Boulangerie

L’histoire du groupe Le Duff, véritable saga en franchise

2016-08-18T08:03:00+02:00

18.08.2016 mis à jour le 18.08.2016, 


imprimer

Plusieurs marques composent ce groupe breton aujourd’hui d’envergure mondiale, et toutes gravitent autour du café, de la boulangerie-pâtisserie et de la restauration. C’est surtout l’enseigne Brioche Dorée, aujourd’hui implantée sur plusieurs continents, qui fait office de locomotive. Retour sur les premiers pas d’un géant de la franchise.

Saga Brioche Dorée
Crédits photo : Groupe Le Duff

Louis le Duff est un personnage charismatique du monde de la franchise, auteur d’ailleurs de plusieurs ouvrages exposant comment réussir dans le secteur. Car ce Breton de 70 ans sait de quoi il parle : toujours aux manettes de son groupe, ce businessman a construit un véritable empire autour d’une enseigne majeure : Brioche Dorée. Mais plusieurs autres marques, appartenant également au secteur de la boulangerie-pâtisserie et de la restauration, gravitent autour de ce navire amiral et contribuent à la puissance d’un groupe qui pèse plus de 2 milliards d’euros : les restaurants Del Arte, le Fournil de Pierre ou encore l’enseigne de bagels Bruegger’s sont quelques exemples.


D’une boulangerie à un réseau mondial

Pourtant, rien ne prédestinait Louis le Duff à bâtir un tel empire. Fils de maraîchers bretons, il suit des études de gestion avant de devenir enseignant à l’école de commerce de Rennes, puis maître de conférences à l’université, toujours dans la cité rennaise. Mais un jour, alors que Louis Le Duff entre dans la trentaine, il décide de mettre à profit ses enseignements et ouvre en 1976 une première boulangerie Brioche Dorée à Brest. A l’époque, il n’a que 1 500 euros en poche pour concrétiser son projet, mais songe déjà à diversifier son activité pour grandir. En 1983, il ouvre d’ailleurs un premier restaurant inspiré par la gastronomie italienne, qu’il baptise alors Pizzeria Lucio et qui fusionnera en 1995 avec l’enseigne Del Arte, rachetée entre-temps au groupe Accor.


Louis Le Duff
Crédits photo : Groupe Le Duff
Louis Le Duff, dirigeant et fondateur du groupe éponyme.

Grâce à la franchise, qu’il débute en 1992 avec Brioche Dorée, le groupe maille rapidement l’ensemble du territoire français. Mais c’est surtout à l’international que le Breton nourrit de solides ambitions pour son enseigne de restauration rapide. Car il comprend très tôt le potentiel de croissance que recèle l’étranger, en particulier grâce à l’engouement mondial pour la boulangerie-pâtisserie « à la française ». Rapidement, dans les années 1980, Brioche Dorée ouvre aux Etats-Unis, avant de se propager partout en Europe. Depuis, l’enseigne a conquis le Moyen-Orient, l’Asie – via notamment un super-contrat avec le géant japonais de la distribution alimentaire Suntory, conclu en 2014 – et s’attaque depuis peu au continent africain, avec une trentaine d’unités qui devraient ouvrir d’ici dix ans.

Autre levier de croissance important : les usines de production du groupe. Au total, Le Duff en possède 7 réparties entre la France et l’Amérique du Nord, et qui alimentent l’ensemble des points de vente du groupe, mais seulement à hauteur de 10 % de sa production totale. Le reste est vendu à des partenaires, notamment dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, pour des établissements de catégories 4 et 5 étoiles. Une activité qui rencontre un franc succès, puisque le groupe vient de lancer un plan d’investissement de 200 millions d’euros pour agrandir ses unités de production et ainsi suivre la cadence d’une demande qui grandit. Parmi les clients qui comptent, les usines Le Duff alimentent également les paniers repas d’Air France et Air China. De quoi s’assurer une rentrée d’argent importante, en parallèle de la gestion de ses restaurants et salons de café.


Racheter pour grandir

Parallèlement à la franchise, Louis Le Duff multiplie les opérations de croissance externe pour grandir encore plus rapidement et conquérir de nouveaux territoires, en particulier à l’étranger. Après avoir racheté en 1989 le Fournil de Pierre, une enseigne spécialisée dans la confection de pains à base de farine bio, le Breton acquiert Del Arte en 1995 puis cinq chaînes implantées en Amérique du Nord. Le réseau La Madeleine en 2002, spécialisée dans le « café bakery » français, Au Pain Doré en 2008, principalement basé au Canada, la chaîne de bagels Bruegger’s en 2011, puis Timothy’s Café en 2012 et Mimi’s Café en 2013. Autre opération majeure : l’acquisition de l’Allemand Kamps et de ses 500 établissements en 2015. Autant d’acquisitions qui permettent au groupe Le Duff d’accroître son portefeuille de marques… et son assise mondiale. Aujourd’hui présent dans 80 pays, le géant breton se targue de servir chaque jour plus d’1 million de personnes et de compter près de 1 700 points de vente, toutes enseignes confondues.

Le groupe Le Duff en quelques dates clés

- 1976 : une première Brioche Dorée ouvre à Brest ;
- 1983 : ouverture d’une première usine Bridor à Montréal, au Canada, et d’une seconde en Bretagne, près de Rennes, en 1988. Aujourd’hui, le groupe compte 7 usines de production au total ;
- 1989 : Le Duff rachète le réseau Fournil de Pierre, spécialisé dans la confection de pains spéciaux à base de farine bio ;
- 1995 : le groupe Accor se sépare de son pôle restauration et cède Pizza Del Arte à Le Duff ;
- 2002 : le Breton rachète le réseau américain La Madeleine, spécialisé dans le café et les viennoiseries « à la française », dont le siège se situe au Texas ;
- 2008 : au Canada, le groupe rachète l’enseigne Au Pain Doré qui, comme La Madeleine, a basé son offre sur des pains et viennoiseries « à la française » ;
- 2010 : Le Duff se met au bio et ouvre La Ferme des Loges, un établissement dont le rôle consiste à fournir en produits bio les hôtels et restaurants des environs ;
- 2011 : acquisition de la chaîne américaine Bruegger’s et de ses 300 points de vente spécialisés dans le bagel, puis rachat l’année suivante de l’Américain Timothy’s Café, qui compte près de 110 salons de café en Amérique du Nord ;
- 2013 : Le Duff acquiert un troisième réseau américain : Mimi’s Café, qui compte 145 points de vente principalement implantés sur la côte Ouest des Etats-Unis. La même année, le Breton tente d’importer sa marque Bruegger’s en France et ouvre un premier établissement à Rennes ;
- 2015 : le groupe fait un pas de géant sur le marché allemand en rachetant l’un des principaux acteurs du « café bakery » dans le pays : le groupe Kamps et ses 500 points de vente ;
- 2016 : les usines de Rennes et de Laval vont bénéficier d’un méga-plan d’investissement de 200 millions d’euros. L’objectif : grandir pour suivre la cadence d’une demande qui explose, notamment de la part du secteur hôtelier avec qui le groupe a des contrats, et des points de vente qui se multiplient. Cette année, le chiffre d’affaires du groupe devrait s’établir à 2,01 milliards d’euros, toutes activités confondues.

Sommaire

Success story : ces franchises qui cartonnent dans le monde entier

Dans ce secteur
Fiches pro APCE