Outils de reporting

G. Mellinger (Epac) : « Le reporting permet au réseau de se réajuster quasiment en temps réel »

2010-05-19T09:35:00+02:00

19.05.2010, 


imprimer

Gilbert Mellinger, PDG d'Epac International, a mis au point avec ses équipes un système de reporting adapté aux réseaux de franchise. Il nous explique les enjeux de ce type d’outils et leur utilité dans le fonctionnement d’un réseau.

Gilbert Mellinger, Epac International
Crédits photo : DR
Gilbert Mellinger, président du cabinet Epac International

Comment définir l'outil de reporting en franchise ?
Le reporting réseau se caractérise par un échange de chiffres et d’informations entre le franchisé et le franchiseur : les chiffres « remontent », les informations traitées « redescendent ». Les données, devenues informations, peuvent être transformées en actions. Le tout est mis à disposition de l'ensemble des intervenants du réseau afin d'améliorer les performances de chacun. Ainsi, on peut procéder à des réajustements du mode de fonctionnement du réseau.


Quelles sont les données qui vont être étudiées ?
Le chiffre d'affaires, le nombre de clients, les porteurs de cartes de fidélité, mais aussi les charges sont étudiés, analysés et restitués à chaque franchisé. Les performances de chaque franchisé sont comparées de manière anonyme aux meilleurs, aux moins bons, à la moyenne sur des éléments comme le ticket moyen, le nombre d’articles par ticket, la fréquence d’achat des clients, la marge brute… Ainsi, chacun peut estimer sa situation et s'évaluer par rapport aux autres membres du réseau. Par ailleurs, disposer du chiffre d'affaires et des charges de chacun permet de fournir un compte d’exploitation. Tout cela optimise les résultats de chaque membre du réseau.


Quels sont les avantages d'un tel outil ?
La vitesse de mise à disposition des performances de vente et du compte d’exploitation, ainsi que leur présentation, essentiellement graphique, sont les avantages majeurs d’un tel système. Avec une comptabilité classique, 95 % des franchisés n’ont qu’en avril leurs comptes de l'année précédente. C'est trop tard ! Le nouvel exercice est déjà entamé et pollué. Avec l'outil reporting, les réseaux fournissent leur compte d’exploitation chaque mois à chaque franchisé et peuvent intervenir et proposer des solutions quasiment en temps réel.


Quelle est l’attitude des réseaux face à ces outils ?
Seulement 1 % des réseaux utilise des outils de reporting. La plupart ignore même leur existence. Pourtant, toutes les grandes entreprises font appel à ce genre de procédé ! Pour l'instant, aller vers ces solutions est donc un avantage concurrentiel pour un réseau, mais dans quelques temps cela deviendra la norme. Quand nous réalisons des démonstrations auprès des franchiseurs, beaucoup réalisent qu'ils auraient dû franchir le pas avant.


Sur un plan pratique, quel est l'équipement nécessaire ?
Généralement, les systèmes de caisse existent déjà. Ensuite, le franchiseur met simplement en place un scanner chez le franchisé, afin qu'il transmette les factures. Toute la démarche est facilitée par l'essor des technologies : les ordinateurs font la plus grosse part du travail.

Sur le plan financier, quel est le coût de mise en place ?
Pour le franchiseur, le budget de mise en place d’un système comme Epac Reporting est de 7 500 euros. Ce montant comprend le protocole d’export des données, la détermination des ratios à suivre et la formation des salariés. Somme à laquelle s'ajoutent 10 euros par mois pour chaque établissement. De son côté, le franchisé investit 450 euros, avec un forfait mensuel de 80 euros qui comprend l'accès aux services ainsi que la saisie des factures. Mais le gain va bien au-delà de ces sommes.


Les franchisés peuvent-ils avoir la sensation d'être contrôlés ?
Mais c'est faux, au contraire ! L'outil de reporting permet de faire la différence entre la survie et la mort d'une activité et de se rendre compte quand on va dans le mur. De toute façon, le franchisé est tenu de fournir à son franchiseur les informations utiles à la bonne gestion de l'entreprise. Cette phrase est extraite du Code de Déontologie de la Franchise. Certains contrats de franchise s’en inspirent. Un franchiseur apporte une marque, un savoir-faire et une assistance. Sans la maîtrise des chiffres et des informations, cette assistance devient très difficile. Le franchisé qui ne veut pas dévoiler ses chiffres cache, généralement, un problème plus grave.

Sommaire
Fiches pro APCE