Publi-interview franchisé

J.-L. Boiziau (Domino's Pizza) : « Je projette de lancer trois nouveaux restaurants »

2011-05-20T10:47:00+02:00

20.05.2011, 


imprimer

Commerçant installé, Jean-Luc Boiziau, 52 ans, a rejoint en 2003 le réseau Domino's Pizza pour se consacrer au seul développement de ses points de vente. Depuis, il est à la tête de 5 unités et ne manque pas de projets.

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉ À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

Je suis issu d'une famille de commerçants dans le secteur du meuble. J’ai travaillé dans l’entreprise familiale en tant que commerçant non sédentaire, sur les marchés et les foires. J’ai également été intégré quelques mois dans une entreprise. Puis, j’ai eu envie de faire autre chose. Je suis curieux de nature, mais surtout indépendant. Mon expérience de salarié ne m’a pas convaincu. J’ai donc monté une petite boutique de pizzas à emporter.


POURQUOI AVOIR INTEGRE UN RESEAU ?

J’ai décidé de m’adosser à Domino’s Pizza car je voulais pouvoir multiplier les points de vente sans avoir à gérer la communication. C’est précieux de bénéficier d’une notoriété nationale ! C'est également idéal pour la formation des équipes et avoir une centrale d’achat unique dispense de chercher des fournisseurs différents dans chaque ville. C’est très confortable.

Choix de l’enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

Lorsque je me suis intéressé à Domino's pizza, l'enseigne n'était pas encore très connue en France, mais elle était numéro 1 mondial. J'étais certain qu'ils se donneraient les moyens de réussir. J'ai goûté les produits et observé les points de vente. La formule m’a plu. J'ai fait le pari de rejoindre ce réseau auquel je croyais. C'était le bon : j'ai ouvert en 2003 le 63ème magasin, il y en a aujourd'hui 187 et nous sommes leaders !


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

Il organisait des tournées en France. Je l'ai rencontré à Rennes. A l'issue de plusieurs entretiens, j'étais conforté dans mon choix. A cette époque, l’enseigne était en pleine expansion et la direction cherchait à recruter. Mon expérience de commerçant, ma vision du développement de l'enseigne ont été mes meilleurs arguments. Par ailleurs, il n'y avait pas encore de restaurant à Angers.

Quotidien du franchisé

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?


J’ai suivi un entraînement pratique de deux semaines dans d'autres restaurants. En compagnie d'un formateur pour ne pas gêner le franchisé dans son quotidien. Ensuite, dans mon propre point de vente, j'ai appliqué à 100 % le savoir-faire Domino's Pizza. Il n'était pas question de tout réinventer. A la moindre question, je téléphonais au siège.


BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

En juillet 2003, j’ai lancé mon premier point de vente, à Angers. Je travaillais 7 jours sur 7. Puis, j’en ai ouvert un à Tours en septembre 2006. J’ai ensuite embrayé sur un second magasin à Angers, puis au Mans et, à nouveau, à Tours. Une de mes réussites est d’avoir su fidéliser mes managers. J’ai réussi à stabiliser mon équipe d’encadrement alors que le secteur souffre d’un fort turn-over. Aujourd’hui, j’emploie 20 temps complets et une cinquantaine de temps partiels. Je me consacre davantage à des tâches administratives. Je suis très content de mes activités. Désormais, je ne travaille plus le week-end, mais j’ai des projets dans les tiroirs : j’entends lancer trois nouveaux restaurants magasins Domino’s Pizza dans les 12 mois à venir.

Dernières actualités