Dossier

La location-gérance : un bon pied à l'étrier

2013-01-22T05:07:00+02:00

22.01.2013, 


imprimer

Pour les candidats à la franchise, la location-gérance offre une alternative intéressante quand on ne dispose pas de moyens très importants pour se lancer. Les réseaux « louent » alors des fonds de commerce à leurs franchisés contre une redevance mensuelle.

Location-gérance : un contrat à moindre coût
Crédits photo : Michal Kowalski/Shutterstock.com

Crise oblige, les banques se montrent de plus en plus frileuses quand il s’agit d’accompagner les porteurs de projet. Ainsi, pour un candidat, il est de plus en plus difficile d’obtenir les montants nécessaires pour lancer son activité, surtout lorsqu’il ne dispose pas d’une expérience significative. Pour autant, pas question pour les enseignes de baisser pavillon et de cesser leur développement. Pour séduire des franchisés qui ne disposent pas de l’apport financier nécessaire dès le départ, les réseaux n’hésitent pas à développer de nouveaux modèles. Ainsi, un temps décriée, la location-gérance trouve de plus en plus grâce.

Ne pas perdre le fonds de commerce

Mais concrètement, quand on parle de location-gérance de quoi s’agit-il ? Quand au sein du réseau, un franchisé décide de partir à la retraite ou tout simplement de cesser son activité : quid de son fonds de commerce ? Afin de ne pas perdre un point de vente, souvent rentable, les enseignes n’hésitent pas à racheter ce fonds de commerce. Et quand un nouveau candidat arrive, ce fonds lui est proposé moyennant une redevance. Un mode de fonctionnement qui revêt des avantages à la fois pour le propriétaire et l’exploitant. Pour le réseau, c’est un moyen de contrôler ses emplacements et surtout de se développer assez rapidement, avec des candidats disposant de bons profils mais pas des fonds nécessaires. Le locataire accède quant à lui à un fonds de commerce sans avoir à trop s’endetter en raison de l’achat de droit au bail, de matériels, etc. Seule contrainte pour le franchisé, le versement d’une redevance mensuelle qui s’élève, en moyenne, à 3,3% de son chiffre d’affaires. Un manque à gagner provisoire, car les réseaux laissent la porte ouverte à leurs franchisés pour qu’ils rachètent à tout moment le fonds de commerce.

Sommaire
Fiches pro APCE