Publi-interview franchisé

C. Mullenders (Crestcom) : « Nous formons un réseau soudé, en collaborant régulièrement entre nous »

2011-10-10T08:52:00+02:00

10.10.2011, 


imprimer

A 58 ans, Charles Mullenders a réussi sa reconversion professionnelle. Depuis le 1er octobre 2010, il développe avec succès une franchise Crestcom dans sa région d’adoption, l’Alsace.

Charles Mullenders
Crédits photo : DR
Charles Mullenders, franchisé Crestcom pour les départements 67, 68, 90 et 70.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai intégré le groupe Siemens en 1974, après un BTS en électronique, et j’y ai mené, durant 34 ans, l’essentiel de ma carrière. Basé à l’origine en Belgique, puis à deux reprises au Maroc durant plus de onze années au total, et enfin en Allemagne, à Karlsruhe, j’ai occupé différentes fonctions managériales et commerciales, avant de prendre la responsabilité, en tant qu’administrateur, des processus de gestion de la relation client (CRM). Début 2008, un plan social a été appliqué chez Siemens. J’ai été pris en charge par une société d’outplacement, SKP, et un cabinet conseil pour futurs franchisés, Initiat, qui m’a proposé cinq possibilités pour me lancer en franchise. La perspective de créer une entreprise me motivait, car j’avais eu l’occasion de monter une société pour une tierce personne, puis de réaliser à titre individuel le business-plan d’une start-up. En outre, après cette longue expérience passée au service d’un grand groupe, je souhaitais évoluer dans un contexte de travail à taille humaine. J’avais envie d’être mon propre chef.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

La franchise permet d’appuyer son activité sur une enseigne reconnue. Les franchises rassurent les clients, en leur ôtant toute suspicion vis-à-vis d’un fournisseur potentiel. Or, Crestcom, implanté mondialement dans 63 pays, est un groupe reconnu pour son expérience et son savoir-faire.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Le premier contact a eu lieu en Allemagne, et j’ai particulièrement apprécié la rigueur des process mis en place. A l’issue d’une formation d’une semaine aux Etats-Unis, j’ai eu la possibilité de m’engager avec Crestcom. Après avoir étudié le contrat de franchise qui m’a été soumis, les conditions particulières ont été négociées au siège du franchiseur à Denver dans le Colorado. Crestcom assure la formation du personnel d’encadrement. L’accent est mis sur le développement des qualités nécessaires au leadership et au management d’équipes, afin que les participants ne soient pas seulement des gestionnaires, mais deviennent les locomotives de leur propre succès et de celui de leur entreprise. Personnellement, j’ai été convaincu par l’image de marque de Crestcom, et par la mise en œuvre de ses techniques d’accompagnement.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Sachant que je n’étais pas le seul cadre ex-Siemens sur le marché de l’emploi, je m’étais particulièrement préparé dans la perspective des différents entretiens avec Crestcom. Certes, je parlais quatre langues couramment, mon parcours professionnel crédibilisait mes intentions, et j’avais notamment animé de nombreuses réunions professionnelles, en interne et auprès de clients. Mais, surtout, je portais en moi des certitudes sur mon devenir, et notamment l’évidence qu’il faut s’investir à fond pour réussir. Mon père avait été enseignant, et mon ambition était de devenir un mentor, un coach non-directif. J’avais la conviction de pouvoir m’épanouir en apportant mon expérience aux autres, de manière altruiste, alors même que je n’avais pas eu l’opportunité de le faire dans un contexte de fin de carrière sereine chez Siemens. Souhaitant travailler seul dans un premier temps, sans m’adjoindre de personnel, la proposition économique relative à la franchise Crestcom me convenait parfaitement. Ainsi, les intérêts de chaque partie se sont conjugués, pour créer une synergie.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

L’esprit d’unité, au travers du respect du logo, du design Crestcom, constitue une force majeure. Ainsi, chaque franchisé a la possibilité de disposer d’une page de présentation en français sur le site web de la maison-mère. L’image globale de Crestcom est ainsi respectée et valorisée. Par ailleurs, une documentation complète en ligne et de nombreux outils nous permettent d’optimiser la conception de nos formations. Un concept pédagogique « pro-school » nous amène des outils pour convaincre et fonctionner en tant que facilitateur. Pour notre prospection, nous disposons en interne d’un recueil qui recense l’ensemble des managers formés durant les 20 dernières années, et qui peuvent prescrire Crestcom. Une banque de données externe alimente également le fichier. Enfin, nous formons un réseau soudé, en collaborant régulièrement entre nous : j’accueille mes confrères franchisés Crestcom au sein de mes formations, je participe en retour aux leurs. Nous pouvons de fait nous enrichir mutuellement par le biais d’une critique constructive.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Le plaisir de l’indépendance se conjugue avec une grande discipline dans l’organisation professionnelle. Pour réussir, il faut se surpasser et pour cela, il est indispensable de se donner à fond, en permanence. En retour, Crestcom m’a permis d’obtenir une légitimité dans le domaine du consulting, puisque j’ai intégré la Chambre Professionnelle du Conseil à Strasbourg (67). En effet, la valeur ajoutée de notre service consiste, au-delà de la formation, à accompagner nos participants au sein de leur entreprise, afin qu’ils puissent mettre en pratique leurs nouvelles compétences et comportements. Le retour sur investissement est constaté, grâce à plusieurs indicateurs précis contenus dans un tableau de bord, autant par le participant que par son employeur. L’atteinte, voire le dépassement, des objectifs que chacun se fixe constitue ainsi la première source de satisfaction individuelle et collective.

Dernières actualités