Méthodologie

Les outils de l’animateur de réseau

2010-05-06T08:45:00+02:00

06.05.2010, 


imprimer

Pas d’animation réussie sans méthodologie. Pour assurer la cohérence du réseau et lui permettre d’évaluer les franchisés entre eux, les animateurs d’une enseigne utilisent des outils identiques sur l’ensemble du territoire. C’est aussi une source d’information inépuisable pour le franchiseur.

Les outils de l'animateur de réseau
Crédits photo : Shutterstock.com
L’animateur peut créer les outils en collaboration avec le franchiseur.

Une nécessaire formalisation

Des outils pour comparer

Encore inexistants notamment dans certains jeunes réseaux, les outils d’animation sont pourtant une nécessité. Pour le franchiseur d’abord qui obtient des retours d’information par écrit. Pour les animateurs ensuite qui ont une base commune de travail assurant une cohérence du réseau. Pour les franchisés enfin qui savent sur quels éléments ils seront contrôlés. En outre, précise Laurent Gueutal, animateur du réseau Midas, « ils permettent aux indépendants de se situer les uns par rapport aux autres. » Avec des ratios et des points de contrôle identiques pour tous, l’animateur dispose d’une base de travail concrète pour conseiller chacun et lui permettre de gagner en performance.


Une sécurité

« En cas de conflit avec un franchisé porté devant un juge, c’est la preuve que l’assistance promise par le franchiseur était là » détaille Pascale Pécot, conseil en organisation et management de franchise au sein du cabinet Adventi. « L’animation ne peut pas uniquement être verbale.» S’ils n’existent pas à son arrivée, l’animateur a tout intérêt à créer une boîte à outils en collaboration avec le franchiseur.


Ne jamais oublier l’humain

Pour autant, ces outils sont un cadre qui ne doit jamais faire oublier la relation humaine et la spontanéité. L’échange et le dialogue sont essentiels comme le confirme Arnaud Guérin, directeur du réseau Cash Express France en charge de la direction de l’animation. « Les animateurs ne sont pas là pour envoyer un rapport de visite de façon sèche et brutale aux franchisés. »


La boîte à outils de l’animateur

Olivier Deschamps, cabinet DM&D
Crédits photo : Droits Réservés
Maître Olivier Deschamps, cabinet DM&D.

Le manuel opérationnel

Ce document appelé aussi "Bible ou "Manop" compile toutes les informations et les détails relatifs au savoir-faire du franchiseur. Garant du respect du concept, l’animateur se réfère en permanence au manuel opérationnel qui doit être régulièrement réactualisé. « Si le franchisé fait appel à l’animateur, c’est qu’il n’a pas trouvé la réponse dans le manop » précise Olivier Deschamps, avocat spécialisé en franchise du cabinet DM&D. « L’animateur peut créer une adresse email sur laquelle il fait remonter l’ensemble des questions posées et des réponses apportées, qui serviront à la mise à jour du savoir-faire pour une meilleure information des membres du réseau. »


Les outils de reporting

Ils portent des noms différents (les X points de contrôle, la check-list, les tableaux comparatifs…) mais ils ont tous la même utilité : faire remonter l’information du terrain vers la tête de réseau et permettre aux franchisés de se situer les uns par rapport aux autres. Ces outils de reporting sont plus ou moins détaillés selon le type de visite et comportent des notes ou des appréciations afin d’évaluer tous les points de contrôle (agencement du magasin, enseigne, mise à disposition de la PLV…) En général, ces documents écrits sont composés d’un volet constat et d’un volet conseils ou solutions que le franchisé s’engage, après discussion, à mettre en place avant la prochaine visite de l’animateur.


 

Sommaire
Fiches pro APCE