Autres solutions

Créer son entreprise autrement

2009-11-12T15:40:00+02:00

12.11.2009, 


imprimer

Vous n’avez pas d’idées, vous manquez de confiance en vous, vous hésitez à vous lancer seul... pas de panique. Des solutions existent pour vous permettre de créer, malgré tout, votre entreprise, sans passer par la franchise ou le groupement.

Créer son entreprise
Crédits photo : Getty images
Quelques idées pour vous aider à lancer votre entreprise sans pour autant passer par la franchise.

Vous n’avez pas d’idée de business

Tout n’est pas perdu pour autant. Vous pouvez participer à des stages de créativité qui vous aideront à faire émerger des idées. Il en existe plusieurs en France. Le réseau des Boutiques de gestion a ainsi crée Balise (www.reseau-balise.org), un dispositif qui permet aux futurs créateurs de partager leurs projets et de trouver de nouveaux concepts. Les entrepreneurs du Nord peuvent adhérer à Campus Audace (www.campus-audace.com), et bénéficier d’une formation de 10 semaines. Au programme : travail en groupe, brain-storming et définition d’une idée de business.
Il est également possible de reprendre une entreprise. Cette solution est recommandée pour les entrepreneurs possédant une bonne expérience et ayant un apport financier important. Les entreprises à reprendre sont légions (500 000 environ) et on en trouve dans tous les secteurs d’activités. Le parcours de repreneur est cependant jonché d’obstacles, ne serait-ce que pour trouver la bonne entreprise à acheter, et il est préférable de se rapprocher d’organismes spécialisés comme le CRA (Cédants et repreneurs d’affaires) (www.cra.asso.fr).


La solitude vous effraie

C’est le sentiment commun à tous les créateurs d’entreprises. Il est pourtant facile, et recommandé, de ne pas rester seul. De nombreux réseaux d’accompagnement conseillent et suivent les porteurs de projets dans leurs démarches. Parmi les plus actifs, on peut citer France Initiative, Réseau Entreprendre, CCI-Entreprendre en France, l’Adie (pour les demandeurs d’emploi)... Tous accueillent le créateur, l’aident à trouver des financements, l’orientent sur le choix de la meilleure forme juridique à adopter, le suivent pendant plusieurs mois, voir plusieurs années. Certaines structures comme le Réseau Entreprendre propose un système d’accompagnement : un chef d’entreprise confirmé accompagne le créateur pendant deux ans et demi, à raison d’une rencontre tous les mois. Il lui prodigue des conseils, le rassure, l’aide à faire les bons choix stratégiques et peut éventuellement lui ouvrir son carnet d’adresses.
Pour ceux que la solitude effraie, il est également possible d’intégrer une pépinière d’entreprises. Ces structures accueillent de façon temporaire (de 23 à 48 mois) les créateurs d’entreprise ou les jeunes entreprises de moins de deux ou trois ans. Elles leur proposent des services à des coûts partagés (hébergement, mise à disposition de matériel, conseils et accompagnement). Intégrer une pépinière présente de nombreux avantages pour le porteur de projet. Il est hébergé dans des locaux fonctionnels et généralement bien équipés, pour un loyer souvent plus faible que sur le marché (entre 70 et 100 euros le mettre carré), sans avoir à verser de dépôt de garantie. C’est ensuite un formidable tremplin (85 % de taux de réussite pour les entreprises installées en pépinières contre 50 % en moyenne) car l’accompagnement y est de qualité et adapté à l’évolution de l’entreprise. Les créateurs d’entreprises peuvent par ailleurs partager leur expérience, éventuellement travailler ensemble ou se passer mutuellement commande.


Vous ne voulez pas prendre de risques inutiles

Créer son entreprise sans trop s’engager ! Cela est tout à fait possible. De nombreux parachutes existent là aussi. Le dernier en date, et le plus connu, est la formule de l’auto-entrepreneuriat. Ce statut lancé en janvier 2009 permet de tester une activité, sans prise de risques et à moindre frais (pas d’immatriculation, pas de charges si l’entreprise ne dégage pas de chiffre d’affaires, un régime fiscal allégé..). En 10 mois d’existence, il a déjà conquis plus de 230 000 aspirants à la création d’entreprise.
Les salariés qui souhaitent créer leur entreprise peuvent de leur côté bénéficier de solutions avantageuses et rassurantes. Ils ont la possibilité de demander un congé pour création d’entreprise ou un temps partiel, leur permettant de consacrer du temps à la préparation de leur projet. En cas d’échec, ils peuvent retrouver leur emploi, à fonction et salaire équivalent. Ceux qui ont la chance de travailler dans des grands groupes peuvent profiter de la politique d’essaimage de leur employeur. Ils bénéficient alors d’aides financières, de conseils et sont assurés de retrouver leur poste si leur projet de création ne voit pas le jour ou ne dure pas.


Avec la collaboration de Laurence Pignaneau, consultante à l'ACPE - Bruno Tesson, directeur général de Réseau Entreprendre - Pascal Bégat, expert comptable, cabinet Approove

Fiches pro APCE