Constat

Les femmes restent à la traîne dans le secteur de l’entrepreneuriat

2012-01-19T09:49:00+02:00

19.01.2012, 


imprimer

Seulement un petit tiers des entreprises sont créées par les femmes. Moins ambitieuses, plus prudentes, leurs motivations à se tourner vers l’entrepreneuriat sont souvent inhérentes à leur vécu de salariée ou à la transformation de leur sphère personnelle. Explications avec André Letwoski, consultant expert en création d’entreprise.


Crédits photo : Shutterstock.com

 

Un tiers des créations

Si la franchise se féminise, les femmes n’emportent pas la mise de la création d’entreprise. L’enquête annuelle de la franchise1  souligne une hausse de 5 % des franchisées soit 45 % des créateurs. Côté création d’entreprise, les chiffres sont moins encourageants  avec seulement 28 à 30 % des femmes qui créent leur entreprise à fin 2011. « La moitié de la population est féminine. La part des créatrices devrait au moins s’élever à 45 %. Les chiffres sont toutefois à relativiser car le sexe des créateurs d’entreprise n’est pas pris en compte dans le fichier Sirene2 de l’INSEE. Seule, l’entreprise individuelle permet de déterminer le genre de son créateur »,  explique André Letowski, consultant expert en création d’entreprise TPE/PME. Selon une estimation de l’ACOSS3 , elles étaient 34 % de créatrices en 2011, et on peut estimer les initiatrices de ces sociétés à 40 000. Au total près de 180 000 femmes se seraient lancées dans la création d’entreprise, auto-entrepreneuriat inclus, en 2011. « Les intentions de création sont deux fois moins nombreuses chez les femmes.



Crédits photo : Droits réservés
André Letowski, consultant expert en création d'entreprise.

Regain de crédibilité

Une telle aventure comprend des risques et les femmes sont davantage soucieuses de leur foyer et de leurs enfants et elles sont moins ambitieuses que les hommes », explique André Letowski, avant d’ajouter : « Il y a 20 ou 30 ans, les femmes n’étaient pas préparées à devenir des petits patrons. Aujourd’hui, diplôme en poche, les femmes deviennent des cadres moyens, voire des cadres supérieurs. Et, elles créent. On les retrouve souvent dans les professions réglementées comme la santé et le droit.» Plusieurs raisons conduisent les femmes à la création. Confrontées au plafond de verre quand il s’agit de devenir cadre supérieur, elles préfèrent opter pour l’entrepreneuriat. Comme un effet de levier, ce dernier leur donne une crédibilité supplémentaire. « La femme n’est plus perçue comme la collègue menaçante qui risque de prendre la place, elle devient alors un prestataire auquel on accorde du crédit » souligne André Letowski. L’arrivée d’un enfant, peut aussi, être l’occasion pour une femme de redécouvrir une vie agréable avec son ou ses enfants. Elle s’occupe des petits en journée et travaille le soir. Il est à souligner que la majorité des femmes dirigent seule leur entreprise et, ce dans une proportion de l’ordre de 77 %4. Le revenu issu de l’entrepreneuriat est souvent un revenu de complément à celui du conjoint. A noter que la majorité des entrepreneurs sont en couple.


Investissement moins important

Les ¾ des créations touchent les secteurs du commerce et des services. Les femmes investissent moins d’argent dans leur affaire ; plus de la moitié d’entre elles a réuni moins de 8 000 euros de capitaux initiaux pour la mise en place du projet et 7 % moins de 80 000 euros. Enfin, 65,2 % des entreprises qu’elles ont créées sont encore pérennes au bout de trois ans, contre 62 % en 2002, avec un taux élevé de 78 % dans les services de santé et d’éducation et de 70 % dans les services aux entreprises. André Letwoski, lui, attend avec impatience les résultats de l’édition 2012 de l’enquête INSEE : « Nous verrons bien si la tendance s’accentue. Cela dit, les choses évoluent tellement. Je pense que les femmes ont leur place dans l’avenir.»
___________________________________________ 
 1 Enquête annuelle de la Franchise, Banque Populaire en partenariat avec la Fédération Française de la Franchise  FFF (décembre 2011)
  2 Système Informatique pour le Répertoire des Entreprises et de leurs Établissements
  3 ACOSS : Caisse Nationale des URSAFF
  4 Enquête SINE de l’INSEE 2006


Quelques chiffres sur les femmes et la création d’entreprise :

- 69 % des femmes pense que la création d’entreprise est une voie plus épanouissante que le salariat

- 53 % des femmes interrogées pensent que la qualité indispensable d'un chef d'entreprise est de savoir diriger une équipe

- 60 % des femmes estiment que l’activité professionnelle idéale doit permettre d’équilibrer vie professionnelle et vie personnelle

- 56 % des femmes interrogées pensent que le manque de crédibilité dans les milieux professionnels est un inconvénient

- 42 % des femmes interrogées pensent que la difficulté de convaincre banquiers et investisseurs est un inconvénient

- Près d’une femme sur trois pense que tous les moments de la vie sont bons pour créer son entreprise

- Près d’une femme sur cinq envisage l’expérience entrepreneuriale
(près de cinq millions d’entrepreneures potentielles en France – estimation basée sur les chiffres 2011 communiqués par l’Insee)


Sondage OpinionWay réalisé pour l’APCE, CERFRANCE, et le Salon des Entrepreneurs, en janvier 2012 sur un échantillon de 1 019 femmes françaises âgées de 18 ans et plus et de 481 hommes français âgés de 18 ans

Sommaire
Fiches pro APCE