Publi-interview franchiseur

H. Mantoux (A4Traduction) : « Notre site amène des prospects au franchisé dès son 1er jour d’activité »

2011-03-25T08:14:00+02:00

25.03.2011, 


imprimer

Enseigne d’agences de traduction, A4Traduction propose à ses franchisés un savoir-faire et des outils éprouvés grâce à 8 ans d’expérience dans cette activité. Décryptage avec Hugues Mantoux, directeur du réseau.

Hugues Mantoux, A4Traduction
Crédits photo : Droits réservés
Hugues Mantoux, directeur du réseau A4Traduction.

L’originalité de votre concept ?

Créé en 2002, A4Traduction est un concept d’agence de traduction qui se positionne comme un intermédiaire entre les demandes des entreprises et les offres des traducteurs, par le biais d’un site internet. En effet, le réflexe de la plupart des entreprises ayant un besoin de traduction est de taper leur requête sur un moteur de recherche. Nous travaillons donc énormément sur le référencement naturel de notre site, qui nous amène 95 % de notre clientèle. Grâce à cet outil de prospection, nous économisons le salaire de commerciaux et pouvons rémunérer les traducteurs au-dessus des prix du marché. Conséquence : des traductions de qualité supérieure et une satisfaction optimale de nos clients.


Valeur ajoutée pour le franchisé ?

Notre site web amène des prospects au franchisé dès son premier jour d’activité, grâce à une géolocalisation des pages orientant directement les internautes vers l’agence la plus proche de chez eux. Nous lui donnons également accès à une base de plus de 100 000 traducteurs dans le monde, et en particulier à ceux déjà sélectionnés par l’agence-pilote pour leur sérieux et leurs compétences. Par ailleurs, l’investissement de départ est faible puisque nos franchisés peuvent démarrer leur activité depuis leur domicile, équipés simplement d’un ordinateur, d’une imprimante et d’un téléphone. Positionnés sur une zone géographique qui leur est dédiée, ils atteignent généralement leur retour sur investissement au bout d’un an.


Quels sont les points-clés de votre accompagnement ?

La formation initiale du réseau dure 2 semaines. Elle comprend une partie théorique sur le marché de la traduction, la méthodologie pour choisir un traducteur et la maîtrise des outils informatiques nécessaires à l’activité, et une partie pratique qui se déroule au sein de notre agence-pilote. Par la suite, le franchisé bénéficie de la présence du franchiseur pendant ses 2 premiers jours d’activité, puis d’un système de messagerie instantanée lui permettant d’avoir des réponses immédiates à toutes les questions qu’il peut se poser. En outre, dès que le nombre de franchisés sera suffisant, nous organiserons des réunions tous les 6 mois ou tous les ans pour faciliter les échanges au sein du réseau.

Bilan de l’année écoulée et perspectives de développement ?

L’année 2010 a été consacrée à la préparation de notre lancement en franchise, afin notamment de modéliser notre savoir-faire. Notre objectif est de recruter 3 ou 4 franchisés en 2011, avec déjà une première signature réalisée en Normandie et un candidat en cours de discussion à Lyon. Nos autres implantations prioritaires sont la Touraine et la région toulousaine. Au total, nous avons identifié 25 à 30 zones géographiques en France, dont le potentiel de chiffre d’affaires est comparable. Nous devrions avoir achevé ce maillage d’ici 4 à 5 ans. Par la suite, nous envisageons de nous tourner vers l’international, car les marchés européens sont assez similaires à la France dans le secteur de la traduction.


Quels profils recherchez-vous ?

Les candidats qui souhaitent nous rejoindre n’ont pas besoin d’être des traducteurs, ni des commerciaux, puisqu’il ne s’agit pas d’aller vendre une prestation, mais de répondre à des demandes. En revanche, ils doivent avoir un profil de chef de projet, c’est-à-dire avoir la capacité de coordonner des projets de A à Z, en sachant sélectionner le traducteur le mieux adapté à chaque mission. Par ailleurs, dans notre métier, l’essentiel du travail passe par le téléphone et le mail : il est donc indispensable de savoir bien s’exprimer et de rédiger des messages sans fautes d’orthographe pour être crédible. Enfin, outre une certaine aisance relationnelle, le sens de l’éthique et le sens de l’humour ne nous sont pas indifférents.
 

Dernières actualités