Cas particuliers

Franchise et auto-entrepreneur : 2 cas d’école… encore isolés

2010-05-20T17:16:00+02:0020.05.2010, 


imprimer

De rares réseaux de franchise utilisent le statut d’auto-entrepreneur comme forme de pré-recrutement, de découverte de l’activité en douceur. Une pratique appelée à se développer ?

320 000 Français auto-entrepreneurs en 2009
Crédits photo : Shutterstock.com
En 2009, plus de 320 000 Français sont devenus auto-entrepreneurs.

Statut avantageux

En 2009, plus de 320 000 Français sont devenus auto-entrepreneurs. Ce statut qui permet à Monsieur ou Madame Tout le monde (salariés, étudiants, retraités, demandeurs d’emplois) de créer, simplement et gratuitement, son entreprise a suscité un vif engouement. Seules quelques franchises acceptent ce statut avantageux qui leur permet de recruter des candidats à moindres frais.
C’est le cas par exemple de Propriétés-privées.com, un concept immobilier en ligne, crée par Sylvain Casters en 2006. « Nous travaillons avec un réseau de mandataires indépendants répartis sur toute la France. Ils nous aident à créer notre portefeuille clients en repérant des biens immobiliers et nous représentant localement. Pour étoffer notre présence au niveau national, nous avons décidé depuis fin 2009 de recruter des auto-entrepreneurs », explique le franchiseur.


Forme de pré-recrutement

« Au départ, nous ne savions pas très bien si le régime était compatible avec l’activité d’agent commercial indépendant. J’ai donc envoyé un courrier au ministère des PME pour être éclairé ». La réponse a été positive, du moment que l’agent commercial relève des BNC (bénéfices non commerciaux). Rassuré, Sylvain Casters a donc lancé une vaste campagne de recrutement. « Nous souhaitons accompagner et former 200 auto-entrepreneurs d’ici fin 2010. Il s’agit pour nous d’une forme de pré-recrutement. En 2010, nous comptons en effet ouvrir des agences en région et espérons que « nos » auto-entrepreneurs, qui auront pu tester l’activité en limitant leurs charges, seront intéressés pour entrer dans le réseau en qualité de franchisés ».


924 € de revenu mensuel
D’après le dernier baromètre sur les auto-entrepreneurs, un auto-entrepreneur réalise en moyenne 6 400 euros de chiffre d’affaires, soit un revenu mensuel de 924 euros.

Tester l’activité en douceur

L’idée est un peu similaire chez In&Fi Crédits, une franchise spécialisée dans le courtage de crédit. Le réseau a déjà recruté une vingtaine d’auto-entrepreneurs dont la mission consiste principalement à faire de la représentation auprès des banques ou des agents immobiliers. « Les auto-entrepreneurs sont recrutés localement par nos franchisés qui trouvent à travers ces profils un appui quotidien dans leur activité. C’est un moyen également, avouons le, de faire des économies sur les salaires et les charges », constate Pascal Beuvelet, fondateur d’In&Fi Crédits. Ce franchiseur considère ce statut comme un formidable tremplin pour recruter, une sorte de poste d’observation. « Les auto-entrepreneurs peuvent tester en douceur l’activité. Si cela leur plait, nous sommes prêts à les intégrer en tant que franchisés ».


Contrats rédigés par des avocats spécialisés

Seules les franchises de services, avec des besoins importants en termes de recrutements, peuvent se payer le luxe de travailler avec des auto-entrepreneurs. Mais les candidats, autant que les franchiseurs, doivent bien se renseigner sur la législation en cours. Car le régime de l’auto-entrepreneur exclut certaines activités et connaît encore quelques vides juridiques. Sylvain Casters et Philipe Beuvelet ont pris soin de faire rédiger des contrats par des avocats spécialisés et de bien vérifier que leur activité était compatible avec l’auto-entrepreneuriat.

 

Fiches pro APCE