Travaux et habitat

Brico Dépôt concilie engagement environnemental et positionnement discount

2010-02-02T17:30:00+02:00

02.02.2010, 


imprimer

Bien avant le coût environnemental, le non tri des déchets a un coût industriel : de 60 à 95 € la tonne. Objectif pour Brico Dépôt : passer de 23% à 75% de matériaux triés d’ici 2012.


Crédits photo : Shutterstock

Bien avant le coût environnemental, le non tri des déchets a un coût industriel : de 60 à 95 € la tonne

Le constat : négliger le tri coûte cher

Le non tri des déchets représente un coût financier pour Brico Dépôt, l’enseigne discount de bricolage du groupe Kingfisher. L’enlèvement d’une tonne de déchet industriel banal est facturée 95 euros. Alors que l’enlèvement d’une tonne de bois coûte 35 euros, celui d’une tonne de gravats 9 euros, et celui d’une tonne de plastique ou de carton est effectué gratuitement. En 2008, les magasins Brico Dépôt avait un taux de tri de 23 %. Par rapport à un objectif de 75 % en 2012, c’est un potentiel d’économies estimé à 1,2 million d’euros.
Le non tri a aussi des impacts sur l’environnement. Le déchet banal finit souvent dans un incinérateur. Or, pour le seul cas du papier et du carton, le recyclage d’une tonne permet de sauvegarder trois tonnes de bois.


Les mesures prises : budget « déchets » et serious games

Pour atteindre l’objectif de 75 % des déchets triés, la direction du développement durable de Brico Dépôt a décidé d’impliquer tous les salariés. À commencer par les directeurs de magasin auxquels il a été demandé l’an dernier de tenir un budget « déchets » de leur magasin. Ainsi, ils ont été sensibilisés à l’impact sur leur compte d’exploitation.
Puis, un « serious game » a été créé et mis en ligne sur l’intranet de l’entreprise en décembre 2009. Il comporte 4 parties : des informations générales sur le développement durable, un QCM ludique pour tester ses connaissances et tordre le cou à certaines idées reçues, un mini jeu pour mettre en pratique les éco-gestes sources d’économies, enfin, un dernier petit QCM récapitulatif. On apprend ainsi dans ce jeu que si tous les écrans d’ordinateur étaient éteints tous les soirs dans tous les bureaux de l’entreprise, cela diminuerait la consommation d’électricité de 5 % !


Les résultats obtenus : déjà 50% de tri des déchets

En deux mois peu propices (fêtes de fin d’année et inventaire), 6 % des salariés se sont auto-formés grâce au jeu. Toutefois, ce chiffre varie fortement selon les magasins… l’objectif est de 100 % du personnel formé fin 2010. Mais déjà des résultats concrets sont mesurables. « Tous les magasins dépassent leurs objectifs. On est à environ 50 % de tri des déchets, » estime Pierre-Guy Gruber, directeur du développement durable de Brico Dépôt.
Par ailleurs, le groupe s’est aussi engagé à réduire sa consommation d’électricité et d’eau de 10 % par m2. Des éclairages « basse consommation » ont commencé à être installés dans tous les magasins. Pour les nouvelles ouvertures, des chauffe-eau solaires et des récupérateurs d’eau de pluie sont systématiquement installés.
Vis-à-vis de ses clients, Brico Dépôt a supprimé les sacs jetables en sortie de caisse et propose des cabas réutilisables, vendus au profit de la Fondation Abbé Pierre qui a déjà reçu 24 000 euros. L’enseigne référence également des produits « écologiques » mais dans le respect de son positionnement discount. « On imagine le développement durable réservé aux enseignes à fort pouvoir d’achat. Nous démontrons que non en proposant des produits avec des écolabels aux mêmes prix que les produits d’entrée de gamme, » conclut Pierre-Guy Gruber.

Aller plus loin

Plaquette de l’Ademe « La réduction des déchets en entreprise : ça marche, ça rapporte, ça profite à tous ! »
Semaine européenne de la
réduction des déchets, rubrique entreprises

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE