Publi-interview franchisée

I. Di Falco (Cimm Immobilier) : « Je suis satisfaite de mon franchiseur car il m’apporte toute l’aide dont j’ai besoin »

2012-12-27T08:26:00+02:00

27.12.2012, 


imprimer

Isabelle Di Falco, 38 ans, s’est donné les moyens de progresser professionnellement, puis de se réaliser en créant son agence Cimm Immobilier à Rives (38), en septembre 2010. Avec la franchise, elle conjugue indépendance et esprit d’équipe.

Isabelle Di Falco
Crédits photo : DR
Isabelle Di Falco, franchisée à Rives (38)

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

J’ai débuté dans la vie active à vingt ans, comme opératrice au sein de la société STMicroelectronics à Grenoble (38), poste que j’ai occupé durant sept années. Titulaire d’un baccalauréat en comptabilité, et désireuse d’évoluer en interne, j’ai validé mes acquis professionnels afin d’intégrer l’Ecole supérieure de commerce de Grenoble, où j’ai obtenu une Maîtrise en gestion et management. Ensuite, j’ai fait valoir ce diplôme auprès de mon employeur, et j’ai ainsi pu obtenir un poste à responsabilité de contrôle de production au sein de mon service. Puis, j’ai évolué sur un poste de central planning, où j’ai géré le besoin en équipement en fonction des plans de production à plus ou moins long terme. Entre temps, j’avais donné naissance à deux enfants, et pris du recul sur ma vie. Le statut de salariée n’était pas motivant, et j’avais envie d’un nouveau challenge professionnel, en dehors de l’univers des grosses entreprises. En 2009, j’ai saisi l’opportunité d’un plan de départ volontaire pour réfléchir à un projet de création d’entreprise. Des membres de ma famille, qui avaient déjà franchi le pas de l’entreprenariat, m’ont soutenue dans cette démarche. Mon mari et moi avions réalisé quelques investissements immobiliers à titre patrimonial, et j’avais apprécié de m’occuper de chaque opération, dans sa double dimension commerciale et juridique. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers le secteur immobilier, encouragée en cela par le consultant qui m’accompagnait dans ma reconversion professionnelle, et épaulée par mon mari.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Ayant toujours travaillé en équipe, je pressentais et je craignais la solitude du chef d’entreprise. Au-delà de l’expérience et des compétences du franchiseur, il y a toujours un interlocuteur avec lequel échanger dans le réseau. J’ai effectué plusieurs recherches dans le domaine de l’immobilier, pour en arriver à la conclusion que seule la franchise Cimm Immobilier me convenait intégralement.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Ma première rencontre avec Jean-Claude Miribel, directeur de Cimm Immobilier, sa fille Aurélie Miribel, juriste, et le développeur de l’enseigne, s’est déroulée de façon très professionnelle et sympathique, empreinte du respect d’autrui. J’ai également contacté quelques franchisés de l’enseigne, déjà implantés, et j’ai obtenu de très bons échos. Enfin, la présentation des méthodes de Cimm Immobilier, exposée au cours d’une rencontre de deux jours à Paris, réunissant une vingtaine de candidats à la franchise, m’a confortée dans mon choix initial.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

J’ai tout simplement expliqué mon parcours professionnel, et ma volonté de travailler avec Cimm Immobilier. J’étais motivée au point d’investir une partie de mes économies dans la création de mon affaire. En outre, j’avais déjà établi mon plan de développement et de financement, basé de façon réaliste sur la création d’une petite agence de 40 m². Ma personnalité a dû leur convenir car, suite au refus que j’ai opposé sur un premier secteur géographique trop éloigné de chez moi, les dirigeants ont cherché un nouveau lieu qui puisse convenir à chacun. En effet, la présence du siège de Cimm Immobilier à Grenoble a entrainé la création de plusieurs agences limitrophes, et les franchisés déjà en place ont été sollicités pour se prononcer sur l’implantation de mon agence à Rives.

Quotidien de la franchisée

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Après définition de mon secteur d’activité, j’ai intégré la formation initiale, afin d’acquérir les bases informatiques, juridiques et administratives. Cette première semaine a été suivie d’une seconde, vécue en immersion dans une agence. En parallèle, le franchiseur est venu valider l’emplacement que j’avais privilégié pour mon local professionnel. Présent pour l’ouverture de mon agence, il a pu en apprécier l’ergonomie, l’exposition de la vitrine, le référencement du site internet, et les premiers mandats immobiliers. Il est revenu deux mois plus tard pour un nouveau diagnostic d’activité, préservant ainsi mon souhait d’indépendance. Cependant, pour la moindre question, je peux appeler un responsable au siège, et tout particulièrement le service juridique sept jours sur sept, sans jamais avoir l’impression de déranger, même le dimanche.
Au cours de cette période de lancement, un franchisé Cimm Immobilier m’a spontanément accueillie, durant une journée, dans son agence près de Dijon et, en retour, il est venu me voir peu après. J’ai également assisté à plusieurs formations spécifiques (gestion locative, dimension juridique, etc.). Dès novembre 2010, j’ai intégré un étudiant en BTS NRC (Négociation et relation client), pour une période de deux ans, puis j’ai embauché un négociateur commercial en avril 2011. Spécialiste des transactions, l’agence développe désormais la gestion locative.
Le maillage serré des agences Cimm Immobilier sur Grenoble favorise un esprit collaboratif propre à l’enseigne. L’entraide entre franchisés n’est pas dictée par le franchiseur, mais correspond à l’éthique du réseau. Nous sommes ainsi en mesure de travailler en synergie sur certains dossiers immobiliers. Au-delà des réunions de secteurs organisées par l’enseigne, nous lançons localement des groupes de travail, par exemple pour réaliser des audits croisés de nos agences. En effet, les habitudes nuisent parfois à l’objectivité. Le regard neuf d’un autre franchisé du réseau est alors le bienvenu.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchiséE ?

J’apprécie tout autant la liberté d’action qui m’est octroyée par le franchiseur que les échanges de points de vue, mais aussi de bons procédés, entre franchisés. Bien entendu, je vis désormais les contraintes, notamment financières, de tout chef d’entreprise, et le temps que je passe avec ma famille est davantage compté, mais la création de mon activité est un choix que j’assume, doublé d’un vrai bonheur, car j’en avais très envie. Je suis satisfaite de mon franchiseur car il m’apporte toute l’aide dont j’ai besoin.

Dernières actualités