Services aux particuliers

Les services à la personne toujours florissants

2011-01-31T14:00:00+02:00

31.01.2011, 


imprimer

Porté par une demande qui ne se dément pas, le secteur continue sa professionnalisation. Mais la suppression de l’exonération sociale risque de rogner les marges d’exploitation.


Crédits photo : Shutterstock.com

Avec un chiffre d’affaires de 21,5 milliards d’euros et la création nette de 16 000 emplois équivalent temps plein en 2009, le secteur des services à la personne affiche un bon bulletin de santé. Crise économique ou pas, la demande ne faiblit pas : vieillissement de la population, maintien à domicile des personnes dépendantes, travail des femmes, forte natalité, dispersion des familles… Le nombre d’entreprises du secteur a d’ailleurs explosé de 296 à 11 000 en l’espace de huit ans. Cette croissance exponentielle va-t-elle se poursuivre ? « Oui, affirme Jean-Michel Illien, fondateur du cabinet Franchise Management. Des réseaux se lancent tous les jours. Mais, parallèlement, le marché commence à se structurer. De grandes enseignes vont prendre le leadership et racheter les petites structures. » Le secteur se divise entre les spécialistes, comme Coviva, Age d’Or Services pour les personnes âgées ou Shiva pour l’entretien de la maison, et les généralistes qui offrent toute la palette des métiers, comme Générale des services. Côté candidats, l’investissement initial se limite à quelques dizaines de milliers d’euros. Reste à avoir le bon profil. « Il faut beaucoup de probité et de discrétion car on rentre dans le domicile des gens, poursuit Jean-Michel Illien. La déontologie doit être forte à tous les étages du réseau. » D’où la nécessité d’avoir des compétences en recrutement et en management à distance pour constituer une équipe fiable. Le candidat doit également veiller à choisir une enseigne proposant de solides formations aux salariés, car les intervenants sont généralement peu qualifiés au moment de l’embauche. Attention, la rentabilité peut s’avérer faible dans certains réseaux. D’autant que le parlement a voté, en décembre dernier, la suppression de l'exonération SAP, qui dispensait les entreprises de payer des charges patronales à hauteur du SMIC. Les réseaux devront donc trancher entre une diminution des marges et une hausse des prix. « Le particulier ne pourra pas supporter une augmentation des tarifs, prévient Valérie Meyer, avocate spécialisée en franchise. Nous risquons d’assister à une recrudescence du travail au noir. »


Philippe Souquières, directeur du développement, Age d’Or Services : « Les relations humaines sont primordiales »

« Créé en 1991, Age d’Or Services est une des enseignes historiques du secteur des services à la personne. Nous sommes spécialisés dans l’aide à domicile pour les personnes fragilisées par l’âge ou le handicap. Nous assurons tout un bouquet de services, des soins au portage de repas, en passant par le bricolage et le jardinage. Notre réseau comprend 181 unités en métropole et dans les Dom-Tom. Le maillage du territoire sera achevé avec 220 agences. Nous visons une dizaine d’ouvertures par an, en création ou en reprise. Nous cherchons de véritables managers, bons gestionnaires et commerciaux. Ils doivent également avoir une fibre humaniste forte. Les relations humaines sont primordiales dans les services, d’autant plus que les franchisés peuvent être amenés à réaliser eux-mêmes des prestations, au cours de leurs premiers mois d’activité. Au bout de la deuxième année, les agences tournent avec une équipe d’une douzaine de salariés pour un chiffre d’affaires moyen hors taxe de 230 000 euros. »

 

Sommaire
Dans ce secteur
Liens vers cet article
Fiches pro APCE