Hôtellerie & Restauration

La restauration rapide, éternel eldorado ?

2011-01-31T14:00:00+02:00

31.01.2011, 


imprimer

Particulièrement adaptée aux nouveaux modes de consommation des Français, la restauration rapide voit fleurir de nombreux concepts chaque année. Attention cependant à ne pas investir sur un simple effet de mode.


Crédits photo : Shutterstock
En 35 ans, les temps de repas des Français ont été réduits de moitié

En 35 ans, les temps de repas des Français ont été réduits de moitié. Cette évolution a sensiblement profité aux enseignes de restauration rapide, qui continuent à se développer à vive allure. « Si la plupart des réseaux sont matures, ce secteur connaît un renouvellement permanent », remarque Christine Molin responsable du pôle franchise et commerce associé chez LCL. La mondialisation et la vogue du « bien manger » ont vu naître de nouveaux concepts positionnés sur certains types de produits comme le sushi (Planet Sushi, Sushi Shop), les bars à salades (Green is better) ou le snacking haut de gamme (Cojean). Mais même si la restauration rapide a tout d’un eldorado, quelques points de vigilance s'imposent pour vérifier la solidité d’un concept et éviter les effets de mode. « Le transfert du savoir-faire demeure primordial, il est garant du succès de l'entreprise », précise Christine Molin, qui insiste également sur l’importance des moyens logistiques, de l'approvisionnement et de l'animation proposés par le franchiseur. De son côté, Franck Berthouloux, consultant chez Adventi Franchise et expert auprès de la Fédération française de la franchise estime que « le choix de l’emplacement et l'étude de marché sont primordiaux. A 500 mètres près, le chiffre d'affaires d'un restaurant peut considérablement varier. » Si les centres-villes, proches de la saturation, connaissent une concurrence accrue, les enseignes s'installent désormais en périphérie, à proximité des centres d'affaires et d'activités. Les candidats accèdent ainsi à des loyers moins élevés. L’investissement total du franchisé varie selon le type d’établissement. Il peut osciller entre 650 000 et 700 000 euros pour les fast-foods, entre 300 000 et 500 000 euros pour les sandwicheries et entre 120 000 et 300 000 euros pour les points de vente de pizzas. Concernant les profils, les enseignes recherchent des candidats ayant des qualités de commerçant et de manager car la rotation du personnel est assez importante sur ce secteur.


John Allais, directeur franchise de Planet Sushi :   « Une centrale d’achats pour des sushis frais »

« Le premier restaurant Planet Sushi a vu le jour en 1998 dans le 16ème arrondissement de Paris. Nous proposons des recettes japonaises adaptées au palais occidental et mettons l'accent sur un design très identifiable, ainsi que sur la qualité d'accueil et de service. Grâce à notre centrale d'achats intégrée, nous pouvons maintenir des prix très abordables, mais aussi disposer de produits frais et de qualité. Un impératif pour réussir dans le sushi. Notre enseigne se développe en franchise depuis 2009 et compte aujourd'hui 30 restaurants en France. Notre réseau achève son maillage sur la région parisienne et se concentre à présent sur la province, où la demande est forte tant du côté des candidats à la franchise que des clients. Nous prévoyons 30 ouvertures par an. Les candidats qui souhaitent nous rejoindre doivent être prêts à s’investir : nos restaurants sont ouverts 7 jours sur 7. Durant la formation, les franchisés expérimentent chaque poste (livraison, cuisine, accueil) afin d’apprendre à mieux manager leurs équipes. Car le plus dur dans cette activité est de savoir diriger son personnel. »

Sommaire
Dans ce secteur
Liens vers cet article
Fiches pro APCE