Stratégie

Comment entreprendre en franchise à 60 ans

2010-09-09T16:09:00+02:00

09.09.2010, 


imprimer

Conseils d’experts, formations et aides à envisager, secteurs adaptés aux seniors… Petit manuel pratique à destination des plus de 55 ans qui souhaitent entreprendre en franchise.

chef franchise
Crédits photo : Shutterstock.com
Devenir chef d’entreprise, ça s’apprend.

Privilégier les activités de conseil

Autour de la soixantaine, il est préférable de ne pas se lancer dans un projet trop lourd humainement. C’est pour cette raison que beaucoup de seniors s’orientent vers une activité de conseil. « Les enseignes de B to B présentent beaucoup d’avantages pour les seniors », explique Nathalie Dubiez responsable de la franchise et du commerce associé chez HSBC. Ces derniers utilisent leur expérience et leurs relations : les anciens camarades de promotion, collègues ou clients. Un avantage non négligeable pour les réseaux de consultants.
L’immobilier représente également un secteur porteur pour les seniors : « Ils ont acquis des compétences administratives mais aussi de négociation et de management. Outre l’expérience, ils sont à la fois pondérés et réactifs. Pour accéder à la profession, il faut passer un examen. Ce certificat permet de recruter largement, des personnes d’horizons différents » précise Sylvain Nouallet, directeur d’une agence ORPI à Paris et Président du GIE.
Autre secteur possible : le fast-food. Cela peut paraître étonnant car les salariés de la restauration rapide sont majoritairement des jeunes. « Or justement, il faut une personne qui ait de l’expérience et une haute capacité à manager. Elle devra, en revanche, recruter un gérant » explique Yves Portrat, spécialiste de la reprise d’entreprise au CRA.

Sylvain Nouallet, ORPI
Crédits photo : Droits Réservés
Sylvain Nouallet, directeur d’une agence ORPI à Paris et Président du GIE


Des dispositifs pour aider des seniors créateurs d’entreprise

Le taux de chômage des seniors étant très important, l’Etat a mis en place des aides pour les créateurs ou repreneurs d’entreprise seniors :
- Le Pôle Emploi prévoit pour les chômeurs qui souhaitent créer une entreprise, la possibilité de convertir la moitié de leurs indemnités en capital ainsi que le maintien partiel des allocations au démarrage de leur activité.
- Le dispositif Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise) apporte un accompagnement au montage du projet et donne droit à une aide financière (prêt à taux zéro et sans garantie de 1 000 jusqu’à 10 000 €) qui doit être couplée à un prêt bancaire.
- Les seniors ont également la possibilité de cumuler une pension de retraite avec des revenus d'une activité sans limitation de montant : il faut avoir 65 ans ou 60 ans et justifier d'une durée d'assurance ouvrant droit à une retraite à taux plein, et avoir liquidé toutes ses pensions de vieillesse de base et complémentaires, en France et à l'étranger.

Maryvonne Labeille, cabinet Labeille Conseil
Crédits photo : Droits Réservés
Maryvonne Labeille, fondatrice du cabinet Labeille Conseil


Les formations

Devenir chef d’entreprise, ça s’apprend. Il ne faut donc pas négliger de se former en amont. Les réseaux France Active ou France initiative organisent des formations pratiques à la direction d’entreprise ou l’élaboration du business plan, dans chaque département. Le franchiseur, lui, apportera une formation spécifique au secteur d’activité.


Création ou reprise ?

Les seniors sont très souvent tentés par la reprise. Disposant d’un capital important, ils pensent ainsi échapper ainsi aux risques accrus de la création. Mais attention ! « Le montage d’un dossier de reprise est fastidieux et demande donc un temps de maturation qu’il ne faut pas négliger », prévient Maryvonne Labeille, fondatrice du cabinet Labeille Conseil, spécialiste en recrutement et ressources humaines. La création d’entreprise, elle, est moins onéreuse, mais il faudra attendre plusieurs mois avant de pouvoir se payer.

Sommaire
Fiches pro APCE