Avis d’expert

C. Le Galo (CCI Toulouse) : « Toulouse, le plus grand centre-ville après Paris »

2012-01-17T12:49:00+02:00

17.01.2012, 


imprimer

Christine Le Galo, présidente de la commission commerce auprès de la CCI de Toulouse évoque les atouts de sa ville et ses avantages pour un commerçant.

Christine Le Galo
Crédits photo : Photos David Bécus
Christine Le Galo, présidente de la commission commerce auprès de la CCI de Toulouse

Quels sont les spécificités de Toulouse ?

C’est une ville très attractive. On compte plus de 16 000 points de vente au cœur de la cité. Toulouse présente également le deuxième plus grand centre-ville de France, après Paris, avec un parcours commercial de plus de 19 kilomètres. L’an passé, les commerçants de la ville ont réalisé un chiffre d’affaires de 750 millions d’euros. Nous comptons un pôle universitaire très étendu et beaucoup de jeunes. La population est n’a de cesse d’augmenter et chaque année, nous gagnons près de 20 000 habitants. Le tourisme représente également un avantage non négligeable : nous accueillons chaque année plus de 3,5 millions de vacanciers.


En quoi la ville est-elle attrayante pour les commerçants et les enseignes ?

Le centre-ville est très complet et offre toutes les activités nécessaires à sa population. Une enquête de la CCI montre que 68 % des consommateurs sont satisfaits des commerces de la ville. Nous arrivons à créer une bonne alchimie entre enseignes nationales et commerces locaux. Actuellement, 37 % des boutiques implantées sur notre territoire se développent sous la forme de la franchise ou du commerce associé.


Comment se porte le commerce à Toulouse, dans cette période de crise ?

Comme partout, nos commerçants souffrent du contexte économique, même si la fin de l’année 2011 s’est mieux passée qu’initialement prévu. Cependant, une tendance se dégage : le centre-ville présente une meilleure santé que les centres commerciaux. Nous constatons une stabilité du nombre de point de vente, même s’il y a beaucoup de rotation. Nous avons également quelques locaux vides. Un phénomène lié aux prix trop élevés pour permettre aux commerçants de joindre les deux bouts.


Quels conseils donneriez-vous aux commerçants pour affronter la crise ?

Il est primordial d’apporter un service supplémentaire aux clients. Autres tendances constatées, le développement durable et les produits locaux sont des activités qui fonctionnent très bien. Ce que nous conseillons aux commerçants, c’est d’être imaginatifs. Enfin, certains tirent avantage de la crise, notamment les commerces de proximité.


Quels sont les moyens mis en place par la CCI et la municipalité pour accompagner le commerce ?

La charte signée entre la municipalité et les banques stipule que les établissements bancaires ne doivent pas s’installer sur des emplacements numéro 1. C’est un moyen efficace de protéger les commerces. De son côté, la CCI accompagne les commerçants dès la création de leur projet, dans le suivi financier, dans l’installation, etc. Nous étudions leurs dossiers et les aidons à obtenir des prêts à taux 0. Nous offrons également un accompagnement dans les moments difficiles, mais aussi au moment de la transmission de l’entreprise.

Fiches pro APCE