Regards croisés

Devenir le premier animateur d’un réseau

2010-05-06T09:39:00+02:00

06.05.2010, 


imprimer

Animateur est un métier tout à la fois central et complexe dans une franchise. D’autant plus lorsqu’on endosse ce costume dans un groupe où l’animation était jusqu’à présent gérée par la tête de réseau. Trois spécialistes répondent à nos questions sur les défis qui attendent ce premier animateur

Trois spécialistes s'expriment sur les défis qui attendent ce premier animateur : François Peltier, directeur associé du cabinet ACTAS Consultants, Lise Fercoq-Dugué, elle-même ancienne animatrice, aujourd’hui directrice associée de ZuGGa media, agence de conseil en communication et création d'événements spécialisée en franchise et Caroline Morizot, consultante de CM Franchise Conseil.


Caroline Morizot, CM Franchise Conseil
Crédits photo : Droits Réservés
Caroline Morizot, CM Franchise Conseil.

Quelles sont les principales difficultés à laquelle un animateur fait face lorsqu’il est le premier à ce poste dans un réseau de franchise ?

François Peltier :

« Les premiers franchisés ont signé souvent en fonction de la personnalité et de la qualité humaine du franchiseur, surtout si l’enseigne est jeune. Le premier animateur est celui qui brouille ce couple, ce ménage franchisé-franchiseur. Une période de crise est donc inévitable. Le franchisé va à la fois ne pas vouloir de ce nouvel arrivant qu’il ne connaît pas et reprocher au franchiseur de s’éloigner et de ne plus s’intéresser à lui. »

 

Caroline Morizot :

« L’autre difficulté est qu’un premier animateur se retrouve souvent avec un rôle très large. Il n’est pas rare de voir un premier animateur présélectionner de nouveaux candidats pour le franchiseur et donc assurer des fonctions de développeur. Dans certains réseaux, un premier animateur peut être amené à remplacer un franchisé pendant sa semaine de congés, moyennant compensation financière. A terme, il faut donc rapidement scinder les différentes fonctions.»


Lise fercoq-Dugué, ZuGGa media
Crédits photo : Droits Réservés
Lise fercoq-Dugué, ZuGGa media.

Que peut faire le franchiseur pour éviter la crise ?

François Peltier :

« Une bonne pratique peut être de décider de la création de la fonction d’animateur lors d’une convention de franchisés. Si cette décision est issue d’une délibération commune alors, les franchisés se l’approprient plus facilement. »

 

Caroline Morizot :

« Le franchiseur ne doit pas lâcher son animateur dans la nature. Il a tout intérêt à assurer une première tournée avec lui afin de le présenter aux différents franchisés. Sinon, l’animateur risque de ne pas être accepté par les franchisés. »

 

Lise Fercoq-Dugué :

« La tête de réseau doit savoir se mettre en retrait pour laisser le champ à son animateur. Il doit prévenir ses franchisés qu’il reste ouvert au dialogue mais que désormais, les échanges se feront en priorité avec l’animateur. Bien souvent, avant l’arrivée d’un premier animateur, le franchiseur a géré l’animation de façon orale, sans outils écrits. Comme l’animateur ne peut pas se référer à des documents existants, le patron de l’enseigne doit prendre du temps pour expliquer à l’animateur comment le réseau s’est développé, qui fait partie du groupe et depuis quand, quels ont été les conflits jusqu’à présent et comment ils ont été réglés…L’animateur doit avoir une connaissance de l’historique de l’enseigne sinon, il risque d’être piégé par des franchisés plus informés que lui. »


 

Sommaire
Fiches pro APCE