Publi-interview franchisé

B. Tisserant (Au Bureau) : « J’ai immédiatement eu un excellent relationnel avec le franchiseur »

2009-10-09T01:04:00+02:00

09.10.2009, 


imprimer

Sa formation devait le mener à l’industrie, c’est le commerce qu’il a choisi. Autodidacte et multi-créateur d’entreprise, Bruno Tisserant a finalement choisi de s’adosser à la franchise « Au bureau » pour son concept original à la croisée du pub et de la brasserie.

Bruno Tisserant, franchisé Au Bureau
Crédits photo : Droits réservés
Bruno Tisserant, franchisé Au Bureau.

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉE À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

Je suis chef d’entreprise depuis plus de vingt ans ! En août 1986, j’ai lancé mon premier commerce, un vidéo club. Puis, j’ai monté une franchise pour une enseigne de nettoyage, un bar-tabac-loto-pmu et un bar-pub-brasserie. Monter des projets, mettre en place une équipe et des produits, réaliser mon objectif de chiffre d’affaires, voilà ce que j’aime dans la création d’entreprise. Et toujours se poser la question pourquoi ne pas recommencer une nouvelle aventure ?


POURQUOI AVOIR CRÉÉ EN FRANCHISE ?

Les clients en ont marre des bistrots où on mange sur un coin de table et où les toilettes ne sont nettoyées qu'un jour sur deux. Quand ils découvrent une enseigne qui leur plait, ils cherchent à la retrouver dans d’autres villes. Le concept Au Bureau est bien rodé. Le restaurant est joli, propre, convivial avec une ambiance cosy. Je voulais depuis longtemps créer un bar à thème. S’adosser à une enseigne de renom, c’est beaucoup plus facile en gestion des travaux et des risques contrôlés.

Choix de l'enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

Au Bureau est pratiquement la seule enseigne a avoir une Licence IV ! Et le concept durera dans le temps. Contrairement aux restaurants aux couleurs criardes qui se démodent en quelques années, la patine, le bois, le cuir valorisent la salle. J’ai aussi immédiatement eu un excellent relationnel avec la tête de réseau. On nous impose peu de choses et on écoute nos suggestions. J’apprécie le respect mutuel qui règne dans nos rapports.


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

J’ai monté un dossier solide avec l’aide de l’expert-comptable qui m’accompagne depuis 1986. Mes précédentes expériences dans la création d'entreprise ont parlé pour moi. J’ai aussi bénéficié du témoignage d’un brasseur de Stella Artois pour préparer mon dossier et rencontrer le développer de la franchise.

Quotidien du franchisé

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?

J’ai bénéficié d’une assistance à l’ouverture. Un délégué de l’enseigne m’a aidé à trouver des fournisseurs référencés sur la région. C’est essentiel de choisir des produits de qualité pour la cuisine. J’ai par la suite préféré gérer tout seul l’établissement. Je ne suis pas restaurateur mais j’ai des idées ! Il est aussi essentiel de s’entourer d’un chef et de directeurs pour vous aider à réaliser les objectifs.


 

BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

Je travaille six jours sur sept, voire sept sur sept, souvent jusqu’à minuit. La difficulté au départ a été de gérer les conflits internes de l’équipe. Mais j’aime ce que je fais. Finalement, c’est pour les proches que c’est difficile. J’ai finalement réussi à prendre des congés au bout d’un an. Maintenant que le restaurant tourne. J’ai deux directeurs, deux chefs en cuisine, je peux désormais partir en week-end avec ma femme et mon chien ! Mais si quelqu’un pousse la porte du restaurant et me propose de racheter, je signe tout de suite pour lancer un nouvel établissement. Un « Au Bureau » bien sur. L’enseigne ouvre 10 établissements par an. Mon rêve serait d’aider les nouveaux franchisés à démarrer.

Dernières actualités