Publi-interview franchisé

D. Israël (Anacours) : « J’ai généré un chiffre d’affaires dès l’ouverture de mon agence »

2011-02-04T08:27:00+02:00

04.02.2011, 


imprimer

David Israël a ouvert son agence Anacours à Chelles (Seine-et-Marne) en août 2010. A 41 ans, il a rejoint ce réseau dont il partage la philosophie commerciale et pédagogique.

David Israel
Crédits photo :
David Israel, franchisé Anacours

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Titulaire d’un Bac + 2 Action commerciale, j’ai créé mon entreprise de vente de jeux vidéo, à l’époque où ce secteur était en plein boom. Je me suis occupé de trois magasins avant de tout revendre. Après avoir passé quelques années à la Réunion, lors de mon retour en métropole, je suis devenu commercial, puis responsable commercial d’une entreprise. La société se structurant, j’ai eu progressivement moins d’emprise sur les décisions. J’ai souhaité retrouver mon indépendance et ai pu profiter d’un départ bien négocié.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Lors de ma première création d’entreprise, j’avais déjà rejoint un réseau de franchise. Etant un bon commercial, changer de produit ne me faisait pas peur. Comme je me lançais également dans un autre secteur d’activité, j’avais besoin d’aide. La franchise m’a donc apporté ce soutien et m’a fait gagner du temps. J’ai réussi à travailler et à générer un chiffre d’affaires dès l’ouverture de mon agence grâce à la notoriété de l’enseigne et au réseau de professeurs reconnus dont disposait déjà Anacours.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

J’ai mené de nombreuses recherches avant de rejoindre Anacours. Lorsque j’ai rencontré les têtes de réseau au Salon de la Franchise, nous avons eu un bon feeling sur le plan humain. Leur philosophie commerciale et pédagogique me plaisait. Par ailleurs, les fondateurs ne sont pas obnubilés par la course à l’ouverture de nouvelles agences : les franchisés sont considérés comme de vrais partenaires et ne représentent pas uniquement des droits d’entrée ou des royalties.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Mon expérience en tant que créateur d’entreprise ainsi que mon parcours commercial ont certainement séduit les deux têtes de réseau. Comme j’avais une bonne connaissance de la région dans laquelle je souhaitais m’installer, je savais également quelles étaient les opportunités d’emplacement les plus favorables pour le secteur géographique et le domaine d’activité. La procédure a donc été rapide avec une première rencontre en mars et un départ en formation dès juin.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

J’ai suivi une formation essentiellement théorique de quatre semaines. Cette session a été très bénéfique. J’ai senti immédiatement que le discours commercial tenu était rôdé et éprouvé, ce qui permettait de ne perdre aucun client en début d’activité et surtout de répondre à leurs besoins rapidement. Au cours de cette formation, le logiciel informatique utilisé par Anacours nous a été présenté. Puis, supervisés par les formateurs, nous avons été amenés à passer des coups de fil d’essai à des clients pour mettre en pratique ce que nous avions appris.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Je suis très satisfait d’avoir choisi la franchise comme mode de développement. Cela m’a permis de démarrer plus vite. Etre soutenu par un réseau rassure également les parents qui sont nos clients. Anacours s’occupe pour l’heure de tout le back-office, comme les déclarations Urssaf, les fiches de paie des professeurs… C’est d’une grande aide. J’ai jusqu’à présent tiré profit de leurs connaissances. Enfin, je travaille de nouveau pour moi : tout investissement est dans mon intérêt direct.

Dernières actualités