Rosine, concessionnaire Tryba

« En tant que femmes, on nous attend au tournant, on n’a pas le droit à l’erreur »

2014-03-07T06:04:00+02:0007.03.2014, 


imprimer

Rosine Leroy est passée de l'univers très féminin des grands magasins parisiens à la vente de fenêtres, portes et volets en ouvrant sa propre concession Tryba. Récit.

Rosine Leroy, concessionnaire Tryba
Crédits photo : Droits réservés
Rosine Leroy, concessionnaire Tryba.

Devenir concessionnaire Tryba ne figurait pas parmi les projets initiaux de Rosine Leroy. Après un BTS en sciences économiques et sociales et encore dépourvue d’expérience professionnelle, la jeune femme travaille d’abord comme démonstratrice dans un grand magasin parisien afin d’arrondir ses fins de mois. Puis, lorsque son beau-frère, concessionnaire Tryba, lui propose un poste d’assistante commerciale, elle accepte de laisser derrière elle les vêtements féminins pour intégrer l’enseigne spécialisée dans la fabrication et la vente de fenêtres, portes et volets. Un virage qu’elle juge salutaire : «  Je m’ennuyais en tant que démonstratrice, c’est un milieu très féminin mais je tournais en rond,  ça a donc été l’opportunité de découvrir de nouveaux horizons », rapporte la concessionnaire.

Une reconversion réussie

Pendant 12 ans, Rosine Leroy va accumuler de l’expérience et gravir les échelons au sein de la société. Elle quitte le poste d’assistante commerciale pour devenir le bras droit du patron. « En dehors des poses de fenêtres, j’ai vraiment touché à tous les postes d’une concession Tryba, de l’accueil des clients à la réalisation de devis, en passant par la présentation des produits. »

Ses débuts, la chef d’entreprise s’en souvient bien, tout comme de la réaction de certains clients lorsqu’ils la découvrent derrière le comptoir. « Un jour, un monsieur est entré et m’a dit sèchement en me voyant seule : « J’aimerai qu’un technicien vienne me présenter les produits », rapporte la concessionnaire. Après quelques insistances, l’homme finit par se laisser convaincre par Rosine de la laisser effectuer la présentation, et lui présente ses excuses au terme de l’entretien, confessant être pleinement satisfait des réponses apportées.

Fort de son expérience réussie chez Tryba, l’ex-démonstratrice décide d’ouvrir sa propre concession en octobre 2011. Elle a conscience de se lancer en indépendant dans un secteur typiquement masculin, mais c’est une citation de Goethe, reprise par le fondateur de Tryba lors d’une convention qui lui donne l’impulsion finale : « Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du pouvoir, du génie, de la magie. »  La formule devient un mantra pour l’entrepreneuse qui estime que bien souvent, ce sont les femmes elles-mêmes qui érigent des barrières et manquent d’audace face aux préjugés de la société : « En tant que femme, on nous attend au tournant, on n’a pas le droit à l’erreur, il faut en montrer plus qu’un homme pour être crédible. »

Ce qui importe, c'est la qualité du service

 Pour autant, l’élément majeur selon la concessionnaire lorsque l’on propose un service, c’est avant tout la qualité de la prestation : « Quand vous respectez vos engagements et êtes à l’écoute du client, il se sent en confiance, que vous soyez un homme ou une femme. Même si certains préjugés ont la peau dure, le client reste sensible à la rigueur ainsi qu’à la qualité du travail proposé.»

Fiches pro APCE