Concept

Chauffeur&Go, premier réseau de micro-franchise solidaire

2011-10-14T10:49:00+02:00

14.10.2011, 


imprimer

Concept de micro-franchise solidaire, Chauffeur&Go propose les services de chauffeurs sans véhicules. Le réseau espère recruter 500 micro-franchisés d’ici 5 ans.


Crédits photo : Droits Réservés

Le principe

Chauffeur&Go propose un service de chauffeurs sans voiture. Le micro-franchisé conduit la voiture de son client, qu'il s'agisse d'un particulier souhaitant faire ses courses ou d'un dirigeant préférant laisser sa place à un chauffeur professionnel.


Une coopérative sans droit d'entrée

Ancien responsable marketing d'une start-up, Antoine Micaud s'est lancé dans cette aventure il y a un an en devenant directeur délégué de la coopérative. Chauffeur&Go est une SCIC, une société coopérative d'intérêt collectif. Le micro-franchiseur et les micro-franchisés sont liés par un contrat à durée indéterminée, après quelques semaines d'essai. Pas de limite dans le temps donc pour ce contrat, pas de droit d'entrée non plus. « Nous envisageons à l'avenir d'instaurer des droits d'entrée très faibles, de l'ordre de quelques centaines d'euros, pour financer l'achat d'un costume pour le chauffeur et d'un GPS. Mais pour l'heure, aucun équipement particulier n'est nécessaire puisque le chauffeur conduit la voiture de son client », précise Antoine Micaud.


Le développement

Le réseau apporte formation et assistance à ses micro-franchisés, avec par exemple une aide à la recherche de clients. En contrepartie, une commission de 15 à 30 % est prélevée directement sur le montant de la course, en proportion de l'aide apportée par l'enseigne. Les micro-franchisés doivent avoir le permis depuis plus de cinq ans. Il peut s'agir pour eux d'une activité à temps plein ou complémentaire.


Entreprendre avec de l'éthique

Antoine Micaud espère atteindre l'équilibre d'ici le milieu de l'année prochaine et recruter 500 chauffeurs en cinq ans. Quant aux raisons qui l'ont poussé à s'inscrire dans cette démarche d'entrepreneuriat solidaire : « Je voulais créer une entreprise tout en conservant une finalité sociale ou écologique. L'éthique était important pour moi, mais je ne voulais pas simplement créer une association car vivre l'expérience de la gestion d'un business était aussi ce que je recherchais en quittant mon dernier emploi. C'est pour cela que la démarche de l'Adie Micro-franchise Solidaire m'a séduit. »

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE