Publi-interview franchisé

P. Delporte (Anacours) : « J’ai préféré miser sur un secteur géographique atypique et très étendu »

2009-11-06T01:08:00+02:00

06.11.2009, 


imprimer

Prestataire de services aux entreprises, Patrick Delporte a décidé d’ajouter le soutien scolaire à son activité. Premiers pas d’un converti à la franchise.

Patrick Delporte
Crédits photo : Droits réservés
Patrick Delporte, franchisé Anacours

Construction du projet

CE QUI VOUS A MOTIVÉ À DEVENIR CRÉATEUR D’ENTREPRISE ?

J’ai travaillé pendant 5 ans à EDF GDF sur un poste de commercial où je faisais des études marketing. J’ai ensuite rejoint une chambre de commerce dans le secteur du service aux entreprises du commerce. Durant ces sept années, je n’étais pas fonctionnaire mais j’avais un statut qui s’en approchait. Puis j’ai décidé de lancer ma propre entreprise de prestations de services aux entreprises de commerce. J’ai toujours eu envie d’être autonome, de me lever le matin pour travailler pour moi-même. Mais j’ai attendu ces sept années avant de créer ma propre structure car je voulais d’abord emmagasiner une solide expérience.


POURQUOI AVOIR CRÉÉ EN FRANCHISE ?

Lorsque j’ai examiné le secteur du soutien scolaire, je me suis rendu compte que se lancer en indépendant est extrêmement compliqué car il y a beaucoup de contraintes administratives. Les formalités peuvent se révéler très contraignantes. Appartenir à un réseau permet de se décharger de ces démarches et de se concentrer sur le développement commercial et pédagogique.

Choix de l’enseigne

CE QUI VOUS A SÉDUIT CHEZ LE FRANCHISEUR ?

J’ai comparé plusieurs enseignes. J’ai approfondi pour sélectionner la plus sérieuse. Anacours n’est pas la moins chère mais j’ai eu le sentiment que ce serait celle qui me donnerait les meilleures armes pour me développer. C’est l’un des rares réseaux à être certifié Qualicert, label qui récompense la qualité de service. Et c’est une entreprise à taille humaine avec une structure souple et réactive.


COMMENT AVEZ-VOUS CONVAINCU LE FRANCHISEUR ?

Nous nous sommes rencontrés en mars 2009 sur le salon de la franchise. Nous avons discuté longuement puis je suis retourné les voir ultérieurement. Ils sont très vigilants sur le recrutement. Normal, Anacours est leur « bébé ». J’ai mis en avant mon profil commercial mais aussi mon expérience d’enseignant. J’ai en effet donné des cours à l’Université du littoral dans le cadre de la professionnalisation des filières universitaires. J’ai arrêté car je consacre désormais une grande part de mon énergie à développer Anacours.

Quotidien du franchisé

COMMENT AVEZ-VOUS APPLIQUÉ LE SAVOIR-FAIRE DE L’ENSEIGNE ?

J’ai passé trois semaines à Paris pour me familiariser avec le manuel opératoire. Depuis le démarrage de l’activité, en septembre 2009, le responsable du développement passe régulièrement. Les audits sont très poussés car il tient à ce que les procédures ne partent pas à vau-l’eau. Normal, je fais partie des trois premiers franchisés ! Nous nous parlons aussi tous les jours au téléphone.


BÉNÉFICES ET CONTRAINTES DE VOTRE NOUVELLE VIE DE FRANCHISÉ ?

J’ai fait un véritable pari car j’aurai pu m’installer dans une grande métropole comme Montpellier ou Marseille. Mais j’ai préféré miser sur un secteur géographique atypique et très étendu. Je suis basé à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais) et je couvre toute la Côte d’Opale. Bref, c’est un véritable pari ! Au niveau du lancement de l’entreprise, je n’ai pas tellement eu de surprises puisque j’en avais déjà créé une. La grande différence, c’est d’appartenir à un réseau. J’appelle régulièrement les autres franchisés avec qui j’ai sympathisé pendant la formation. Quand on est indépendant, on a des clients, des employés, mais pas de collègues.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

AnacoursUn projet ambitieux et qui a du sens.

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités