Cigarettes électroniques : entre succès fulgurant et risque juridique

2014-01-20T06:00:00+02:0020.01.2014, 


imprimer

Les ventes de cigarettes électroniques ont explosé en 2013. Un nouveau secteur porteur pour les réseaux de franchise. Mais attention, une décision de justice pourrait tout remettre en cause.


Crédits photo : Shutterstock
L'engouement pour les cigarettes électroniques a fait exploser le nombre de distributeurs.

Un marché en pleine explosion

Vapoter. Depuis deux ans, ce verbe a fait une entrée remarquée dans le quotidien des Français. En effet, plus de 1,5 millions de nos compatriotes utilisent désormais la cigarette électronique. De quoi aiguiser les appétits et entrainer une explosion du nombre de boutiques de distribution de e-cigarettes. Et comme pour les bars à sourire il y a trois ans, de nombreux réseaux de franchise ont vu le jour, avec un développement exponentiel. C’est le cas de Clopinette. Pionnière en France, la marque a commencé en janvier 2011 avec de la vente sur Internet. « Notre première boutique a ouvert à Caen (14) au mois d’avril 2011 », raconte Cindy Vuillemain, responsable animation de l’enseigne. « Au départ, il s’agissait d’un marché de niche. Mais il y a eu un engouement et un succès rapide, notamment à cause de la hausse des prix du tabac. »

Très vite, Clopinette s’implante à Paris (75) avec deux nouvelles unités. « En janvier 2012, nous avons souhaité préparer le développement en franchise », poursuit-elle. Le réseau mise sur un produit avec un fort attrait, ainsi qu’un savoir-faire commercial et logistique. « Nous sommes très attentifs à la qualité des produits. D’autant plus qu’aujourd’hui il y a une multiplication des fournisseurs », révèle Cindy Vuillemain.  Résultat, en 2013 le nombre d’implantations explose avec un total de 60 boutiques Clopinette en France, mais aussi à l’étranger. « C’est en adéquation avec la demande », analyse la responsable.


« Une concurrence déloyale » pour le tribunal administratif de Toulouse

Mais un grain de sable pourrait venir enrayer la machine. Début décembre, le tribunal de commerce de Toulouse (31) a jugé illicite la vente de cigarettes électroniques, car cela constitue un acte de concurrence déloyale envers les buralistes « Cela met un terme à la possibilité de vendre des cigarettes électroniques en dehors d’un bureau de tabac. L’activité est jugée illicite au regard du monopole de l’Etat. Par ailleurs, la publicité réalisée par les commerces de cigarettes électroniques est également jugée illicite au regard des dispositions du code de la santé publique », décrypte maître Valérie Meyer,  spécialisée dans le droit de la franchise. Et de poursuivre : « Les enseignes existantes sont susceptibles d’être contraintes de cesser leur activité sauf si les pouvoirs publics prennent position rapidement ». Un coup dur pour le secteur.


En attente d’une législation claire

Pourtant, à l’instar de Clopinette, les enseignes ne semblent pas particulièrement troublées. « Nous respectons les règles en place. Notre produit est une alternative à la cigarette traditionnelle et non un substitut. Par ailleurs, dans nos boutiques nous respectons l’interdiction de vente aux mineurs et déconseillons le produit aux femmes enceintes », assure Cindy Vuillemain. La responsable de chez Clopinette assure par ailleurs que les boutiques ont un rôle à jouer : « nous avons une dimension conseil sur le produit qu’il n’est pas possible d’avoir dans un bureau de tabac ou dans une pharmacie ». Ainsi, son enseigne entend poursuivre son développement pour atteindre les 250 unités en 2016.
Si les réseaux ne semblent pas particulièrement inquiets, maître Meyer conseille la plus grande vigilance à ceux qui souhaiteraient s’engager en franchise. « A ce stade, tout candidat doit être informé des circonstances. A mon sens, il convient d’éviter de se lancer dans ce commerce avant que la législation n’ait clarifiée la situation. » Et de conclure : « Si un franchiseur du secteur poursuit son développement à partir du 9 décembre 2013 (ndlr : date du jugement du tribunal de Toulouse),  il devra répondre de la fermeture éventuelle des fonds franchisés. »