Commerces et cœurs de villes : une réflexion commune pour le bien de tous

2011-05-31T09:02:00+02:00

31.05.2011, 


imprimer

Le 25 mai dernier, élus et représentants des CCI régionales se sont réunis pour faire le point sur la gestion des cœurs de ville. Les leçons à tirer de la 3e journée nationale du management de centre-ville.

Les Français, leur centre-ville et Internet

Les résultats du 3e baromètre sur les attentes des consommateurs en centre-ville* montrent que les Français sont attachés à leur centre-ville et que celui-ci est avant tout plébiscité comme lieu de promenade et de shopping. Il doit donc être agréable plus que pratique, afin d'augmenter son potentiel d'attractivité. Une attention toute particulière doit être apportée aux rez-de-chaussée, espaces de transition entre la rue et les logements, qui véhiculent à la fois l'agrément et les services. Parmi les pistes d'amélioration à envisager par la ville et les commerçants, la facilitation de l'accès (parking, transports, circulation), le nombre d'animations, de boutiques et de rues piétonnes, la propreté et la sureté des lieux. L'enquête révèle également que, pour plus de 62 % des personnes interrogées, Internet a modifié les habitudes d'achat. Il est notamment devenu un outil pour se renseigner avant de sortir en ville ou de faire les courses. Ainsi, même si un tiers des personnes ont déjà acheté en ligne après avoir recherché des informations en magasins, pour le moment, les achats sur internet semblent encore circonscrits aux services de voyage, et au matériel informatique, hifi ou photo-vidéo. De son côté, le centre-ville relève d'une consommation de biens légers qui participent à la construction identitaire, comme les vêtements, les chaussures ou les produits culturels.


Un travail de fond à faire en commun

L'aménagement des cœurs de villes est un projet qui doit fédérer les élus de tous bords politiques, comme l'exprime Denis Badré, président de Centre-ville en Mouvement et député-maire de Ville d'Avray : « Il nous faut travailler ensemble en dépassant les limites partisanes. » Mais c'est également « un projet qui nécessite de développer les partenariats entre public et privé, insiste John Ozinga, le directeur de Carrefour Property, pour travailler en amont au développement de grands projets commerciaux avec les élus, à l'exemple du travail effectué dans la ville de Troyes, où nous avons détruit notre ancien centre commercial afin d'en faire un nouveau quartier commerçant au cœur de la ville. » Pour Jean-Christophe Martre, président de la chambre des métiers et de l'artisanat du Val-de-Marne, « les synergies entre grande distribution et petits commerces sont importantes. Les grandes surfaces sont les locomotives des centres-villes et l'artisanat est une activité complémentaire. Mais les loyers de plus en plus élevés posent problème : il faudrait s'organiser pour intégrer les artisans aux revenus modérés au sein des quartiers commerçants du cœur de ville. »

Le rôle du manager de centre-ville

Avant de recruter un manager de centre-ville, les agglomérations doivent s'assurer que les différents acteurs (élus, CCI, commerçants) ont réellement envie de travailler ensemble. Ils doivent ensuite décider de la stratégie à suivre, puis trouver le moyen de la financer. Les localités peuvent requérir l'aide du FISAC (Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce). Certains bourgs peuvent également choisir de mutualiser le management avec d'autres localités. Une fois recruté, le manager de centre-ville opère le diagnostic de l'offre commerciale à l'échelle du centre-ville et du territoire, puis il la consolide et la développe selon la stratégie initialement posée. Il gère ainsi les demandes d'implantation, les cessions de fonds de commerce, le suivi des locaux préemptés, il fait l'interface avec les services municipaux et crée le lien entre cédants et repreneurs.

 

L’initiative de la ville de Roanne
A Roanne (Loire), la mairie, l’union des commerçants, la CCI et l’ACFCI ont effectué un travail de rénovation des rues piétonnes en réunissant un comité de pilotage une fois par mois et une équipe de management, constituée de 4 techniciens, toutes les semaines.
Au-delà de l’aménagement urbain et de l’uniformisation des façades, les concertations ont également donné lieu à la création de la marque « Vitrines de Roanne », fédérant plus de 200 commerçants et artisans, à la mise en place d’outils pour les adhérents (chèques cadeaux, carte de fidélité, site internet, vente en ligne…) et de multiples animations de quartiers (braderies, marchés de Noël…). L’équipe propose désormais les UC2J : 2 jours de formation pour partager leur expérience.
Se renseigner : vitrinesderoanne.com

______________
* 3e baromètre TNS Sofres réalisé pour Carrefour Property sur les attentes des consommateurs en centre-ville auprès de 556 personnes implantées dans des villes de plus de 20 000 habitants, du 13 au 14 avril 2011.

Dernières actualités