Avis d'expert

C. Castriseanu (Club Managers de centre-ville) : « 322 villes peuvent avoir un manager »

2009-03-11T09:07:00+02:00

11.03.2009, 


imprimer

De la gestion des locaux vacants à l’accessibilité de l’urbanisme commercial : panorama des missions d’un manager, avec Christian Castriseanu, président du club des managers de centre-ville.

Christian Castriseanu
Crédits photo : DR
Christian Castriseanu, président du club des managers de centre-ville

Recrudescence des recrutements

« Le métier de manager de centre-ville a en fait été importé de Grande-Bretagne, du Québec et de Belgique. Il a débarqué en France, en commençant par le Nord, avant de se répandre. Aujourd’hui, nous sommes une centaine de managers, mais nous assistons depuis 4 à 5 mois à une recrudescence phénoménale des recrutements, entre les contrats qui s’arrêtent et les nouvelles demandes. On compte 20 recrutements en cours depuis le 1er janvier, contre 15 sur toute l’année passée. Chaque semaine, un ou deux maires m’appellent pour publier une offre d’emploi ou profiler un poste. En ce moment, nous ne sommes plus dans un contexte électoral, d’où la création de postes, non pas liée à la politique, mais à la demande de maires qui travaillent sur leur centre-ville. »


Un potentiel de 322 villes

« Des villes comme Montpellier, Nice et Avignon rejoignent le système. Si l’on mesure le potentiel dans les villes de plus de 20 000 habitants, on arrive à 322 villes pouvant avoir un manager. La France serait en train de rattraper le retard par rapport à la Grande-Bretagne, qui en compte plus de 400.»


Fini le simple rôle d’animateur

« En termes de mission, on retrouve un tronc commun : en premier lieu, l’observation du tissu commercial (étude, recensement, veille), et la connaissance des consommateurs. La fonction d’animation événementielle, en relation avec les associations de commerçants, a été très à la mode début 2000. Cette image plus animateur que manager a d‘ailleurs un peu collé à la peau des premiers managers de centre-ville. Une mission est actuellement en hausse : le développement commercial, c’est-à-dire gérer les vacances de locaux, rechercher des commerçants indépendants, se rapprocher de enseignes nationales, faire du développement d’enseignes. Par ailleurs, depuis deux trois ans, on constate une nouvelle catégorie de mission liée à l’urbanisme commercial : les fonctionnalités urbaines, le sens de circulation, l’accessibilité. Aujourd’hui, c’est devenu une mission incontournable. »

Sommaire
Fiches pro APCE