Gérer son entreprise

Etape 6 : De repreneur à chef d’entreprise

2011-06-30T11:00:00+02:00

16.04.2010 mis à jour le 30.06.2011, 


imprimer

Une fois l’entreprise reprise, le repreneur a 100 jours pour devenir un vrai chef d’entreprise. Accompagnement du cédant, comportement à adopter face aux salariés, enjeux déterminants pour la bonne marche de l’entreprise… Toutes les clés pour faire de sa reprise une réussite.

Devenir chef d'entreprise
Crédits photo : Getty Images
Une des clés de la reprise est d’arriver en 100 jours à prendre la casquette de chef d’entreprise face aux salariés.

Se faire accompagner par le cédant

Depuis 2005, la loi Jacob-Dutreil offre une prime de 1 000 euros à tout cédant qui accepte d’accompagner son successeur. Ce dispositif permet une transition constructive entre les deux chefs d’entreprise, à condition que les rôles soient bien répartis et que le cédant ne finisse par avoir qu’un rôle consultatif. Le tutorat peut durer aussi longtemps que nécessaire mais il est toutefois conseillé de ne pas excéder 3 mois, car la cohabitation trop longue peut s’avérer néfaste à l’entreprise.


Savoir se comporter avec les salariés

Une des clés de la reprise est d’arriver en 100 jours à prendre la casquette de chef d’entreprise face aux salariés. C’est avant tout un travail quotidien de proximité : un patron de petite entreprise ne doit pas passer son temps dans son bureau. Il doit aller à la rencontre de ses employés et les écouter. Le simple fait de serrer la main de tous les salariés chaque matin force le respect. Lorsque les changements opérés par le repreneur sont très profonds et perturbants, comme par exemple le passage d’une entreprise artisanale à un mode de production semi-industriel, le nouveau chef d’entreprise peut également fidéliser et motiver ses salariés en leur accordant des avantages sociaux comme l’épargne salariale, une protection sociale ou encore un contrat d’intéressement.


Gérer son entreprise au quotidien

Une fois les 3 premiers mois écoulés, le repreneur se retrouve face aux problèmes de tous chefs d’entreprise. Le danger le plus important est d’avoir trop souvent la tête dans le guidon . Il faut se ménager des temps pour échanger avec ses pairs, suivre l’évolution des marchés pour continuer à évoluer. Et pour cela, il faut apprendre à se rendre non-indispensable et déléguer.


Pour aller plus loin : Cession, reprise d’entreprise : l’exercice délicat du passage de relais

Sommaire
Liens vers cet article
Fiches pro APCE