Publi-interview franchisé

S. Zaccagnini (Cuisinella) : « Avec l’enseigne, tout se fait naturellement et dans les délais, avec une incroyable facilité »

2013-06-04T08:35:00+02:00

04.06.2013, 


imprimer

Stéphane Zaccagnini, 37 ans, s’est pleinement réalisé en devenant concessionnaire de son magasin Cuisinella à Cormontreuil (51), le 11 novembre 2011. Il y emploie aujourd’hui 9 personnes.

Stéphane Zaccagnini
Crédits photo : DR
Stéphane Zaccagnini, concessionnaire Cuisinella.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?


Six ans de grande distribution m’ont conduit à une fonction de responsable de magasin Intermarché. J’y ai expérimenté le management des équipes, mais le contact avec le client me manquait. Puis, la société BMW m’a donné une chance : celle de commercialiser leurs véhicules. J’y suis resté 12 ans, et j’ai terminé responsable des ventes auprès des entreprises. Cette fois, c’est le volant managérial qui me manquait, ainsi qu’une dimension créative. La quarantaine approchant, je me suis rendu au salon Franchise Expo Paris, et j’ai retrouvé dans le secteur des cuisinistes tout ce que je recherchais dans un métier, y compris le côté créatif. En effet, dans une même pièce, une multitude d’agencements sont possibles, et les clients ont réellement besoin des conseils d’un spécialiste. Les particularités liées à l’agencement ne se résolvent pas sur des bornes de conseil interactives. Par conséquent, lorsque j’ai rencontré, sur ce salon, Toni Familiari, directeur expansion du réseau Cuisinella, ses propos ont fait écho dans mon esprit.


Pourquoi avoir créé en contrat de concession ?


Etre concessionnaire signifie travailler avec un seul partenaire, un seul fournisseur, tout en demeurant indépendant chez soi. La concession permet de bénéficier de prix compétitifs ainsi que d’une enseigne et d’un concept communs à tous les points de vente du réseau. La tête de réseau est attentive aux résultats, dans une optique de soutien et d’accompagnement, bien plus que dans un rapport d’argent, puisqu’il n’y a ni droit d’entrée, ni royalties à payer.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez la tête de réseau ?


Travailler avec des produits fabriqués en France était pour moi primordial. Le développement des gammes est optimisé par une équipe de designers performants, et les négociations des prix de l’électroménager intégré sont réalisées en amont. L’usine Cuisinella est basée en Alsace, et l’enseigne affiche une mentalité « carrée », similaire à celle que j’avais connue chez BMW. On ressent cependant la présence attentive d’une famille d’entrepreneurs, représentée par Madame Leitzgen, petite-fille du fondateur de l’enseigne et actuelle PDG, qui participe notamment aux séminaires organisés pour le réseau.


Comment avez-vous convaincu la tête de réseau ?


Mon parcours professionnel m’a permis d’exercer des fonctions managériales et commerciales, et ainsi d’acquérir une double compétence. J’avais en outre l’expérience de la concession, pour un type de produit qui peut s’apparenter au bien d’équipement, et dans lequel un client choisit d’investir pour quelques années.

Quotidien du concessionnaire

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?


Je n’aurais pas pu créer mon entreprise sans l’appui de la concession. Durant quatorze semaines, j’ai appris au centre de formation Cuisinella, à Sélestat (67), tout ce qui est absolument indispensable au métier de concepteur-vendeur de cuisines. J’ai été impressionné par le gigantisme de l’usine et la qualité de son organisation. J’ai ensuite bénéficié d’une formation de quatre semaines, en gestion et en management, réservée aux patrons des points de vente. Cette période d’apprentissage n’est en rien déconnectée du quotidien, et j’ai pu avancer en parallèle sur mon projet : rencontrer les banques, valider l’emplacement de mon local, choisir mon personnel, etc. Avec l’enseigne, tout se fait naturellement et dans les délais, avec une incroyable facilité. Pour toutes nos démarches et travaux, à chaque étape du projet, la SALM (Société Alsacienne de Meubles) nous propose une aide, en partenariat avec des professionnels qui ont l’habitude de travailler avec les entrepreneurs de magasins Cuisinella, que nous sommes libres d’accepter ou de refuser. L’agencement de mon point de vente de 750 m², situé dans une zone commerciale active, a entièrement été réalisé par l’équipe SALM. On voit qu’ils ont vraiment l’habitude. En fin de chantier, Samuel Limery, responsable expansion SALM, et Toni Familiari, directeur expansion, m’ont remis les clés de mon magasin, et le résultat était identique aux images et croquis réalisés informatiquement. Une fois par mois, j’apprécie de retrouver mes confrères, patrons d’autres Cuisinella, au sein de groupes de progrès organisés en région. Nous nous engageons sur des axes d’amélioration, échangeons des pratiques, et nous soutenons mutuellement. Parfois, nous organisons en commun un challenge spécifique : par exemple celui du meilleur vendeur sur une période donnée, qui sera récompensé en bons d’achat.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de concessionnaire ?


Ce magasin est mon bébé, la continuité de ma personne, et je n’ai jamais l’impression de me rendre au travail. Cependant, ma vie a changé, car je ne travaille plus pour moi seul, je fais vivre du monde autour de moi, et j’ai la responsabilité de la performance de mes vendeurs. En vacances, je pense aussi à mon magasin, et je dors peut-être moins qu’auparavant. Mais je suis heureux de mon choix et entièrement satisfait par l’accompagnement attentif de l’enseigne, à tel point que ma conjointe envisage d’ouvrir une surface Cuisinella en 2015.

Dernières actualités