Guadeloupe

Laurence, franchisée Solvimo Immobilier en Guadeloupe

2014-07-28T06:02:00+02:00

28.07.2014, 


imprimer

Entre le métier de photographe et celui d’agent immobilier, le cœur de Laurence Terranova balance. Aujourd’hui, elle gère avec son époux deux établissements dans chacun de ces domaines. En revanche, entre l’Hexagone et la Guadeloupe, la franchisée a tranché. Portrait.

Laurence Terranova, franchisée Solvimo Immobilier
Crédits photo : Droits réservés
Laurence Terranova, franchisée Solvimo Immobilier.

Le hasard fait bien les choses

Photographe professionnelle en Métropole, Laurence Terranova se voit offrir l’opportunité d’exercer son métier en Guadeloupe en 1990. Elle découvre alors cette île avec beaucoup de (bonnes) surprises et reste aux Antilles près de six ans, avant de repartir en France. Pour elle, c’est un véritable coup de cœur. « Je suis restée 12 ans dans l’Hexagone mais, avec mon époux, nous avions le projet de retourner nous installer en Guadeloupe depuis longtemps. » Une envie que le couple concrétise en 2008, en quittant à nouveau la Métropole.


La franchise comme point de départ

Avant de partir, l’entrepreneure se pose plusieurs questions, notamment en rapport avec son activité de photographe. « Avec l’arrivée du numérique, je savais que nous serions fortement impactés et que nous subirions de grosses pertes de chiffre d’affaires dans notre magasin de photo », explique-t-elle. En procédant à plusieurs recherches, Laurence découvre par hasard l’immobilier et le réseau Solvimo. Décidée, la franchisée échange avec la tête de réseau et quitte la France dans l’idée d’ouvrir son agence immobilière en Outre-mer. « Seulement, une fois sur place, nous avons rencontré plusieurs obstacles qui ont ralenti notre projet », regrette-t-elle. En effet, lorsque le couple débarque sur l’île, de fortes grèves paralysent l’économie locale. Ce à quoi s'ajoute la crise que rencontre l’immobilier à cette période et les nombreuses faillites. Le couple met dans un premier temps son projet de création entre parenthèses et ouvre un magasin photo.

Mais le projet ne reste pas inerte bien longtemps. Une fois le contexte devenu plus favorable, Laurence reprend contact avec Solvimo et ouvre finalement son agence en 2013 dans la station balnéaire de Saint-François, à l’Est de l’île.


A 6 000 km du franchiseur

Néophyte, la franchisée découvre alors le métier d’agent immobilier. Une découverte que la franchisée expérimente avec l’aide de la tête de réseau. « Je pensais qu’être éloignée géographiquement [ndlr : 6 200 km en moyenne] de l’enseigne serait plus dur », confie-t-elle. « Finalement, non : le réseau met à la disposition de ses franchisés une hotline juridique dont nous nous servons beaucoup pour répondre à nos questions. Par ailleurs, un animateur nous rend régulièrement visite. »

En revanche, les débuts de l’agence ont été difficiles, comme le reconnait Laurence : « Je manquais d’expérience et, à l’époque, j’avais fait quelques mauvais choix de recrutement. » Heureusement, la franchise lui a permis de trouver un soutien auprès de la tête de réseau et de recadrer son affaire. Autre obstacle qu’il a fallu surmonter : le rythme de vie sur l’île. « La bureaucratie est assez lente, ce qui peut pénaliser un secteur comme l’immobilier, notamment au niveau du notariat et de l’urbanisme. Il faut d’être patient », conclut-elle. Mais, pour la franchisée, cela en vaut la peine : chaque jour, elle part travailler en longeant des kilomètres de plages de sable blanc.

Sommaire
Fiches pro APCE