Adapation

Ouvrir sa franchise dans les DOM : les clés pour réussir

2010-09-18T16:00:00+02:00

18.09.2010, 


imprimer

Les départements d’Outre-mer nécessitent une connaissance du marché indispensable à la compréhension des clés et des codes à respecter. Logistique, emplacement, management… Tous les conseils pour réussir votre implantation.


Crédits photo : CCI Guyane
Port de Dégrad-des-Cannes, où sont traités 90 % des échanges maritimes.

Franchiseurs, trouvez un partenaire local

Pour implanter une franchise sur les départements d’Outre-mer, la difficulté principale est de trouver le bon partenaire. « Il faut se méfier du climat ensoleillé car le travail et le courage requis pour percer sont plus importants qu’en métropole » prévient Jean-Claude Puerto, fondateur de la franchise Ucar. Le recrutement doit être draconien. En effet, « avec la distance, le facteur humain devient plus important et il est indispensable que le partenaire soit très autonome et rigoureux afin de réussir à gérer l’éloignement avec le réseau », témoigne Jean-Claude Puerto. Le franchiseur affirme que l’idéal est de s’affilier avec une personnalité très entreprenante ou avec un groupe local car ils ont la « connaissance du marché ». Il faut cependant prendre garde à ne pas nouer des partenariats avec quelqu’un qui représente des marques concurrentes.


Un savoir-faire logistique fondamental à intégrer

« S’implanter dans les DOM, c’est faire de l’export. La distance avec la métropole, le décalage horaire et les spécificités locales doivent être intégrées comme lors d’un développement à l’international. Il est donc important d’intégrer ou renforcer, en plus du métier de franchiseur, certains savoir-faire comme la logistique, les services exports/douane… Il est également essentiel de sécuriser les systèmes d’information car l’informatique et le réseau restent un cordon ombilical stratégique », prévient Olivier Mignot, consultant chez Franchise Management. Des connaissances logistiques comme l’optimisation du remplissage des containers ou l’anticipation de la gestion des stocks sont également à acquérir car elles seront déterminantes pour la rentabilité de l’entreprise. « Si votre enseigne nécessite l’importation de marchandises, l’idéal est de s’affilier avec des opérateurs locaux. Ils sont experts en la matière : ils obtiennent le meilleur ratio au m² » indique Olivier Mignot.


Olivier Mignot
Crédits photo : Droits réservés
Olivier Mignot, consultant Franchise Management

La saisonnalité différente de celle de métropole

Attention : les départements d’Outre-mer connaissent des saisons inversées par rapport à la métropole. Olivier Mignot attire l’attention sur ce problème potentiel : « L’équipe du franchiseur ne prévoit souvent aucun support de communication spécifique pour les opérations promotionnelles et il arrive que les éléments publicitaires s’avèrent totalement anachroniques. Le franchisé doit donc être particulièrement vigilant sur ce point, tout comme il se doit de garantir la disponibilité des articles de la collection été alors que 94 % de son parc vend des produits hiver. Ce sont autant de points souvent sous-estimés par le franchiseur. » Le franchisé doit aussi prendre en compte les délais de livraison de marchandises qui peuvent varier de 12 jours à un mois. Yassin Ravate, gérant de 5 magasins Intersport à la Réunion, explique que « les franchisés doivent faire preuve de flexibilité et de souplesse afin d’harmoniser le calendrier et d’anticiper la demande. »

Délais d’arrivée de la marchandise par voie maritime (port à port)
Guadeloupe et Martinique : 12 à 20 jours
Guyane : 3 semaines
Réunion : 3 semaines à 1 mois

De plus, si le contrat de franchise implique un approvisionnement exclusif, l’anticipation du franchisé sur la demande de ses clients sera déterminante pour la rentabilité de son entreprise. Pour ces importations, l’entrepreneur devra aussi prendre en compte l’octroi de mer (différents taux possibles en fonction des produits).



Crédits photo : CCI Martinique
Centre commercial La Galleria en Martinique.

Trouver le bon emplacement

La structure des villes des départements d’Outre-mer est très différente par rapport à la métropole. Le centre-ville, largement sous-exploité par les commerces, est plutôt réservé au tourisme et aux marchés de produits locaux. Les enseignes se développent majoritairement dans de grands centres commerciaux situés sur de larges zones commerciales. Véritables lieux de vie et de rencontre, ces malls permettent aux habitants d’échapper à la chaleur ambiante. En Martinique, la zone développée se situe ainsi entre le Lamentin et Fort-de-France ; en Guadeloupe, elle est localisée à Pointe-à-Pitre, à la Réunion sur la côte Ouest et en Guyane à Cayenne.
Les habitudes des consommateurs sont également à prendre en compte pour choisir son local. A cause du climat chaud, les emplacements les plus prisés sont à l’ombre. Il ne faut également pas oublier de mettre à disposition des clients des places de parking car les transports en commun sont très peu développés sur ces territoires. Reste enfin à prendre en compte le prix des constructions qui coûtent en moyenne 25 % plus cher qu’en métropole, en raison des risques sismiques et cycloniques.

Fiches pro APCE