Aline, courtière en travaux

« Oui je suis une femme, mais si le travail est mal fait, je n’hésite pas à le faire refaire »

2014-03-07T06:02:00+02:0007.03.2014, 


imprimer

Aline Dérache, courtière en travaux, a imposé son style dans un secteur typiquement masculin, le bâtiment. Tout en gardant une touche de douceur avec ses employés, l'entrepreneuse n'hésite pas à taper du poing sur la table quand c'est nécessaire.

Aline Dérache, courtière Activ Travaux
Crédits photo : Droits réservés
Aline Dérache, courtière Activ Travaux.

Les secteurs dits « d’hommes », Aline Dérache les connait bien. Cette passionnée de véhicules de courses a obtenu un BTS de génie mécanique (IUT) et une licence technico-commerciale suivie en alternance dans une société de chaudronnerie-métallerie : « A cette époque déjà, j’étais un véritable garçon manqué, j’aimais toucher aux voitures, faire de la mécanique, bricoler sur mon véhicule. »
Son diplôme en poche, Aline intègre une société spécialisée dans la fabrication des machines de câblerie. Puis, des raisons familiales la poussent à retourner dans sa région d’origine, l’Eure-et-Loir. Elle abandonne alors l’automobile, secteur peu développé dans la région, pour se reconvertir dans le bâtiment, un des deux plus gros recruteurs. C’est au sein d’une société de métallerie serrurerie qu’elle gravit rapidement les échelons et passe du poste de technico-commerciale au grade de conducteur de travaux.

Aline décide alors de concrétiser un projet de longue date : ouvrir sa propre société. Elle quitte sa boite en 2013 et rejoint le réseau Activ Travaux qui apprécie tout de suite sa solide expérience du métier. « Je ne me suis pas engagée dans le courtage en travaux sans a priori, je redoutais un peu la réaction des clients, mais j’ai vite réalisé que derrière les hommes qui font appel à nous pour conduire leurs travaux, il y a souvent des épouses très impliquées dans ces projets qui apprécient d’avoir affaire à d’autres femmes dans un secteur comme le bâtiment. »

Etre crédible quand on est une femme dans ses secteurs

 Pour Aline, le principal écueil dans le secteur lorsque l’on est une femme, c’est la crédibilité : « Clients et artisans vous regardent parfois de haut, il faut savoir mettre les choses au point, leur faire comprendre que l’on n’est pas là par hasard et qu’on a les capacités techniques qui vont avec le métier. »

Des réticences, la courtière en travaux en rencontre surtout auprès des artisans, peu habitués à côtoyer des personnes de l’autre sexe sur leur lieu de travail. « Lorsque je les rencontre pour la première fois dans le but de leur proposer un partenariat, les plus expérimentés sont assez curieux, ils me demandent ce que j’ai fait avant, si je connais bien le milieu etc. » Aline le reconnait volontiers, sa présence bouleverse quelques peu les habitudes. « Ils sont parfois surpris de me voir grimper des échelles avec mes talons, ça n’arrive pas beaucoup dans le bâtiment… mais mon discours technique ainsi que mes connaissances rassurent. Aujourd’hui, j’entretiens un bon relationnel avec eux, il nous arrive même de déjeuner ensemble.»

La chef d’entreprise n’hésite pas à apporter sa touche féminine au métier : « Ma sensibilité de femme se ressent dans mes rapports quotidiens avec les artisans. J’ai la sensation qu’ils ont plus de facilité à travailler avec moi car ils savent qu’ils peuvent s’exprimer librement sans avoir à redouter de ma part des réactions agressives. Le bâtiment est un secteur rude, j’y apporte une touche de douceur. »

Savoir s'imposer

Aline a pris l'habitude lors des premiers rendez-vous de chantier d' emmener des croissants et du café, ce qui ne manque pas de surprendre. L’ambiance s’en trouve nettement améliorée selon la concessionnaire. Toutefois, il est important pour une femme évoluant dans ce secteur de s’imposer précise-t-elle « Il faut avoir du caractère, savoir dire non. Oui je suis une femme, mais si le travail est mal fait, je n’hésite pas à le faire refaire. Les gens s’attendent à ce que l’on se laisse marcher dessus plus facilement, il suffit de leur montrer qu’ils se trompent. »

Fiches pro APCE