Publi-interview franchisée

F. Danloux-Chabot (Agora Presse et Caetera) : « L’accompagnement de l’enseigne a été primordial »

2014-07-25T08:05:00+02:00

25.07.2014, 


imprimer

Frédérique Danloux-Chabot a réalisé à 43 ans son rêve de petite fille : créer et gérer sa librairie-papeterie-presse. C’est sous enseigne Agora Express qu’elle a ouvert, le 28 mars 2013, son magasin de 100m² dans la galerie de l’Intermarché de Givet (08).

Frédérique Danloux-Chabot, franchisée Agora Presse
Crédits photo : Droits réservés
Frédérique, franchisée Agora Presse à Givet (08).

Construction du projet


Ce qui vous a motivée à devenir créatrice d’entreprise ?

Depuis toute petite, j’ai toujours désiré ouvrir un magasin de presse, et je me rendais régulièrement dans la librairie de la ville où j’habitais avec mes parents. Après avoir exercé plusieurs métiers, notamment dans la vente en magasin d’ameublement, puis comme auxiliaire de vie auprès de personnes âgées durant 15 ans, j’ai enfin eu l’opportunité de réaliser mon rêve. Cinq ans auparavant, une presse indépendante avait déposé le bilan à Givet (08), je m’étais positionnée pour reprendre l’activité, mais les propriétaires étaient introuvables, et l’affaire ne s’est jamais réalisée. Mais lorsque la librairie indépendante implantée en galerie marchande d’Intermarché a fait faillite en juin 2012, j’en ai été avertie par un ami, qui m’a précisé que le directeur de la grande surface souhaitait maintenir ce type de commerce, en franchise cette fois.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Je m’étais battue voici cinq ans pour essayer de reprendre la presse indépendante, et j’étais restée motivée, bien que plus prudente. J’avais envie de m’investir dans ce nouveau challenge, en bénéficiant toutefois de l’accompagnement d’un franchiseur, qui allait de surcroît m’apprendre le métier de A à Z.


Choix de l’enseigne


Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Le premier entretien avec Agora Presse et Caetera a eu lieu dans les locaux mêmes de l’ex-librairie. Puis, j’ai été convoquée à Lyon (69) afin de rencontrer la direction. J’ai apprécié que mes deux interlocuteurs prennent le temps de tout m’expliquer en détail. Nous avons analysé ensemble le potentiel de développement du magasin, et je me suis sentie accompagnée par une enseigne à l’état d’esprit familial.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

J’étais très motivée par cette création de librairie-presse. Par ailleurs, je pense que le franchiseur a perçu que j’étais une personne courageuse, capable de comprendre rapidement les composantes de ce nouveau métier très exigeant, et de prendre les décisions adéquates pour gérer sainement l’activité.

Quotidien de la franchisée


En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

Avec d’autres franchisés, j’ai suivi durant une semaine à Paris (75) une formation théorique, puis une immersion au sein du premier magasin pilote Agora Presse, dans le 4° arrondissement de Paris. Nous avons appris les fondamentaux du métier (arrivages, gestion des stocks et des retours, facturation, utilisation du logiciel Librisoft, etc.). L’enseigne m’a accompagnée auprès de plusieurs banques pour la présentation du business plan et la négociation du financement, et a facilité l’acquisition du stock grâce à un échéancier. Pour l’implantation de la librairie, trois personnes de l’enseigne sont venues m’aider, dont Philippe Blanchard, responsable de réseau, qui a réalisé à mes côtés la journée d’ouverture, annoncée localement par Radio-Givet. Chaque trimestre, il me rend visite au magasin pour faire le point et me conseiller utilement. L’activité est diversifiée, nous commercialisons également les offres de la Française des Jeux, et le logiciel de gestion, véritable "mémoire de la vie du magasin", est indispensable.

Régulièrement, Agora Presse met en place des opérations commerciales, relayées par des flyers, et il est alors important de commander les nouvelles références. Le fait de me fournir par le biais de l’enseigne permet de ne pas être tributaire d’un franco de port. Parfois, un client réclame un nouveau produit découvert dans une émission télévisée (exemple : les Cahiers "anti-stress" d’Art Thérapie), et Agora Presse me procure très rapidement l’article souhaité. Enfin, chaque année, en novembre, une convention nationale permet à l’ensemble du réseau de se retrouver et d’échanger dans une ambiance conviviale.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisée ?

Ayant créé seule, j’ai rapidement dû embaucher une vendeuse, car le magasin est ouvert du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures non-stop. Malgré sa présence, je travaille beaucoup pour un salaire similaire au précédent, car la priorité, en démarrage d’activité, est de rembourser l’emprunt et de verser la redevance au franchiseur. Néanmoins, si c’était à refaire, je recommencerais, car j’aime mon métier. L’accompagnement de l’enseigne a été primordial, car jamais je n’aurais pu ouvrir seule une librairie-presse !

Dernières actualités