Hôtellerie

AccorHotels, fleuron français de l’hôtellerie mondiale

2018-08-24T06:00:00+02:00

24.08.2018, 


imprimer

Restauration, casinos, tourisme… Avant de devenir AccorHotels et de se recentrer sur l’hôtellerie, le groupe s’est essayé à différents marchés. Retour sur les origines du numéro six de l’hôtellerie mondiale, premier français dans la course.

Success story Accorhotels
Crédits photo : vvital / Shutterstock.com

L’histoire d’AccorHotels démarre en 1967, lorsque Paul Dubrule et Gérard Pélisson décident de s’inspirer du modèle américain d’Holiday Inn pour ouvrir leur premier hôtel. Il s’agit d’un Novotel, inauguré à Lesquin, près de Lille. Le premier d’une longue série puisqu’aujourd’hui le groupe réunit plus de 4 300 établissements répartis dans une centaine de pays.


Un groupe touche-à-tout

Comme son homologue américain Marriott International, le groupe Accor – devenu AccorHotels en 2015 – a grandi en rachetant des concurrents (opérations de croissance externe) et en développant de nouvelles marques. Ibis naît en 1974, Mercure fait son apparition en 1975, Formule 1 en 1985, All Seasons et Pullman en 2007, etc. Entre-temps, Accor s’empare de réseaux hôteliers de taille comme Sofitel en 1980 ou encore Motel 6 en 1990. Mais, à la différence de nombreux autres groupes hôteliers mondiaux, AccorHotels a, très tôt, diversifié ses activités. Et cela commence dès 1974 – soit sept ans seulement après l’ouverture du premier hôtel – avec le rachat de la chaîne de restauration Courtepaille, avant de se poursuivre en 1982 avec l’acquisition de Jacques Borel International. A l’époque, cette société était un poids lourd dans le domaine de la restauration collective, de la restauration en concession et de l’émission de tickets-restaurants. S’ensuivent des prises de participation dans différentes entreprises comme le pâtissier Lenôtre en 1985 – les parts sont cédées en 2011 à Sodexo – ou encore le Club Med en 2004 – Accor fait machine arrière en 2006. Le français s’empare également de sociétés spécialisées dans les services aux entreprises, en 2001 et 2002, et s’aventure même sur le marché des casinos en s’associant avec Barrière en 2004.


Recentrage sur l’hôtellerie

Toutefois, depuis 2006, le groupe préfère se recentrer sur son cœur de métier : l’hôtellerie. Preuve en est avec la cotation en Bourse de sa branche services, rebaptisée Edenred, en juillet 2010. Au total, AccorHotels regroupe une vingtaine de marques hôtelières couvrant tous les segments, de l’économique au haut de gamme. A partir de 2014, il est décidé de concentrer le développement sur les trois marques de la famille Ibis, qui deviennent une véritable locomotive pour le groupe. Mais c’est surtout dans le haut de gamme que le français voit son avenir. En 2016, il s’empare des chaînes Raffles, Fairmont et Swissôtel pour 2,6 milliards d’euros. « A moyen terme, cette hôtellerie de luxe devrait représenter 50 % de ses revenus pour 25 % des ouvertures, à comparer avec les 30 % pour 20 % des ouvertures pour la période 2010-2015 », notent les Echos.


Prendre le virage numérique

Et pour continuer de performer sur un marché de l’hôtellerie bouleversé par l’arrivée de nouveaux acteurs internet, AccorHotels veut mettre le paquet. Il lance sa plateforme de réservation en ligne dès 2000 mais n’en reste pas là. En 2016, il rachète onefinestay et acquiert des parts dans les sociétés Squarebreak et Oasis Collections, spécialisées dans la location de logements sur internet. En 2015, AccorHotels chasse même sur les terres de Booking en lançant sa propre marketplace, sorte de plateforme de réservation ouverte à des hôteliers indépendants. Mais il fait machine arrière en 2017, faute d’avoir rencontré le succès escompté.

Les dates clés d’AccorHotels

- 1967 : Paul Dubrule et Gérard Pélisson s’associent pour fonder la Société d’investissement et d’exploitation hôteliers (SIEH). Ouverture du premier Novotel à Lille-Lesquin.
- 1974 : le premier hôtel Ibis – marque économique du groupe – ouvre à Bordeaux. Accor rachète Courtepaille la même année.
- 1975 : Mercure – marque trois étoiles – rejoint le groupe.
- 1980 : reprise de Sofitel, marque hôtelière quatre étoiles.
- 1982 : rachat de Jacques Borel International, à l’époque leader de la restauration collective, en concession et de l’émission de tickets-restaurants.
- 1983 : le groupe Novotel SIEH – Jacques Borel International change de nom pour plus d’homogénéité. Il devient le groupe Accor.
- 1985 : naissance de la marque low cost Formule 1. Le groupe Accor s’empare par ailleurs de 46 % du capital de Lenôtre, pâtissier haut de gamme. Il en deviendra actionnaire majoritaire (98 %) en 1992 avant de le céder à Sodexo en 2011. Première ouverture en Chine.
- 1990 : reprise de l’américain Motel 6.
- 1991 : lancement d’une OPA sur le groupe franco-belge Compagnie des wagons-lits.
- 1993 : reprise d’une centaine d’hôtels en Chine.
- 1997 : changement d’organisation. Accor devient une société anonyme à directoire et conseil de surveillance, abandonnant ainsi le conseil d’administration. Les deux fondateurs, Paul Dubrule et Gérard Pélisson, en prennent la présidence, laissant l’opérationnel à la charge de Jean-Marc Espalioux (ex-Générale des Eaux). Autre nouveauté de taille : le groupe s’intéresse aux casinos et prend une participation majoritaire dans la Société de participations et d'investissements de casinos (SPIC).
- 2000 : lancement du site de réservation en ligne accorhotels.com.
- 2001 : Accor acquiert Employee Advisory Resource Ltd, entreprise britannique d’assistance aux salariés.
- 2002 : le français se renforce dans les services aux entreprises en rachetant Davidson Trahaire, société australienne de conseil et d’assistance en ressources humaines.
- 2004 : Accor Casinos et Barrière s’associent, créant le premier groupe européen de casinos. Baptisé Lucien Barrière SAS, le groupe est détenu à 34 % par Accor. La même année, l’hôtelier entre au capital du Club Med (28,9 %). Il s’en retirera définitivement deux ans plus tard.
- 2005 : retour au fonctionnement en SA avec conseil d’administration. Serge Weinberg est nommé président. Il démissionnera avec cinq autres membres du conseil en 2009 et sera remplacé par Gilles Pélisson.
- 2007 : création des marques All Seasons et Pullman.
- 2010 : le groupe Accor décide de scinder ses activités d’hôtellerie et de services aux entreprises et de se recentrer sur le segment « hôtel ». Cession des parts de la Compagnie des wagons-lits à Newrest. La marque Suitehotel, créée en 1998, devient Suite Novotel.
- 2011 : création de la famille Ibis qui se décline désormais en trois enseignes : Ibis Budget (bleu), Ibis (rouge) et Ibis Styles (vert).
- 2013 : nomination de Sébastien Bazin au poste de président-directeur général.
- 2014 : entrée au capital de Mama Shelter et naissance du partenariat avec Huazhu pour conquérir le marché chinois.
- 2015 : le groupe Accor devient AccorHotels.
- 2016 : renforcement dans la location de logements sur internet avec le rachat de la plateforme onefinestay et la montée au capital de Squarebreak et Oasis Collections. L’hôtelier se renforce également dans le luxe avec l’acquisition majeure des chaînes Raffles, Fairmont et Swissôtel.
- 2017 : le groupe filialise ses activités immobilières et crée AccorInvest. La même année, il reprend 26 hôtels brésiliens au groupe BHG, s’empare de VeryChic – spécialiste de la vente privée sur internet de séjours de luxe et haut de gamme – mais aussi d’Availpro – solution de réservation en ligne pour l’hôtellerie. AccorHotels signe par ailleurs un partenariat avec la SNCF pour développer la marque Orient Express.
- 2018 : AccorHotels regroupe 4 300 hôtels dans une centaine de pays.

Sommaire

Success story : ces franchises qui cartonnent dans le monde entier

Dans ce secteur
Fiches pro APCE