Coiffure : un affilié BEAUTY BUBBLE témoigne

2011-09-07T09:34:00+02:00

07.09.2011, 


imprimer

Beauty Bubble, réseau de coiffure express et low cost, a recueilli le témoignage de M.Salzert, son affilié des Ulis, en Essonne.

« Après un CAP de coiffure et un bac pro, j’ai travaillé 3 ans pour le groupe Saint Algue en qualité de coiffeur. Puis j’ai été recruté par un indépendant pour manager un salon de quatre personnes pendant cinq ans. J’ai alors décidé d’ouvrir mon propre salon de coiffure, puis 2, 3 et un 4ème en 2010. Le concept instauré par Beauty Bubble m’a fortement intéressé, car il cible une nouvelle clientèle et ses implantations sont idéales. », explique le partenaire avant de revenir sur l’accompagnement de l’enseigne « Le réseau a tout pris en charge. Une fois le contrat signé, je n’ai eu qu’à apporter mon terminal carte bleue et mettre en place mon équipe. Lorsque j’ai voulu ouvrir mon salon traditionnel dans une galerie marchande, le processus a été long. J’ai d’abord racheté le fonds de commerce, puis il a fallu créer un dossier avec l’architecte, rencontrer le directeur général des centres commerciaux avec l’architecte pour validation, effectuer un dépôt à la mairie pour validation, etc. En tout, il a fallu quatre mois de la création à la réalisation, et encore c’est rapide. Pour Beauty Bubble, j’ai eu surtout un temps de réflexion. Après deux rendez-vous en avril et mai 2011, j’ai été invité à l’inauguration des Ulis le 16 mai, et j’ai signé le 4 juillet. J’aurais pu l’ouvrir en mai, mais j’avais besoin d’y réfléchir. »

Ses équipes ont bénéficié d’une semaine de formation avant le démarrage de l’activité et les coiffeurs d’une formation spéciale sur cheveux secs.

Deux mois après l’ouverture, l’affilié Beauty Bubble est très heureux de son choix : « C’est rare d’avoir une affaire rentable le 1er mois. Avec mes deux salons traditionnels, il a fallu attendre 10 mois. C’est déroutant ! La gestion de la société reste sommaire, pas de gestion de stock. C’est un jeu d’enfants à la porté de beaucoup de personne. Il n’y a pas de logistique à avoir, on a donc plus de temps pour gérer le personnel. Les relations humaines qui deviennent prioritaires. »

M.Salzert prévoit dès maintenant l’ouverture de deux autres bulles Beauty Bubble.

Les « bulles » Beauty Bubble ont vu le jour en janvier 2010 au sein du centre commercial Maine Montparnasse, à Paris, et se sont progressivement développées dans la capitale puis à Lyon, Lille et Nice. L’enseigne s’installe dans des lieux à fort passage : gares SNCF, stations de métro, aéroports, centres commerciaux, etc.

Dernières actualités