Dossier

Nice, terre de commerce au cœur des Alpes-Maritimes

2013-08-19T05:47:00+02:00

19.08.2013, 


imprimer

Baignée par le soleil, Nice attire les touristes tout au long de l’année. Mais ses atouts ne s’arrêtent pas là : la ville dispose d’un fort potentiel commercial et les projets se multiplient.

Nice, terre de commerce
Crédits photo : Shutterstock.com
Nice accueille chaque année plus de 4 millions de visiteurs.

4 millions de touristes par an

Nissa la bella. La Promenade des Anglais, la place Massena ou encore le cours Saleya attirent chaque année plus de 4 millions de touristes. Des vacanciers séduits par les charmes du rivage méditerranéen et un climat clément (2694 heures de soleil par an contre 1680 à Paris) mais aussi par une activité culturelle riche tout au long de l’année. Après Paris, Nice est la ville qui compte le plus de musées en France, avec quelques incontournables dont le MAMAC, celui des Beaux-Arts ou encore les musées Chagall et Matisse. A cela, s’ajoutent le Carnaval et le Festival du jazz. Une aubaine pour les 200 hôtels de la ville qui, malgré un contexte économique tendu dans l’ensemble du pays, ont réussi à atteindre une croissance positive en 2012. De quoi également renflouer les caisses des commerçants qui peuvent également compter sur plus de 343 000 niçois.


Des transports en question

Si Nice bénéficie du troisième aéroport de France, qui achemine plus de 11 millions de passagers par an, une mauvaise nouvelle est tombée fin juin, avec la volonté du gouvernement de freiner tous les projets de ligne à grande vitesse. Un coup de massue pour la capitale azuréenne qui espère le TGV depuis de longues années. En attendant, la ligne 2 du tram est encore dans les cartons. Il ne faudrait pas tarder à la voir sortir de terre. Car avec l’arrivée du Grand Stade, dans la plaine du Var ainsi que toutes les activités qui vont se développer autour, l’entrée Est de la ville pourrait très vite être saturée.


Entre tertiaire et technopole 

Cinquième ville de France, l’activité économique de Nice s’est construite autour du tourisme mais aussi et surtout avec les activités administratives. 87,4 % des emplois viennent du tertiaire, dans une région où l’industrie n’a jamais tiré son épingle du jeu. Cependant, Nice et sa métropole ont choisi de jouer la carte de l’avenir dès les années 1970, avec l’émergence du Sophia Antipolis. Un pôle qui est devenu le premier technopôle français. Aujourd’hui, plus de 1 400 entreprises s’y développent avec plus de 30 000 emplois à la clé.

Fiches pro APCE