Entretien auto

Point S : sur les traces d’un champion à l’international

2017-08-14T06:28:00+02:00

14.08.2017 mis à jour le 14.08.2017, 


imprimer

La coopérative spécialisée dans le pneumatique et l’entretien auto ouvre chaque année de nouveaux points de vente à l’étranger. Présente dans 32 pays, l’enseigne regroupe près de 3400 centres.

Success story Point S
Crédits photo : Droits réservés

À l’origine de Point S, il y a l’envie de cinquante professionnels du pneu de s’associer pour mettre en commun leurs forces et ainsi créer des synergies. La mutualisation des achats afin de peser davantage auprès des fournisseurs et de proposer, par la suite, des prix attractifs aux consommateurs, a fini de convaincre ces négociants du bien-fondé du groupement. Ensemble, ils créent donc en 1971 le GIE Publipneu et, l’année suivante, la marque Point S.

Débuts à l’international

Afin de grandir rapidement en France, les associés fondent la Seda en 1978. Cette structure a pour mission d’animer le réseau et de recruter de nouveaux commerçants associés pour ouvrir des centres partout dans l’Hexagone – elle prendra le nom de Point S France en 2005. Rapidement, le réseau envisage de tenter sa chance à l’international et, dès 1988, les premiers centres Point S ouvrent en Allemagne et en Italie. Les années suivantes, le groupement poursuit son expansion en Europe jusqu’à atteindre les 800 points de vente en 2001, puis 1 550 en 2007 (dont 350 en France).

Après avoir conquis la majeure partie des pays européens, Point S se tourne vers l’Amérique. En 2011, il arrive aux États-Unis et s’attaque, dès l’année suivante, au marché canadien. Aujourd’hui, le groupement compte 340 centres auto en Amérique du Nord, faisant de cette région l’un de ses principaux marchés. D’ici 2020, le groupement espère devenir le troisième plus gros réseau indépendant américain de son secteur en atteignant les 1 000 unités.


L’Asie, un marché à conquérir

Autre zone économique de poids où le groupement a choisi d’investir : l’Asie. Là encore, Point S a opté pour la master-franchise et s’appuie sur des partenaires locaux bien implantés dans la région pour se développer efficacement. Et Point S démarre fort en débutant sa conquête asiatique par l’Inde, le deuxième pays le plus peuplé au monde. Le groupe a signé trois partenariats avec Deviate Enterprises, GIAAN International et Tyrekada en vue d’ouvrir plusieurs dizaines de centres dans trois premières régions. Dans la foulée, Point S a investi le marché malaisien via une alliance avec GIIB Group, l’un des principaux acteurs du rechapage de pneus en Asie.

Et les ambitions de Point S dans les environs ne devraient pas s’arrêter là puisque le groupement vient de créer une structure à Singapour dont la mission est d’animer et de développer le réseau en Asie.


Et en France ?

Début 2017, le groupement recensait 490 centres en France, qui reste son principal marché. Afin de mailler encore plus finement le territoire, Point S déploie plusieurs concepts de centre : Point S Entretien Rapide – destiné à la clientèle des centres-villes et des stations-service – Point S Centre Auto – établi en zone commerciale et proposant une surface de vente en libre-service – Point S Industriel – destiné à la clientèle professionnelle (poids lourds, génie civil, agraire, etc.), installé en zone d’activité ou industrielle. En janvier 2016, le groupement a lancé un quatrième concept, Point S City, capable de s’intégrer aux hyper centres-villes mais aussi aux communes rurales, dont la petite taille ne permettait souvent pas d’accueillir un établissement classique. « Ce concept permet d’ouvrir un centre avec des coûts réduits tout en bénéficiant des mêmes services et de la notoriété de Point S », précise Stéphane Roy, directeur du développement. Un an après son lancement, Point S City réunit onze centres en France et le groupement espère en inaugurer une vingtaine de plus courant 2017.

Point S en quelques dates clés

1971 : 50 négociants ayant les mêmes objectifs s’allient pour créer le GIE Publipneu qui deviendra, l’année suivante, le réseau Point S.
1978 : création de la SEDA, une centrale dont le rôle est d’animer le réseau et d’en assurer le développement.
1988 : premiers pas à l’international avec des ouvertures en Allemagne et en Italie.
1998 : le groupement se renforce en Europe avec des implantations en Autriche, en Belgique et au Luxembourg.
2001 : Point S dépasse les 800 points de vente en Europe et enfonce le clou en investissant trois nouveaux marchés : l’Espagne, le Danemark et la Pologne. La Hongrie ouvre l’année suivante.
2004 : le réseau lance sa propre gamme de pneumatiques.
2005 : l’ambition internationale fait plus que jamais partie des objectifs de la coopérative, qui se dote d’une structure de développement dédiée : Point S Development.
2006 : première implantation en Russie.
2007 : le groupement se diversifie et ajoute à sa palette de services l’entretien auto. La même année, il ouvre pour la première fois en Suisse, en Roumanie et au Monténégro.
2010 : le slogan « Pas de stress, il y a Point S » fait ses premiers pas en télévision. Parallèlement, le groupement arrive au Pays-Bas et au Royaume-Uni.
2011 : Point S franchit l’Atlantique et ouvre aux États-Unis, puis au Canada en 2012.
2016 : débuts de la marque en Asie avec de premières implantations en Inde et en Malaisie. En France, l’enseigne lance un nouveau concept, Point S City, pour conquérir les hyper centres-villes et les communes rurales.
2017 : la coopérative recense 3 400 points de vente ouverts dans 32 pays, dont 490 unités en France. L’objectif : atteindre les 520 unités d’ici la fin de l’année.

Sommaire

Success story : ces franchises qui cartonnent dans le monde entier

Dans ce secteur
Fiches pro APCE