Enquête d’opinion

Commerçants indépendants : ce qu’ils attendent des candidats à la présidentielle

2012-03-14T17:55:00+02:00

14.03.2012, 


imprimer

La 9e édition de L’observatoire des commerces* coréalisé par Médicis et Ifop, avec la participation de la CGPME, a révélé les inquiétudes des commerçants face à l’avenir. Ils font le bilan des actions menées par le président de la République, Nicolas Sarkozy, pendant son mandat, et font part de leurs priorités pour le quinquennat à venir.


Crédits photo : Shutterstock.com

Incompréhension et impuissance

Jamais le niveau d’inquiétude des commerçants n’a été aussi élevé. Selon L’observatoire des commerces, 70 % d’entre eux craignent pour leur avenir. « Seulement 53 % des commerçants conseilleraient à leurs enfants de travailler dans le secteur du commerce », indique Frédéric Micheau, directeur adjoint au département opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop. « Ces résultats sont assez éloquents, les commerçants eux-mêmes ont une perception assez négative de leur métier. » Le commerce en France pèse 343 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Pourtant, les commerçants dénoncent le peu de reconnaissance de leur poids économique par les pouvoirs publics. « Ce sont les oubliés de la campagne et les oubliés des politiques publiques », affirme Abdellah Mezziouane, secrétaire général de la CGPME Ile-de-France. « Il y a un grand écart entre les mesures proposées et les réelles préoccupations des commerçants. » Près des deux tiers d’entre eux s’intéressent à la campagne présidentielle, mais ils jugent sévèrement les propositions des candidats. Ils sont 80 % à considérer que les candidats ne proposent pas de mesures efficaces pour lutter contre la crise, qu’ils ne pourront pas changer la situation s’ils sont élus, et qu’ils ne comprennent pas leurs préoccupations professionnelles. « Cela reflète un sentiment d’incompréhension, de distance, voire même d’abandon à l’égard des pouvoirs publics. Les commerçants sont incrédules et pensent les candidats impuissants », constate Frédéric Micheau.


Attentes et intentions de vote

Parmi les mesures prises par Nicolas Sarkozy depuis 2007, la défiscalisation des heures supplémentaires, l’augmentation de l’âge du départ à la retraite et la suppression de la taxe professionnelle obtiennent le soutien de, respectivement, 77, 67 et 61 % des commerçants interrogés. La TVA sociale est au contraire critiquée par 62 % d’entre eux. Leurs attentes pour le prochain quinquennat sont en ligne avec ces résultats : l’allègement des charges arrive en tête, 73 % des commerçants sondés ayant spontanément évoqué cette problématique. Viennent ensuite la protection de l’activité des commerçants, à 23 %, et l’assouplissement des règlementations et des démarches, à 16 %. « Heureusement, les candidats de 2012 font plus de propositions qu’en 2007 », souligne Michel Clerc, directeur général de Médicis. « Nicolas Sarkozy veut renforcer le statut d’auto-entrepreneur, Jean-Luc Mélenchon aimerait, quant à lui, le supprimer, dénonçant ‘l’arnaque du siècle’. Marine Le Pen souhaiterait pouvoir libérer les jeunes de l’école dès 14 ans, pour combler le déficit d’apprentissage. » Nicolas Sarkozy, actuel président de la République et candidat à sa propre succession, arrive en tête des intentions de vote au premier tour de l’élection avec 37 % des voix. Cependant, ce score est inférieur de 7 points à celui obtenu en 2007. François Hollande, candidat socialiste, arrive en seconde position avec 19 % des intentions de vote, suivi par Marine Le Pen, la candidate du Front National, qui réalise 18 %. François Bayrou, candidat du Modem, réalise un score de 16 %, inférieur de 8 points aux intentions de 2007. Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche, réalise 5 %, et est suivi par Eva Joly, la candidate écologiste, qui totalise 2 % des intentions de vote. Corinne Lepage, de Cap21, Dominique de Villepin, de République Solidaire, et Nicolas Dupont-Aignan, de Debout la République, réalisent 1 % chacun.


* Enquête réalisée à partir un échantillon de 802 commerçants représentatif de l’ensemble des secteurs d’activité, du 7 au 15 février 2012

Sommaire
Fiches pro APCE