Publi-interview franchisé

P. Allet (ACE Prêts Immobiliers) : « La franchise nous a fait gagner cinq ans par rapport à une création ex-nihilo »

2011-03-07T08:56:00+02:00

07.03.2011, 


imprimer

Pierre et Françoise Allet, respectivement 58 et 50 ans, ont rejoint ACE en octobre 2008. Basés à Bergerac (Dordogne), ils sont les premiers franchisés de ce réseau de courtage en crédit immobilier.

Pierre et Françoise Allet
Crédits photo : DR
Pierre et Françoise Allet, franchisés ACE Prêts Immobilier.

Construction du projet

Ce qui vous a motivé à devenir créateur d’entreprise ?

Instructeur de haute montagne à Chamonix, j'ai dû mettre fin à ma carrière à la suite d'un accident. Avec mon épouse, je suis devenu chef d'entreprise dans le monde de l'aéronautique ultra léger. Nous possédions deux écoles de parapente, une d'ULM et une usine de fabrication de ces deux produits. Comme ma santé ne me permettait plus de voler, nous avons décidé de nous recycler dans une autre activité. C'est ainsi que nous avons rejoint ACE Prêts Immobiliers. Ma motivation était simple : j'ai toujours été chef d'entreprise, je ne savais faire que ça. A mon âge, avoir une activité indépendante était la seule façon pour moi de trouver du travail. En outre, ma femme étant plus jeune que moi, en l'associant à ce projet, je souhaitais lui assurer un revenu convenable, lors de mon départ à la retraite.


Pourquoi avoir créé en franchise ?

J'ai longtemps observé le fonctionnement de la franchise. Il m'a toujours semblé que ce mode de développement permettait d'assurer la pérennité d'une entreprise grâce à l'expérience et au savoir-faire du franchiseur. Toute la difficulté résidait pour nous dans le choix d'un réseau solide et sérieux au succès éprouvé, capable de transmettre son savoir-faire.

Choix de l’enseigne

Ce qui vous a séduit chez le franchiseur ?

Je souhaitais m'orienter vers le service, une activité qui m'apparaissait plus reposante que celle dans laquelle j'ai évolué toutes ces années. Pas de bureau d'études à diriger, pas de création de produit à mener, ni de fournisseurs à gérer. Se loger, tout comme se nourrir, fait partie des besoins premiers de l'être humain. L'immobilier est donc un domaine porteur. Je ne souhaitais pas me diriger vers le secteur des agences immobilières déjà très implanté dans ma région. Ensuite, c'est une histoire d'hommes. J'ai rencontré le directeur du réseau franchisé sur un salon professionnel. Le contact est bien passé. Son discours m'a convaincu. Il m'a parlé de son métier, du marché et j'ai senti son intention de transmettre un savoir-faire et non seulement d'encaisser, comme d'autres réseaux, des droits d'entrée.


Comment avez-vous convaincu le franchiseur ?

Ma femme et moi avons posé les bonnes questions. Notre expérience de l’entrepreneuriat nous a poussés à nous interroger sur le business plan, la trésorerie, la gestion des ressources humaines, le contrat de franchise... Ma formation initiale de comptable était sans doute un atout supplémentaire. Nous avions les fonds propres nécessaires pour nous lancer. Enfin, même nos doutes et notre méconnaissance du métier ont été positifs puisqu'ACE Prêts Immobiliers était en mesure de nous accompagner à ce niveau.

Quotidien du franchisé

Comment avez-vous appliqué le savoir-faire de l’enseigne ?

Nous étions les premiers franchisés du réseau. Nous avons suivi une formation mais elle s'est beaucoup améliorée depuis notre arrivée. Nous avons été très chouchoutés par le franchiseur. Nous avons une relation quasi familiale avec le président du groupe. Dès que nous avons une question, nous les contactons par téléphone et nous avons une réponse dans les cinq minutes. Le directeur du réseau s'est occupé lui-même des conventions avec les banques. C'est un gain de temps inestimable.


Bénéfices et contraintes de votre nouvelle vie de franchisé ?

Rejoindre une franchise nous a fait gagner cinq ans par rapport à une création ex-nihilo. Dès la première année, nous avons atteint nos objectifs de chiffre d'affaires et de ressources pour nous. Nous avons appliqué à la lettre les méthodes ACE, qui fonctionnent parfaitement. Nous avons déjà deux cabinets : un à Bergerac, l’autre à Périgueux. Nous envisageons l'ouverture d'un troisième. La seule difficulté que nous n'avions pas anticipée est la différence entre le marché parisien et celui de province. En général, à Paris et dans sa région, un bien immobilier est vendu très rapidement. Les délais pour les dossiers sont en moyenne de deux à trois mois contre près de sept à huit chez nous. 30 % de notre chiffres d'affaires est toujours dehors. Il faut donc avoir des moyens de trésorerie suffisants.

Pourquoi rejoindre ce réseau ?

ACE CréditUn réseau de courtiers fondé par des courtiers

Demander une documentation Ajouter à ma sélection Voir la fiche Actu du réseau
Actualité de l'enseigne
Dernières actualités