Avantages

Les avantages de la franchise par rapport à la création pure

2009-11-12T15:27:00+02:00

12.11.2009, 


imprimer

Etre indépendant tout en bénéficiant d’un savoir éprouvé, tel est le principal atout de la franchise. Une formule accessible et ouverte à tous.

Les avantages de la franchise
Crédits photo : Getty images
Avantages de la franchise par rapport à la création d'entreprise isolée.

Un concept éprouvé

La franchise attire car il n’y a pas besoin de se creuser la tête pour trouver une idée de business. A la différence de la création pure, l’entrepreneur bénéficie d’un concept testé et de méthodes rodées. Il obtient en effet le droit d’exploiter le nom d’une enseigne nationale, en général connue des clients potentiels, et profite de la notoriété du réseau. Tout le travail amont de recherche de business model a été réalisé par le franchiseur. Résultat, le franchisé ne part pas de zéro. Mieux, le franchiseur a la responsabilité d’assurer la réussite du réseau, et donc l’évolution de son concept.


Un modèle accessible

La franchise ne requiert pas de compétences techniques particulières hormis des qualités managériales et commerciales. Il est tout à fait possible d’entrer chez Midas sans pour autant avoir un passé ou une expérience dans le monde automobile. C’est donc une formule idéale pour une reconversion : elle séduit d’ailleurs de nombreux cadres, victimes de plans de licenciements ou bénéficiaire d’une rupture conventionnelle, qui souhaitent rebondir ou se lancer dans un nouveau projet de vie. D’après l’enquête annuelle CSA-Banques Populaires-Fédération Française de la Franchise de 2010, 75 % des nouveaux franchisés sont ainsi d’anciens salariés (d'une structure de moins de 500 salariés) .


Une formule rassurante

En temps de crise, la franchise rassure, notamment les banques. Avec des taux de réussite bien plus élevés que la création pure (85 % contre 50 % pour la création pure), elle crée même du capital confiance. Certaines banques se sont ainsi engagées à continuer de financer les projets de création en franchise et établissent des reporting réseaux pour vérifier la solidité financière des enseignes. C’est loin d’être le cas en création classique ! Même si les banques continuent de financer les bons dossiers, elles exigent des garanties supplémentaires et demandent aujourd’hui au porteur de projet un apport minimun de 40 %, contre 30 % il y a encore deux ans.


Un accompagnement permanent

Que ce soit avant de signer son contrat ou après, l’entrepreneur en franchise bénéficie du soutien régulier de son réseau. Le franchiseur joue un rôle d’accompagnateur : en amont, il aide le franchisé dans sa recherche de financement et d’emplacement, lui fournit toutes les informations nécessaires à la réalisation de son business-plan, le forme si besoin... En aval, il délivre des conseils de gestion, s’occupe de l’animation, de la publicité, de la décoration, de la formation du personnel... Le créateur d’entreprise lambda est loin de disposer de tous ces services puisque c’est lui, et lui seul, qui doit gérer le démarrage de son activité et prendre en charge les aspects marketing, commerciaux, comptables de son entreprise.


Des perspectives de développement alléchantes

Une fois entrés dans un réseau de franchise, nombre de candidats ouvrent d’autres points de vente. Ils deviennent alors multi-franchisés. Le schéma est assez classique : au bout de trois ou quatre ans, ils réinvestissent leur capital dans le même réseau (ou dans une nouvelle enseigne) et gèrent deux, trois, voire quatre points de vente ou agences. En 2008, un franchisé sur trois déclarait ainsi vouloir ouvrir un nouvel établissement.
 

Avec la collaboration de Laurence Pignaneau, consultante à l'ACPE - Bruno Tesson, directeur général de Réseau Entreprendre - Pascal Bégat, expert comptable, cabinet Approove

Fiches pro APCE