Publi-interview affilié

R. Jacinto (Elevenparis) : « Je fais partie de la famille au même titre qu’une succursale »

2014-09-08T08:01:00+02:00

08.09.2014, 


imprimer

C’est le retour aux valeurs traditionnelles du commerce qui a conduit Romuald Jacinto, 37 ans, à ouvrir sa boutique de vêtements Elevenparis à Bayonne (64), le 28 mai 2014, en optant pour le système de commission-affiliation.

Romuald Jacinto, affilié Elevenparis à Bayonne
Crédits photo : Droits réservés
Romuald Jacinto, affilié Elevenparis à Bayonne (64).

Construction du projet


Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Les formations Bac Pro commerce et BTS force de vente que j’ai suivies en alternance au sein du groupe Carrefour m’ont conduit à intégrer cette enseigne. J’y ai appris les bases du métier de la distribution, puis j’ai évolué en qualité de manager de forces de vente « produits bruns ». En 16 ans, le métier s’est profondément modifié, et je ne ressentais plus de plaisir à travailler dans ce système animé par une politique de puissante rentabilité. Une carrière à l’international ne me tentait pas davantage, car mon épouse et moi étions bien implantés sur la côte basque, et nous souhaitions y demeurer. Une première opportunité d’investissement dans un magasin d’optique situé à Capbreton (40), réalisé pour seconder un ami et associé, m’avait permis de retrouver mes valeurs initiales : le sens du client, la négociation, les achats, l’implication dans la création d’une activité. Quatre ans plus tard, je négociais mon départ de Carrefour, pour me tourner vers le secteur du prêt-à-porter.


Pourquoi avoir créé en commission-affiliation ?

Déjà client régulier chez Elevenparis, dont j’appréciais beaucoup le style vestimentaire, j’ai analysé les avantages du système proposé. Sachant qu’une création de magasin indépendant s’accompagne d’une gestion textile délicate, avec le risque majeur de se tromper sur les collections, j’ai opté pour le savoir-faire d’une enseigne et la sécurité du process. La marque, déjà distribuée en corners de grands magasins, et sur Internet, est connue internationalement, et jouit d’une image forte auprès du public. Quant au modèle de la commission-affiliation, il me permet de bénéficier d’une gestion de stock parfaite, sans risque financier ni avance de trésorerie.


Choix de l’enseigne


Ce qui vous a séduit chez la tête de réseau ?

J’étais en contact avec une autre enseigne, beaucoup moins réactive et flexible. En comparaison, j’ai beaucoup apprécié la personnalité de Meïr Bensimhon, responsable du développement retail pour Elevenparis, qui s’est montré accessible et à l’écoute. L’esprit « start-up » en plein essor que j’ai découvert lorsque je me suis rendu au siège parisien, et la grande simplicité relationnelle de mes interlocuteurs, m’ont tout autant convaincu que la pertinence des collections. Déjà client de la marque, je voulais vendre quelque chose qui me plaisait.


Comment avez-vous convaincu la tête de réseau ?

Je me suis facilement intégré dans cette équipe de jeunes salariés et exploitants. Au plan professionnel, 16 années au service de la distribution, assorties de l’expérience de l’implication indispensable à la création du magasin d’optique, jouaient en ma faveur. Enfin, mon implantation à Bayonne favorisait une création dans le secteur mythique du BAB (Biarritz, Anglet, Bayonne).

Quotidien de l’affilié


En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

N’étant pas issu du textile, l’expertise d’Elevenparis constitue pour moi un atout majeur. La formation que j’ai suivie durant quatre jours à Paris (75), dont trois en immersion dans le magasin-phare de Paris-Temple, m’a permis de m’imprégner de la culture et des process de l’enseigne. J’ai particulièrement apprécié la réalité du travail en équipe, qui se concrétise notamment au travers d’un logiciel unique pour les succursales et les affiliés. Je craignais de me retrouver isolé dans mon activité. Or, je fais partie de la famille au même titre qu’une succursale : les commandes sont automatiquement réassorties, et je bénéficie d’une reprise intégrale des invendus et de possibilités de dépannage auprès d’un autre magasin Elevenparis afin de répondre à la demande d’un client spécifique. Un benchmarking interne avec les autres boutiques est déclenché informatiquement toutes les deux heures, afin notamment de pouvoir se situer en temps réel au niveau du chiffre d’affaires. Chaque magasin est par ailleurs régulièrement suivi par un responsable réseau, qui visite aussi bien les succursales que les affiliés.

En amont de l’ouverture de ma boutique, l’enseigne a appuyé ma demande de financement, et a finalisé avec moi le choix du meilleur emplacement commercial, afin de garantir une cohérence en termes d’environnement et d’image de marque. J’ai bénéficié d’un concept « clés en main », depuis l’implantation rationnelle de ma surface de vente, grâce aux plans fournis par l’architecte de l’enseigne, jusqu’à la livraison de l’ensemble du mobilier et du matériel d’exploitation. Elevenparis a également investi des moyens lors de la soirée d’inauguration, avec DJ et open-bar. Régulièrement, des dossiers merchandising fournissent de précieux conseils pour valoriser la présentation en vitrine et à l’intérieur du magasin, et la publicité se déploie principalement au travers des magazines de mode et des réseaux sociaux. Spontanément, je fournis à l’enseigne un reporting régulier, à l’instar d’un manager de succursale, afin d’optimiser mon intégration au sein de l’équipe. Deux rencontres nationales au siège permettent aux responsables de magasins qui sont conviés d’exprimer leur avis sur les collections été et hiver.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie d’affilié ?

Aujourd’hui, j’éprouve la satisfaction d’être mon propre patron, et de renouer avec la notion de commerce de proximité, en consacrant du temps à mes clients. Même si je fournis davantage d’heures de travail qu’auparavant, je me sens beaucoup moins « speed ». Je prends du plaisir à la fois dans mon rôle de responsable de magasin et de gérant de ma société. Les premiers mois d’exploitation se sont favorablement déroulés, mais je sais que mon créneau d’activité peut se révéler chaotique car saisonnier, et je ressens le stress des résultats. Outre le salaire de ma vendeuse, mon objectif immédiat concerne ma propre rémunération. A terme, et bien qu’un affilié doive s’inscrire dans la politique commerciale de l’enseigne, j’envisage la création d’une autre boutique Elevenparis dans une ville porteuse, car je me sens très proche des gammes de vêtements spécifiquement conçues, et bien en phase avec la mouvance du groupe.

Dernières actualités