d’intégrer ce système. Les prises de décisions sont donc participatives, et nos intérêts sont mutuels. Aujourd’hui, mon métier n’est plus de vendre, mais d’animer mon équipe, sans lien hiérarchique. Chaque contact clientèle est directement dispatché sur le téléphone et le mail du mandataire concerné.

Chaque semaine, j’organise une réunion avec mon équipe, qui permet d’échanger, et de délivrer informations et formation. Des modules pédagogiques spécifiques nous sont proposés en parallèle : vente émotionnelle, prise de photos, utilisation des réseaux sociaux, et j’accompagne régulièrement mes agents sur le terrain, afin qu’ils soient plus compétents, et puissent bien gagner leur vie, tout en s’épanouissant dans leur travail. Dans ce métier réglementé, notre quotidien est d’autant plus confortable que nous bénéficions 6 jours sur 7 des services d’une hotline juridique, et les agents ont le choix entre la joindre directement ou passer par mon intermédiaire.


Quels sont les bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Si je n’étais pas devenu franchisé Elyse Avenue, j’aurais choisi de devenir agent commercial en immobilier, avec une rémunération plus attrayante que celle d’un négociateur salarié, et une aisance fabuleuse dans l’emploi du temps. Bien évidemment, la contrepartie est faite d’heures de travail. La moitié de mon équipe affiche plus de six ans d’ancienneté, et j’escompte démarrer une collaboration à long terme identique avec mes futurs agents, à commencer par celui qui prendra en charge début mai le secteur de Saint-Pourçain-sur-Sioule (03), à vingt minutes de Vichy.

Dernières actualités