Publi-interview franchiseur

D. Boussira (Carrément Fleurs) : « Nous maintenons un bon niveau de chiffre d’affaires »

2016-06-03T08:27:00+02:00

03.06.2016, 


imprimer

En croissance continue ces derniers mois, avec 30 magasins à fin 2016, le réseau spécialisé dans le commerce de fleurs poursuit son développement et souhaiterait atteindre les 50 points dans les deux à trois prochaines années. Rencontre avec Daniel Boussira, chargé de développement.

Daniel Boussira, Carrément Fleurs
Crédits photo : Droits réservés

Daniel Boussira, chargé de développement chez Carrément Fleurs.

Comment concevez-vous votre rôle de franchiseur ?

L’une des principales missions du franchiseur consiste à poursuivre le développement de l’enseigne de façon à pérenniser l’assise du réseau. Cela passe par le recrutement de nouveaux franchisés et l’ouverture de nouveaux points de vente, mais aussi par la recherche perpétuelle d’améliorations à apporter au concept et de nouveautés à proposer aux franchisés. Chez Carrément Fleurs, nous donnons par exemple rendez-vous au candidat qui souhaite nous rejoindre dans l’un de nos magasins et lui expliquons le mode opératoire, la philosophie de l’enseigne, et lui faisons découvrir, s’il ne le connait pas encore, ce qu’est le véritable métier de fleuriste. C’est réellement très important pour nous que le candidat comprenne tout cela avant de s’engager. Raison pour laquelle nous lui proposons également une immersion dans l’une de nos boutiques pilotes, par exemple. De cette façon, nous nous assurons de ne recruter que des personnes réellement motivées et conscientes de ce dans quoi elles vont s’investir.

Et puis, le rôle du franchiseur est d’accompagner le franchisé tout au long de son contrat, et pas uniquement au moment de l’ouverture de sa boutique, et s’assurer que le concept qui a fait le succès de l’enseigne est bien respecté partout dans le réseau et que les bonnes pratiques sont utilisées. Plusieurs moyens permettent d’atteindre ces objectifs : clients mystères, visites régulières de la part des animatrices réseau, réunions régionales pour échanger avec chacun et partager les bonnes pratiques, etc. La formation est également un élément clé. Fin 2015, nous avons par exemple organisé une formation « accueil en magasin » qui a été suivie par tous nos collaborateurs, succursales et franchisés. Nous mesurons également les résultats financiers de chaque point de vente tous les mois et tous les trimestres afin de constater en amont s’il y a le moindre problème et rectifier le tir si besoin.


Comment le concept Carrément Fleurs a-t-il évolué depuis sa création ?

Les fondateurs, Bruno Pain et son épouse, étaient franchisés d’une autre enseigne pendant plusieurs années lorsqu’ils ont souhaité devenir indépendants en 2006. Ils ont donc continué d’exploiter leurs points de vente en créant l’enseigne Carrément Fleurs, et ont constaté que leur concept fonctionnait très bien. A tel point qu’en 2011, ils étaient passés à 7 magasins ! C’est donc logiquement qu’ils se sont lancés en réseau à partir de 2012, dans un premier temps en licence d’enseigne puis, depuis le début de l’année, en franchise. Aujourd’hui, Carrément Fleurs est le troisième acteur de la fleur en France, et regroupe 28 magasins. Le groupe continue d’appartenir à ses fondateurs, qui sont eux-mêmes des exploitants, ce qui plait aux franchisés car ils parlent le même discours que leur franchiseur.

Côté innovation, Carrément Fleurs mise sur le digital : le réseau a conscience qu’il doit adapter le concept aux nouvelles habitudes des clients. En début d’année, nous avons donc refondu entièrement le site internet pour le rendre plus ergonomique et moderne, et avons ouvert un espace dédié à l’achat et la commande sur internet, avec retrait en magasin. Depuis fin 2015, nous testons également plusieurs opérations de géolocalisation, notamment. Nous sommes un réseau jeune et devons optimiser nos investissements. Nous procédons donc étape par étape, en faisant plusieurs tests et ne gardant que ce qui fonctionne.


Quel rôle le franchisé peut-il jouer à l’intérieur de votre réseau ?

Chez Carrément Fleurs, les franchisés proviennent d’horizon divers – immobilier, grande distribution, automobile, etc. – ce qui est une grande richesse. Chacun apporte donc son expérience, notamment au travers de commissions de travail que nous avons mis en place sur différentes thématiques comme l’informatique, le marketing ou encore le service client.
Et puis nos franchisés prennent un part active au développement du réseau, tout simplement parce que beaucoup d’entre eux souhaitent ouvrir ou l’on déjà fait un deuxième, voire un troisième point de vente avec Carrément Fleurs. Une belle marque de confiance.


Quel bilan faites-vous de l’année écoulée ? Quelles sont vos perspectives de développement ?

Depuis le début de l’année, Carrément Fleurs a déjà ouvert trois magasins, et devraient en inaugurer deux supplémentaires à l’automne, en région parisienne et dans le Sud-Ouest. Si tout se déroule comme prévu, nous devrions donc ouvrir entre 5 et 7 points de vente cette année, comme nous faisons chaque année depuis nos débuts en 2012. A terme, Carrément Fleurs peut disposer d’un réseau de 80 à 100 magasins, et de nombreuses zones restent à couvrir, notamment sur toute la façade Atlantique, au Nord, dans le centre de la France et en Ile-de-France. Mais le plus important, c’est la performance de nos magasins existants : tous commerces confondus, nous avons déjà enregistré une croissance de 23 % au premier trimestre 2016, et 8 % à périmètre comparable. C’est plutôt une bonne performance, compte tenu que le marché de la fleur n’est pas au beau fixe ces dernières années. Mais chez Carrément Fleurs, nous parvenons à maintenir un bon niveau de chiffre d’affaires.

Dernières actualités