Publi-interview franchiseur

E. Racine (Cours Ado) : « Le système de classes surchargées de l’Education nationale montre ses limites »

2012-10-02T08:41:00+02:00

02.10.2012, 


imprimer

Réseau de 22 agences de soutien scolaire, Cours Ado mise sur un accompagnement personnalisé des élèves et ce dès la grande section de maternelle. Le positionnement de l’enseigne expliqué par Elodie Racine, la responsable réseau.


Crédits photo : Gérald Geronimi
Elodie Racine, directeur réseau Cours Ado.

En quoi votre concept est-il adapté au contexte économique actuel ?

Notre succès actuel tient à plusieurs éléments. Tout d’abord, nous avons choisi un positionnement très haut de gamme. Or, en période de crise, les parents s’intéressent davantage à la réussite scolaire de leurs enfants, pour leur assurer un avenir plus sûr. En venant chez Cours Ado, ils recherchent l’excellence : nos professeurs ont une connaissance poussée de la matière enseignée, des programmes de l’Education Nationale et de la pédagogie. Chez nous, les enseignants sont diplômés de la licence au master, certains se préparent à enseigner au collège, lycée ou à devenir professeurs des écoles. Le professeur est sélectionné en fonction de la personnalité de l’élève, et nous sommes régulièrement en contact avec le professeur, l’enfant et sa famille. De plus, nos concurrents pratiquent les mêmes prix que notre réseau, la différence se fait sur la qualité des cours et du suivi de l’élève. Cet avantage qualitatif se vérifie au quotidien dans nos agences : nous fonctionnons essentiellement par le bouche à oreille et nos clients prennent de plus en plus de forfaits à l’année, s’assurant ainsi de garder les mêmes professeurs. Enfin, notre évolution tient à la force de notre réseau : il reste accessible aux candidats passionnés qui ont peu de moyens financiers. L’apport personnel minimum requis est de 15 000 euros, pour un investissement total de 50 000 à 60 000 euros, généralement amorti en cinq ans. Nos franchisés ont alors accès à des outils de gestion d’entreprise performants qui leur permettent de réaliser d’importantes économies d’échelle, par exemple en matière de communication.


Quelles sont les clés pour réussir dans votre secteur en tant que chef d’entreprise franchisé ?

Le franchisé doit se montrer très bon commercial et bon communicant. Toujours présent au sein de son agence, il doit conseiller ses clients, tout en s’assurant de la qualité et de la cohésion de son équipe pédagogique. Participer à la vie du réseau est essentiel : assister aux réunions, échanger ses idées, partager son expérience et écouter celle des autres pour continuer d’évoluer. L’objectif est qu’il devienne un acteur incontournable de sa ville, de sorte que Cours Ado soit bien identifié des parents et des élèves. Le succès d’une franchise tient au dynamisme du franchisé : il faut aller chercher ses clients, cela peut passer par la distribution de tracts ou par l’organisation d’opérations de sponsoring ou de journées portes ouvertes en partenariat avec des associations locales ou d’autres entreprises de la région. Il est également important de tisser des liens forts avec la mairie, l’association de commerçants ou encore la CCI de sa zone.

Comment-voyez-vous l’évolution de votre secteur dans les prochaines années ?

Depuis plusieurs années, le système de classes surchargées que propose l’Education nationale a montré ses limites : beaucoup d’élèves ont besoin d’un suivi personnalisé, de cours ciblés et de réelles méthodes de travail. Avec la loi Borloo, de nombreuses enseignes se sont lancées sur ce créneau par effet d’aubaine, souvent sans affiner leur concept. La crise permet de faire le tri et de distinguer les plus viables et les acteurs les plus sûrs. De notre côté, nous pensons que le soutien scolaire privé trouve progressivement sa place aux yeux des parents. Ils souhaitent mettre toutes les chances du côté de leur enfant. Nous proposons d’ailleurs, depuis cette année, la prise en charge d’enfants dès la dernière section de maternelle, période d’acquisition des fondamentaux, en termes de connaissances mais aussi de méthodes de travail. Nous avons également conçu des cours d’anglais pour les plus petits, afin de les éveiller à une langue étrangère le plus tôt possible. En bref, nous nous démarquons par des offres qui visent à permettre aux enfants de s’épanouir, de vivre une scolarité plus saine et souvent plus concluante !


Bilan de l’année écoulée pour votre enseigne et perspectives de développement ?

Depuis le début de l’année, le chiffre d’affaires de notre réseau a progressé de 25 %. Les réinscriptions augmentent : elles concernent 1 client sur 2, soit une moyenne de 200 clients sur nos 22 agences. Les ouvertures d’unités franchisées s’établissent sur un rythme régulier de 8 ouvertures par an. Nous ciblons des villes moyennes et grandes, telle que Paris, Lyon ou prochainement Bordeaux. Nous venons également d’ouvrir notre premier centre à l’étranger, à Londres, pour aider les familles françaises expatriées. Cette implantation a d’ailleurs amplifié la réputation de notre enseigne et nous songeons à proposer des offres couplées avec séjours linguistiques. Enfin, nous aimerions lever des fonds afin d’accélérer notre développement, tant en France qu’à l’étranger. A terme, notre réseau pourrait compter une centaine d’agences et devenir une référence incontournable du soutien scolaire d’excellence.

Dernières actualités