Publi-interview franchisé

C. Castenetto (ADA) : « Le franchiseur est toujours là et je me sens épaulé »

2013-10-17T08:00:00+02:00

17.10.2013, 


imprimer

C’est sur les chapeaux de roues que Christophe Castenetto, 39 ans, a repris et relancé, le 2 septembre 2013, l’agence de location de véhicules ADA à Argenteuil (95).

Christophe Castenetto, franchisé ADA
Crédits photo : DR
Christophe Castenetto, franchisé ADA

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Mon BTS technico-commercial en poche, j’ai travaillé 12 ans pour la franchise Espace SFR. D’abord responsable d’une agence, j’ai ensuite évolué en tant que chef des ventes sur la région Picardie où j’ai été amené à manager une soixantaine de personnes au sein des différentes agences de mon secteur. Lorsque cette première et longue expérience professionnelle a pris fin, l’alternative était simple : dénicher un travail en tant que salarié qui me convienne, ou créer une entreprise. Or, issu d’une famille de commerçants et d’entrepreneurs, cette seconde solution me trottait dans la tête depuis longtemps. J’ai alors visité plusieurs salons de la franchise, sans viser de secteur d’activité précis. Mon CV figurait sur le site internet de Cadremploi, quand un chasseur de têtes m’a proposé une franchise ADA. Passionné de mécanique automobile et commercial dans l’âme, j’ai trouvé l’opportunité intéressante.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

Je connais bien le système pour y avoir travaillé durant douze ans. La franchise m’apparait comme un partenariat, basé sur un partage de compétences : le franchiseur m’apporte son savoir-faire et j’amène mon sens du commerce. De plus, les clients sont plus facilement attirés par une enseigne soutenue par la réputation du franchiseur. Enfin, il est vrai, les banques réservent un meilleur accueil aux franchisés qu’aux indépendants purs, et le financement s’obtient plus facilement.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

J’ai beaucoup aimé le système de recrutement des franchisés : le premier rendez-vous de sélection a été initié par le chasseur de têtes. S’est ensuivi un excellent entretien avec le responsable ADA Ile-de-France. Mais le déclencheur s’est manifesté lors de ma rencontre avec Jean-François Charvat, le directeur de la franchise, au cours de laquelle nous avons partagé une même vision du partenariat franchiseur/franchisé. Il a notamment veillé à me proposer la reprise d’une agence importante, celle d’Argenteuil, afin que je ne « m’ennuie » pas. C’était en effet ma crainte, compte tenu de mon acquis professionnel.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

C’est mon expérience commerciale et managériale, développée auprès d’une société gérée en franchise, qui a intéressé l’enseigne, ainsi que ma capacité à mettre en œuvre et à suivre des plans d’action efficaces.

Quotidien du franchisé

En quoi le savoir-faire de l’enseigne vous aide-t-il au quotidien ?

J’ai particulièrement apprécié le système de formation théorique articulé en deux fois huit jours. La formation métier est organisée en interne. Dans un premier temps, nous avons abordé les problématiques liées aux assurances, à la location (et notamment sur l’importance de l’état des lieux réalisé sur les véhicules, au départ et au retour). Puis nous avons traité, avec des intervenants extérieurs, des thématiques du commerce et du management. J’ai apprécié que les formations se soient déroulées au siège de l’enseigne car elles m’ont donné l’opportunité de mettre un visage sur le nom de mes interlocuteurs au quotidien. Et parce que je disposais de temps cet été, j’ai bénéficié de deux mois – au lieu d’un seul – d’intégration en agence. Le franchisé de Goussainville (95) qui m’a accueilli dirige un énorme parc de véhicules sur trois agences ADA. Il m’a permis de beaucoup apprendre du métier en me déléguant certaines missions.

Au quotidien, un directeur de comptes en charge de plusieurs agences ADA exerce un suivi très rapproché de mon activité, ce qui constitue un réel appui. Et pour m’impliquer davantage encore, ADA m’a convié à la convention nationale annuelle, puis aux réunions qui se déroulent deux fois par an en régions.
S’agissant d’une reprise en location-gérance, mon agence a totalement été remise à neuf par ADA. Et j’ai pu entièrement constituer un parc de 34 véhicules neufs (depuis l’utilitaire de 20m3 à la voiture de tourisme), grâce à EDA, la centrale d’achat filiale d’ADA. C’est une aide très précieuse car d’une manière générale, les financements sont refusés aux nouveaux exploitants qui n’ont pas encore sorti leurs premiers bilans. De plus, pour optimiser notre activité, ADA met à notre disposition un logiciel très complet. Outre la gestion de la location, une tablette tactile dont le programme est relié à chaque contrat-client permet de réaliser un état des lieux qui ne laisse aucune place à l’approximation, en s’appuyant notamment sur des photos prises au départ et au retour des véhicules.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

J’éprouve une très grande satisfaction à être le seul maître à bord, à pouvoir diriger et mettre en place les choses comme je les sens. Bien sûr, il est essentiel d’être bien soutenu, notamment pour surmonter moralement les problèmes techniques ou financiers qui peuvent survenir.
Heureusement depuis le début de l’aventure, le franchiseur est toujours là et je me sens épaulé.
Le réseau permet également d’échanger de manière constructive car c’est lors de ma formation terrain que je me suis aperçu qu’il peut s’avérer compliqué de se disperser avec plus de deux agences à diriger.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

ADAça roule pour moi

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités