Café à thème

Entreprises vertes : Starbucks éco-conçoit ses nouvelles boutiques

2010-02-02T17:16:00+02:00

02.02.2010, 


imprimer

Starbucks teste une version éco-conçue de ses cafés à Disney Village. Un coût initial élevé, que le réseau compte amortir avec les économies réalisées à long terme.

café
Crédits photo : Getty images
Starbucks teste une version éco-conçue de ses cafés

Le constat : cohérence du concept à amplifier

Avec ses 16 706 salons de café dans le monde, Starbucks est une icône de la mondialisation et de l’uniformisation des actes de consommation. Cela n’empêche pas l’entreprise d’afficher sa volonté d’être exemplaire dans tous les compartiments du développement durable. Revenu aux commandes en 2008, le fondateur Howard Schultz a réaffirmé les valeurs de Starbucks. Outre le commerce éthique (100 % des espressos et boissons à base d’espresso seront labellisées Max Havelaar en France en 2010) et l’engagement communautaire, l’entreprise a décidé de passer à l’éco-conception pour ses boutiques. Quitte à démontrer que l’éco-conception n’est pas incompatible avec l’unité / la cohérence du concept.


Les mesures prises : matériaux recyclés et entreprises locales

Toutes les nouvelles boutiques dans le monde et toutes les rénovations importantes devront se conformer à une charte d’éco-conception et aux critères de la certification internationale LEED (Leadership in Energy and Environmental Design).

En France, le premier café éco-conçu est celui de Disney Village ouvert en juillet 2009. Les efforts ont porté sur les économies d’énergie et l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement et recyclés. « Ainsi, nous avons utilisé une tour de 15 mètres attenante au bâtiment pour créer un système de ventilation naturelle qui extrait 2 200 m3 d’air par heure », explique Bertrand Billaudel, Directeur de la construction de Starbucks Coffee France. Autre innovation : le développement d’un nouveau système de plonge plus économique en eau et qui récupère la vapeur d’eau libérée pendant le séchage. L’éclairage utilise uniquement des lampes basse consommation et des diodes électroluminescentes (LED). La décoration intègre nombre de matériaux recyclés : la façade est tapissée des douelles de tonneaux, le comptoir est en coques de téléphone recyclées, une partie des cloisons est faite de pupitres à champagne réformés… Enfin, les travaux ont été réalisés par des entreprises locales situées à moins de 30 kilomètres du site.


Les résultats obtenus : importantes économies et implication des équipes

En termes de surcoût, pas de chiffres. « Là n’est pas la question. Il s’agit d’être en conformité avec nos engagements », conclut Bertrand Billaudel. Mais même si le coût est un peu plus élevé, les économies réalisées à l’utilisation sont importantes : 49 % sur la consommation d’eau et 18 % sur l’électricité. Grâce à un éclairage qui produit 78 % de chaleur de moins qu’un éclairage normal, et à la ventilation naturelle, l’économie en climatisation est estimée à 30 %. L’implication des équipes a été maximale, notamment celle des entreprises locales. La boutique sera auditée dans les prochains mois et Starbucks vise la plus haute des certifications LEED.

D’ici fin avril, Starbucks Coffee France ouvrira son deuxième établissement éco-conçu, à Marseille, dont la réalisation doit beaucoup à son prédécesseur. Selon Bertrand Billaudel : « Pour nous et nos fournisseurs, en particulier nos bureaux d’études, ces premières boutiques nous permettent d’engranger énormément d’expérience.»

Aller plus loin

Engagements de Starbucks 
Certification américaine LEED, délivrée par le Conseil en Construction Verte
Haute Qualité Environnementale, label d’éco-construction 

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE