Publi-interview franchisé

L. Plessis (Cuisine Plus) : « Le dynamisme de notre direction commerciale permet la réussite de nos magasins »

2011-06-22T10:11:00+02:00

22.06.2011, 


imprimer

Laurent Plessis n’avait que 29 ans lorsqu’il a ouvert en 2007 son premier magasin Cuisine Plus à Alençon (Basse-Normandie). Spécialiste dans les domaines de l’aménagement de cuisine et de l’électroménager, il envisage d’investir dans un second point de vente.

Laurent Plessis
Crédits photo : Droits réservés

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Dans le cadre de mon BTS Force de Vente à Argentan (Orne), j’ai été amené à réaliser un stage dans un point de vente Cuisine Plus à Reims (Marne), appartenant à mon oncle. J’y suis finalement resté près de cinq ans. Je souhaitais cependant me rapprocher de ma région d’origine, et j’ai alors pris en charge le secteur Ouest de la France, afin de promouvoir la gamme de produits électroménagers Electrolux-Arthur Martin, auprès des cuisinistes, des grossistes, et de la grande distribution. Après cinq années de représentation commerciale, mon évolution professionnelle aurait nécessité que je m’installe en région parisienne, ce que je n’envisageais pas. Ma volonté d’entreprendre, ainsi que la perspective de rentrer chez moi chaque soir pour rejoindre ma famille, au lieu de cumuler les déplacements, ont été déterminants dans mon optique de création d’entreprise.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

De nos jours, il me semble dangereux de monter une affaire indépendante. Un fabricant fournisseur peut par exemple déposer son bilan, et on est seul pour gérer toutes les difficultés, qu’il s’agisse du service après-vente ou de la comptabilité. La franchise permet d’être épaulé en cas de soucis, et la centrale d’achat permet d’obtenir des paliers tarifaires plus intéressants. Et chez Cuisine Plus, l’évolution professionnelle est possible sans avoir à sacrifier sa vie de famille.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

L’accompagnement initial dans le choix du local est très important. Une fois l’installation réalisée, c’est le dynamisme de notre direction commerciale qui permet la réussite de nos magasins, sur le marché très concurrentiel des cuisinistes. Une politique d’achat offensive et un excellent plan de communication, qui intègre notamment une animation clientèle différente chaque mois, participent à l’image très commerçante de l’enseigne Cuisine Plus. Chaque franchisé peut également adapter la charte commerciale aux particularités de sa région d’implantation. Enfin, les logiciels informatiques sophistiqués et l’école de formation viennent compléter les aspects positifs de cette franchise dynamique.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Malgré mes précédents succès commerciaux, mon jeune âge et mon objectif d’implantation sur une ville moyenne ne plaidaient pas en ma faveur. Une nouvelle fois, mon oncle de Reims a accompagné mon projet professionnel en s’y investissant personnellement.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Les rencontres ponctuelles permettent de se motiver et de réorganiser notre activité. Lors des réunions nationales trimestrielles à Paris, des solutions sont apportées : comment redonner le sourire à ses vendeurs, comment contrer un concurrent, comment affiner sa démarche commerciale, etc. Les réunions régionales sont complémentaires. Facultatives, elles ont lieu tous les deux mois, et permettent d’accueillir les nouveaux franchisés, d’expliquer les chiffres, d’exprimer des difficultés avec un langage vrai. Des jeux de rôles sont également organisés afin de s’améliorer. De plus, en région Ouest, la douzaine de points de vente Cuisine Plus constitue une petite famille au sein de laquelle chacun peut se ressourcer.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Au quotidien, nous sommes huit personnes au magasin d’Alençon : une personne au télémarketing, quatre employés de vente, un responsable technique qui permet de réduire le service après-vente du magasin, mon épouse au back-office, et moi-même en qualité de gérant et de manager. Nous sommes tous très impliqués, car les marges réduites de ce secteur d’activité n’autorisent pas l’erreur. Le « bouche-à-oreille » fonctionne bien dans une ville comme Alençon. Le succès commercial est au rendez-vous, et contribue à mon épanouissement personnel et professionnel. La direction commerciale de Cuisine Plus réalise un important travail de fond, et chacun peut ainsi se consacrer sur le terrain à son vrai métier, au service de l’utilisateur.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

Cuisine Plus"C'est fou comme c'est vous"

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités