Témoignage

A. Cheballah (Amar Automobiles) : « Au total, j’ai investi plus de 400 000 euros »

2011-02-15T17:59:00+02:00

15.02.2011, 


imprimer

Familier du secteur automobile, Amar Cheballah, a repris fin 2009 un garage Ford à Champigny-sur-Marne (94). L’entrepreneur livre son témoignage sur les difficultés qu’il a rencontrées et ses relations avec le constructeur.


Crédits photo : Droits Réservés
Amar Cheballah, a repris fin 2009 un garage Ford à Champigny-sur-Marne.

Comment êtes-vous devenu garagiste ? Mon profil est atypique puisque je suis docteur en mécanique des fluides. J’ai réalisé mon doctorat chez Renault sur la climatisation automobile. Puis j’ai travaillé pour les équipementiers Valeo et Delphi, avant de rejoindre le groupe AutoDistribution à la direction marketing et technique. Fin 2009, à 43 ans, j’ai voulu me mettre à mon compte. J’ai commencé à regarder les affaires qui étaient à reprendre. Dans le Val-de-Marne, un groupe cédait une agence Ford que j’ai reprise en août 2010. C’est une belle affaire qui réalise 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires et emploie 8 salariés. On a deux ateliers mécanique et carrosserie de 900 m², un petit show-room avec deux véhicules exposés et un grand parking de 1 200 m².


Lors de la reprise, comment avez-vous géré la relation avec le constructeur ? Comme je suis un ancien de chez AutoDistribution, au début, Ford a eu peur que je fasse tomber le panneau. Mon affaire est quand même un des plus gros garages Ford d’Ile-de-France. Nous vendons à peu près 120 véhicules neufs par an, et autant en occasion. Cela m’a permis de bien négocier mon contrat « services réparateur agréé ». Comme je suis un agent, pour mes ventes, je ne traite pas avec le constructeur mais avec un concessionnaire local. Nous avons d’excellentes relations. On discute ensemble des animations et du plan marketing à mener. En tant qu’agent, on est plus indépendant qu’un concessionnaire. En quatre mois, je n’ai vu l’animateur du réseau Ford qu’une fois, lors de la signature du contrat.


Quelles difficultés avez-vous rencontrées depuis votre reprise ? D’abord, il a fallu convaincre les banques de me suivre. Le fait que le cédant m’accompagne a été décisif. Il a été mon parrain auprès de sa banque. Au total, entre mon apport, les aides à la création d’entreprise et les prêts, j’ai investi plus de 400 000 euros. L’autre difficulté a été que, malgré ma bonne connaissance du secteur, je n’avais pas d’expérience de la vente et de l’achat des véhicules. Heureusement, j’ai un responsable des ventes qui a 20 ans d’expérience dans ce métier. Et le cédant m’accompagne. Seul, je me serais déjà fait rouler dans la farine.


En quoi votre expérience de l’automobile vous a-t-elle aidé ? Je connais bien les acteurs de l’après-vente, ce qui m’a permis de bien négocier les prix d’achat. Au garage, 60 % des entrées sont des Ford et nous nous approvisionnons auprès du constructeur via le concessionnaire. Pour les autres marques, mon volume est trop faible pour obtenir de bonnes remises sur achat ou pour être éligible aux remises de fin d’année. J’ai donc regroupé mes besoins et négocié avec un seul fournisseur. Ainsi, j’ai gagné plusieurs points de marge. J’ai aussi signé un contrat d’approvisionnement avec le réseau suisse Delta Car Trade. Cela me permet de proposer également des véhicules neufs d’autres marques dans le cadre du réseau PVM (Point de Vente Multimarque). Si un client nous dit qu’il va voir nos concurrents, nous lui proposons d’autres marques. En deux mois, j’ai déjà réalisé une dizaine de ventes par ce biais.


Pensez-vous qu’il existe encore des opportunités dans la distribution automobile ? C’est très compliqué, car les acteurs sont nombreux : constructeurs, marchands, vendeurs de pièces, de peinture, d’accessoires… Et évidemment, il faut aimer l’automobile. Mais pour qui est courageux et travailleur, il n’y a pas de raison de ne pas réussir. Toutefois, je recommande à ceux qui n’ont pas d’expérience du secteur de prévoir une période de transition avec le cédant d’au minimum un an pour bien apprendre le métier.

Sommaire
Dans ce secteur
Fiches pro APCE