Publi-interview tête de réseau

P. Buyens (CapiFrance) : « Les mandataires sont des acteurs de proximité »

2014-10-29T08:04:00+02:00

29.10.2014, 


imprimer

Créé en 2002, CapiFrance se développe entièrement sur Internet. Aujourd’hui à la tête d’un réseau de 1 400 conseillers immobiliers indépendants, cette filiale d’Artemis, holding financière du groupe Pinault vise les 2 % de parts de marché dans les prochaines années. Rencontre avec Philippe Buyens, directeur général délégué.

Philippe Buyens, DG délégué CapiFrance
Crédits photo : Droits réservés
Philippe Buyens, DG délégué CapiFrance.

En quoi votre concept est-il adapté au contexte économique actuel ?

CapiFrance a anticipé très tôt les évolutions du marché et de la demande en se positionnant à 100 % sur Internet, tout en travaillant la relation client. En effet, nous pensons que le web occupe une place majeure, mais que la clientèle a tout de même besoin de conseillers proches, notamment lorsqu’il s’agit d’un enjeu aussi fort que celui d’acheter un bien immobilier. Chez CapiFrance, tous les conseillers mandataires sont des acteurs de proximité : ils exercent dans le même quartier que leurs clients, et peuvent ainsi répondre à toutes leurs questions. De plus, étant donné que le réseau n’a pas d’agence physique, ce sont nos agents qui se rendent au domicile des clients : un service très apprécié.

De façon générale, l’enseigne propose des prestations identiques à celles d’une agence immobilière, voire même supérieures. Aussi, CapiFrance dispose d’une force de frappe immense sur Internet, car nous publions l’intégralité de notre portefeuille sur plus de 1 400 portails immobiliers différents. Notre réseau de mandataires est uni, comme une seule et même agence, raison pour laquelle nous pouvons coordonner une telle action.


Quelles sont les clés pour réussir dans votre secteur en tant que chef d’entreprise au sein d’un réseau ?

Pour réussir dans ce métier, il faut être capable de comprendre les projets de vie des clients, qu’ils soient professionnels ou personnels. C’est aussi important de bien connaître l’endroit où l’on travaille, car il faut savoir de quoi on parle pour pouvoir renseigner au mieux les futurs acquéreurs. En moyenne, un mandataire CapiFrance rayonne autour de 15 à 30 minutes autour de chez lui et a ainsi une parfaite connaissance de sa zone.

Comme évoqué précédemment, CapiFrance est un réseau n’ayant pas de point de vente et se développant entièrement via Internet. Les agents immobiliers travaillent en home office, ils doivent donc disposer d’une grande autonomie, faire preuve de rigueur et de volonté. En effet, même si le réseau leur apporte tout le back office et l’animation commerciale nécessaires sur le terrain pour les accompagner, ils sont les chefs de leur entreprise et gèrent eux-mêmes leur rythme de travail. En revanche, il n’est pas nécessaire d’être issu de ce milieu pour se lancer. Au contraire, CapiFrance est un excellent biais de reconversion professionnelle, notamment pour les seniors.

Comment voyez-vous l’évolution de votre secteur dans les prochaines années ?

Le réseau est confiant par rapport au marché immobilier. Ce secteur est vaste et très segmenté, et chaque partie a sa spécificité. Par exemple, si le marché de l’emploi peut influer le marché de l’ancien, ce segment reste stable, soutenu par les projets et les événements qui ponctuent la vie des Français comme les mutations, le mariage, les naissances ou encore les divorces. La villégiature, en revanche, pâtit davantage de la morosité économique. Néanmoins, le marché reste dynamique dans sa globalité et nous sommes convaincus de la réussite du modèle CapiFrance, notamment grâce à notre positionnement. Aujourd’hui, 95 % des démarches dans le domaine immobilier se font sur le web, notre enseigne a donc toute sa place. Enfin, le concept CapiFrance permet au mandataire de travailler depuis son domicile, sans supporter les coûts d’une ouverture d’agence, compris entre 150 000 et 200 000 euros. Pour démarrer au sein de notre réseau, il lui suffit de provisionner une trésorerie suffisante pour exercer le temps d’encaisser sa première vente, soit une dizaine de milliers d’euros environ.


Quel bilan faites-vous de l’année écoulée et quelles sont vos perspectives de développement ?

Depuis le début de l’année 2014, le réseau CapiFrance a accueilli 450 nouveaux mandataires, pour un total de 1 400 conseillers répartis en France. Aujourd’hui, nous sommes présents dans chaque département et souhaitons nous renforcer encore en Ile-de-France, dans l’Est et dans les villes de Rennes (35) et Nantes (44). De façon générale, il reste de nombreuses opportunités pour nous rejoindre car nous visons les 2 500 mandataires afin d’atteindre les 2 % de parts de marché d’ici 3 à 5 ans. Pour y parvenir, nous allons notamment poursuivre le développement de nos filières "immobilier neuf" et "commerces", qui progressent rapidement.

Dernières actualités